Le prix de la vignette Crit’Air baisse à 3,11 €

Le prix de la vignette Crit’Air baisse à 3,11 €
La vignette Crit’Air est obligatoire dans certaines villes. - © Benoit Tessier – Reuters

La diminution du montant de l’autocollant, obligatoire pour utiliser un véhicule dans certaines villes, entre en vigueur le 1er mars prochain.

Le montant de la vignette Crit’Air va baisser le 1er mars. La pastille, obligatoire pour les conducteurs dans les villes où des zones de circulation restreinte ont été mises en place, coûtera 3,11 € à compter de cette date, contre 3,70 € actuellement. Un arrêté publié lundi 18 février au Journal officiel prévoit cette mesure, précisant qu’il « s’applique aux demandes de certificat qualité de l’air formulées » à compter du 1er mars.

Au montant dû, vous devez ajouter les frais d’envoi postaux, qui représenteront 51 centimes, soit un coût total de 3,62 € (contre respectivement 48 centimes et 4,18 € à l’heure actuelle).

Les villes d’utilisation

La vignette Crit’Air doit être utilisée dans les villes suivantes :

  • Paris (depuis janvier 2017) ;
  • Grenoble ;
  • Lille ;
  • Strasbourg ;
  • Toulouse.

Le 1er octobre 2018, la vignette Cri’Air va devenir obligatoire à Rennes.

Vous devez commander le document sur le site certificat-air.gouv.fr, en payant par carte bancaire. Pour régler par chèque, vous devez remplir un formulaire spécifique, à expédier à l’adresse suivante :

Service de délivrance des Certificats Qualité de l’Air
BP 50637
59506 Douai Cedex

Six catégories

Il existe six catégories de vignette, en fonction du niveau de polluants émis par les véhicules. Les véhicules les plus polluants « sont non classés et n’ont pas droit au certificat », explique le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Selon le ministère, la vignette favorise les véhicules les moins polluants, dont les conducteurs peuvent bénéficier :

  • de modalités de stationnement favorables ;
  • de conditions de circulation privilégiées ;
  • de la possibilité de rouler dans les zones à circulation restreinte ou en cas de pic de pollution.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire recensait 9,47 millions de vignettes commandées au 1er février dernier.