Faut-il passer à la voiture électrique ?

Faut-il passer à la voiture électrique ?

La voiture électrique représente seulement 0,5 % des voitures neuves mais ses ventes ont doublé en 2013. Quelles sont ses avantages ? Ses inconvénients ? À qui convient le plus ce type de véhicule ? Réponses.

Après une timide apparition à la fin des années 1980, la voiture électrique fait son grand retour. Certes, elle ne représente encore que 0,5 % des immatriculations de voitures neuves, mais ses ventes ont doublé en 2013 grâce au lancement de la Renault Zoé qui truste à elle seule 60 % du marché.

La voiture électrique a 150  km d’autonomie

Ces dernières années, les progrès ont été impressionnants. L’autonomie des batteries lithium-ion – technologie identique à celle de nos mobiles et ordinateurs portables – a plus que doublé, les meilleures frisant désormais les 200  km théoriques.

Dans la pratique, avec une conduite pas forcément économe, cela permet de tabler sur un bon 150  km, davantage si l’on utilise les bornes de recharge rapide permettant de recharger à 80 % en 30 minutes contre 5 à 12 heures à domicile.

Les bornes de recharges de plus en plus présentes

On trouve de plus en plus fréquemment ce type de bornes dans :

  • les rues des grandes villes ;
  • la majorité des parkings publics ;
  • les parkings des centres commerciaux (Leclerc, Ikea…) ;
  • les parkings d’entreprises ;
  • les parkings des logements neufs où il est désormais obligatoire de prévoir leur raccordement.

Leur nombre va encore augmenter avec le vote, fin juillet 2014, d’une loi permettant aux petites collectivités locales d’avoir accès aux subventions pour leur implantation.

La loi prévoit aussi d’exonérer les opérateurs privés de la redevance d’occupation de l’espace public. Objectif du gouvernement  : une borne tous les 60  km, avec un maillage étendu aux communes rurales.

Louer une batterie rend l'électrique abordable

Autre grande évolution, les forfaits de location de batteries ont rendu l’électrique plus abordable. Louer cet équipement, qui représente 30 à 40 % de la valeur du véhicule, abaisse d’autant son prix d’achat.

En ajoutant l’aide gouvernementale de 6  300 €, le prix d’une telle voiture tombe en-dessous de ceux des modèles thermiques équivalents : 15 389 € (tarif comprenant la déduction des 6 300 € de bonus) pour la Renault Zoé (88 ch), contre 16  200 € pour la version de base 90 ch de la Renault Clio et 18  600 € en diesel.

Le coût de la location de la batterie

Il faut toutefois y ajouter le coût de la location. Pour un conducteur de Zoé parcourant 20  000 km/an, il faut compter 102 € de loyer par mois avec un engagement de 36 mois, soit 1 224 € par an, plus 280 € pour les recharges sur la facture EDF (1,40 €/100 km, tarif heures creuses). Soit au total une dépense « énergétique » de 1 504 € par an.

Avec une citadine diesel consommant 6,5 1/100 km, il en coûterait 1 690 € de gazole, soit 186 € de plus. Mais, comme pour un diesel, il faut beaucoup rouler pour rentrer dans ses frais.

La location de batterie de la Zoé s’échelonne de 49 €/mois pour 5  000 km/an, soit 0,12 centime du kilomètre, à 102 €/mois pour 20  000 km/an, soit 0,06 € centime du kilomètre. À ce tarif, les petits rouleurs gagnent peu à se convertir.

Prix des voitures électriques en baisse

La meilleure solution est donc d’acheter une électrique avec batterie. Bonne nouvelle, les tarifs de ces voitures ont considérablement chuté. Ainsi, les trois jumelles Peugeot Ion, Mitsubishi i-Miev et Citroën C-Zéro se négocient neuves autour de 17  000 €, un peu plus de la moitié de leur prix catalogue lors de leur lancement .

Surtout, on trouve désormais des modèles d’occasion avec de faibles kilométrages à des tarifs bien inférieurs et même des modèles de démonstration quasiment neufs et bradés.

Être propriétaire de sa batterie est un pari assez peu risqué, car cette dernière bénéficie d’une garantie de 5 à 8 ans, avec une espérance de vie estimée à 10-12 ans. Ainsi, une voiture payée 11  000  € peut être entièrement amortie au bout de 6 ans, en économisant près de 2  000 € de carburant par an, même en tenant compte des factures d’électricité…

En fait, l’électrique creuse l’écart dès lors que l’on multiplie les petits trajets quotidiens, professionnels (infirmière, agent immobilier, artisan…) ou familiaux (trajets domicile-école…).

