Gérer les points de son permis

Gérer les points de son permis
Depuis 2010, la loi permet de suivre un stage de récupération de points tous les ans. - © MarioGuti

Un permis, il faut le préserver ! Entre stages de sensibilisation et récupération automatique de points, on peut le maintenir à flot. À condition de ne pas se faire verbaliser trop souvent...

1 - Éviter les petits excès de vitesse (au jour le jour)

Les excès de moins de 20 km/h, qui occasionnent le retrait d’un point, représentent 90 % des dépassements sanctionnés, et l’immense majorité des retraits de points. Le régulateur de vitesse doit être utilisé à bon escient. Il ne garantit en effet qu’une vitesse minimale et devient inopérant lorsque l’automobiliste accélère, pour effectuer un dépassement par exemple. Idem en descente, puisque le régulateur coupe les gaz mais ne freine pas, la vitesse peut être supérieure à la limite autorisée.

Mieux vaut donc opter pour le limiteur de vitesse, dont le principe est inverse : il garantit une vitesse maximale, que l’on peut régler en fonction de celle autorisée. Le conducteur peut aussi activer la fonction d’alerte de survitesse dans le menu de son GPS. C’est très efficace, à condition de mettre à jour régulièrement les données de l’appareil sur Internet.

2 - Garder en mémoire les infractions « qui coûtent » (en permanence)

Un stop non marqué ainsi qu’un feu rouge grillé coûtent 4 points. À l'approche d’un feu depuis longtemps au vert, la prudence commande de se tenir prêt à freiner et, surtout, de ne pas accélérer. Ne jamais passer à l'orange « bien mûr » : la photo étant réalisée au milieu du carrefour, le feu sera donc rouge. Attention au clignotant oublié (3 points) dans les ronds-points... où se postent les gendarmes, et à la ceinture de sécurité non portée (3 points) !

3 - Effectuer un stage dès que le solde est à 8 points (avant de perdre tout son capital)

Depuis 2010, la loi permet de suivre un stage de récupération de points tous les ans, à la date anniversaire du stage précédent, et non plus seulement tous les deux ans.

En outre, il est désormais possible de remonter à 12 points et non plus seulement à 11, ce qui permet de faire un stage, dès que le solde tombe à 8 points. Un changement d’importance, car 8 points, c’est le maximum que l’on peut perdre en une seule fois, en cumulant plusieurs infractions.

4 - Échelonner le règlement de ses amendes (avant le retrait)

Depuis 2010, on récupère automatiquement un point perdu, après six mois sans nouvelles infractions entraînant le retrait de points. Et quel que soit son solde, le permis est crédité de 12 points, après deux ans sans infraction à compter du paiement du dernier PV. Il faut donc noter la date de paiement de sa dernière contravention pour, éventuellement, retarder le paiement de la nouvelle, afin de recouvrer des points dans lintervalle, car c’est le paiement de l’amende qui entraîne le retrait. Attention, les règles diffèrent pour le permis probatoire.

« Il est possible de sauver son permis tombé à zéro point »

Anna Chauvigné, juriste à l’Automobile Club de l’Ouest

« Lorsqu’à la suite d’une ou plusieurs infractions simultanées, on perd ses derniers points, il est encore possible de sauver son permis en suivant un stage de sensibilisation à la sécurité routière. L’avis de ‘‘solde de points nul’’, le courrier 48 SI, est toujours envoyé par la préfecture avec accusé de réception. L’automobiliste dispose donc de quinze jours pour le retirer à la poste. Dans cet intervalle, il peut récupérer quatre points en suivant un stage. Mais il faut s’inscrire en urgence. Une fois le stage effectué, les quatre points sont aussitôt crédités, et l’automobiliste peut retirer le courrier recommandé, puis payer l’amende. Le retrait n'est effectué qu’après ce paiement, donc après le crédit des quatre points du stage. »

Les infractions qui occasionnent le retrait de points
  • Excès de vitesse < 20 km/h
  • Chevauchement d’une ligne continue
1
  • Excès de vitesse égal ou > à 20 km/h et < à 30 km/h
2
  • Excès de vitesse égal ou > à 30 km/h et < à 40 km/h  
  • Circulation à gauche sur une chaussée à double sens
  • Franchissement d’une ligne continue
  • Non-respect des distances de sécurité
  • Changement de direction sans clignotant
  • Usage d’un téléphone tenu en main ou avec une oreillette
  • Non-respect du port de la ceinture de sécurité
3
  • Excès de vitesse égal ou > à 40 km/h et < à 50 km/h
  • Circulation de nuit sans éclairage
  • Circulation en sens interdit
  • Feu rouge ou stop grillé
  • Refus de priorité à droite ou de céder le passage
4
  • Excès de vitesse > 50 km/h
  • Conduite avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g/l ou après usage de stupéfiants
  • Refus de dépistage d’alcool ou de stupéfiants
  • Conduite malgré une suspension ou une rétention du permis
6