GPL : roulez à l'économie

GPL : roulez à l'économie

Moins cher que le gazole et plus propre,
le GPL a du mal à séduire les automobilistes français. Pourtant, de vrais avantages fiscaux sont accordés à ceux qui choisissent de rouler au carburant vert.

Le GPL (gaz de pétrole liquéfié) est un mélange de propane et butane à parts égales. Moins polluant que l'essence - il produirait 12 % en moins de gaz carbonique, de 30 à 50 % en moins d'oxyde de carbone et d'hydrocarbures imbrûlés pour une voiture de même cylindrée - ou le gazole - avec une absence de production de particules. Il a déjà séduit de nombreux automobilistes en Europe.

La France est en retard...

En France, ce carburant a encore du mal à convaincre : il n'y a que 160 000 véhicules en circulation et 1 800 stations-service seulement distribuent du GPL. Pourtant, des mesures fiscales incitatives ont été prises pour susciter l'intérêt des consommateurs, entreprises comme particuliers. Pour l'immatriculation d'une voiture de ce type, la carte grise est, selon les régions, fournie à demi-tarif ou avec 75 % de réduction, voire gratuitement.

... malgré les avantages fiscaux

Si vous décidez d'acheter une voiture neuve équipée au GPL d'origine (première monte), d'avoir recours à la location longue durée, ou de transformer au GPL votre véhicule essence de moins de 3 ans, vous bénéficiez en plus d'un crédit d'impôt de 2000 euros, mais uniquement pour si votre véhicules n'émet pas plus d'un certain niveau de CO2 en g/km :

  • 200 g/km de CO2 pour un véhicule neuf acheté en 2006, 160 g/km de CO2 pour un véhicule neuf acheté en 2007, 140 g/km de CO2 pour un véhicule neuf acheté en 2008 ou 2009 ;
  • 200 g/km de CO2 pour un véhicule transformé en 2006, 180 g/km de CO2 pour un véhicule transformé en 2007, 160 g/km de CO2 pour un véhicule transformé en 2008 ou 2009.

Ce crédit d'impôt est porté à 3000 € si l'achat ou la location d'un véhicule propre s'accompagne de la destruction d'une ancienne voiture (acquise par le contribuable depuis au moins douze mois et en état de circuler), mise en circulation avant le 1er janvier 1997.

Prix attractifs mais délais de livraison importants

Dans certains cas, le surcoût de l'option GPL sur une voiture neuve par rapport au modèle essence est équivalent au crédit d'impôt.Mais les délais de livraison n'ont rien à voir avec ceux des modèles classiques, car la plupart des grands constructeurs montrent encore relativement peu d'empressement pour ce marché qui reste étroit.

Deux fois moins cher que l'essence

Malgré une surconsommation en mode GPL (d'environ 20 %), le coût de la transformation est vite amorti par la réduction du budget carburant (le GPL est deux fois moins cher que le super sans plomb).

Bicarburation obligatoire

Un modèle fonctionnant au GPL doit obligatoirement être équipé aussi en carburation essence : on parle de bicarburation (lorsque le réservoir d'essence contient moins de 15 litres, on considère qu'il s'agit de monocarburation).

Les conducteurs conservent la possibilité de choisir à tout moment d'utiliser l'un ou l'autre des carburants. En seconde monte, l'installation ne peut s'effectuer que sur les moteurs à essence prévus pour fonctionner au super sans plomb.

Et certains modèles se prêtent mieux que d'autres au GPL. Avant de prendre une décision, mieux vaut demander l'avis d'un installateur agréé par le CFBP (Comité français du butane et du propane). En France, 500 professionnels bénéficient de cet agrément.

Meilleur confort de conduite

Le confort de conduite est aussi un atout souvent souligné par les propriétaires de véhicules au gaz : les reprises sont excellentes à bas régime, la souplesse du moteur augmentée, et le niveau de bruit considérablement réduit.

Une révision doit être effectuée tous les 15 000 km, assortie d'une surveillance de la carburation, du remplacement des bougies et du filtre à air, et surtout du réglage du jeu des soupapes tous les 20 000 km. Dans ces conditions, la longévité d'un moteur GPL est supérieure à celle d'un moteur à essence.

Sécurité renforcée

Aujourd'hui, les plus sceptiques évoquent surtout la sécurité. Il est vrai que des accidents mettant en cause des véhicules au GPL ont mis un sérieux coup de frein au développement de ce carburant en France.

On se souvient surtout de ce fait divers de 1999 où un véhicule incendié volontairement dans une banlieue lyonnaise avait explosé, blessant gravement six pompiers, ou celui, plus récent, où un pavillon avait sauté à Mitry-Mory dans la banlieue nord-est de Paris, mais dans lequel, finalement, le carburant ne serait pas en cause.

C'est pourquoi, depuis le 30 septembre 2002, le réservoir de toutes les voitures doit être équipé d'une soupape de sécurité qui permet de prévenir les risques d'explosion. Et il est plus prudent, lorsqu'on achète un véhicule d'occasion, d'exiger un certificat de conformité.