Dans ces conditions, un moteur thermique accuse une forte surconsommation, faute de pouvoir monter en température.

Un entretien 2 à 3 fois moins cher qu’un diesel

L’autre grosse économie à attendre d’une électrique vient de son coût d’entretien  : pas de pièces mécaniques, de filtres, de vidange, de courroies, de bougies à remplacer périodiquement et des plaquettes et disques de frein qui durent trois fois plus longtemps (frein moteur en décélération).

Une électrique revient deux à trois fois moins cher à entretenir qu’un diesel. Chez Renault, le forfait d’entretien d’une Zoé coûte 65 € sur 2 ans contre 205 € pour une Clio diesel.

Et l’écart se creuse dans le temps, au-delà des 100  000 km, quand un moteur thermique doit subir de coûteux travaux (distribution, embrayage, alternateur), dont se passe un moteur électrique. Dernier avantage financier, l’assurance, avec une prime inférieure de 15 à 20 % à celle d’un diesel.

Voiture électrique : une décote à la revente

Seule inconnue, la revente. Certains modèles montrent une décote raisonnable comme la récente Zoé ou la Nissan Leaf, d’autres comme les petites Citroën, Peugeot et Mitsubishi se bradent après 2 ou 3 ans au tiers de leur prix catalogue, ce qui en fait aujourd’hui d’excellentes affaires…

Du côté des contraintes, la première est d’investir dans la pose d’une wallbox, un coffret électrique destiné à la recharge, un équipement fortement conseillé.

D’abord pour la sécurité de l’installation, puisqu’il permet d’éviter les surtensions. Ensuite pour accélérer la recharge  : avec une wallbox reliée à 32 A en triphasé, 4 à 5 heures suffisent contre 10 à 12 heures sur une prise ordinaire.

Comptez de 500 à 800 € si l’installation électrique est récente, le double s’il faut la rénover.

Les contraintes de la voitures électriques

Autre obligation, disposer d’une seconde voiture pour les week-ends, vacances et longs trajets, les modèles électriques étant peu habitables.

Dans les zones isolées sujettes aux pannes prolongées du réseau ERDF, la seconde voiture est même impérative. De plus, une voiture électrique se prête mal à un usage autoroutier, son autonomie fondant très rapidement à 130 km/h.

Au bilan, les contraintes montrent que la voiture électrique n’est pas adaptée à l’automobiliste urbain, mais plutôt aux ruraux vivant en maison individuelle, disposant d’un garage avec prise. Pour le citadin, il reste la voiture électrique en autopartage, du type Autolib en Île-de-France.

3 modèles de voitures électriques

Renault Zoé : la plus vendue.

  • C’est la plus aboutie. Équivalente à la Clio, elle offre 5 places et un bon équipement (GPS de série). En option, un câble avec boîtier de contrôle qui permet de se brancher sur une prise ordinaire. Encore rare et chère en occasion.
  • Autonomie  : 210 km théoriques, 150 km en pratique (batterie garantiedurant sa location)
  • Prix neuf  : 15 389 € + loyer mensuel de la batterie, de 49 € (5 000 km/an) à 102 € (20 000 km/an)
  • Prix occasion  : à partir de 10 500 € (modèle 2013, 10 000 km)

Citroën C-Zéro : la plus petite

  • Pionnière du renouveau de l’électrique, conçue par Mitsubishi. Elle n’offre que 4 places et un petit coffre de 160 l. Très maniable en ville, vu son petit gabarit (3,48 m). Tenue de route correcte mais accélérations modestes.
  • Autonomie  : 130 km théoriques, 100 km en pratique. Batterie garantie 5 ans par PSA, 8 ans par Mitsubishi
  • Prix neuf : 23 300 €, fortement négociable
  • Prix occasion  : à partir de 9 500 € (modèle 2012, 12 000 km)

Nissan Leaf : la plus confort

  • Cette petite familiale 5 places est la première voiture électrique conçue comme telle. Très confortable, silencieuse. Ses dernières versions (2013) offrent une meilleure autonomie. Vendue avec batterie comprise ou en location.
  • Autonomie  : 200 km théoriques, 150 km en pratique, contre 130 km avant 2013 (batterie garantie 5 ans)
  • Prix neuf  : 23  990 € avec batteries, fortement négociable. Ou 17  990 € avec batteries en location (de 79 €/mois pour 12  500 km/an à 122 €/mois pour 25  000 km/an). Bonus : 4 semaines de location d’une voiture classique offertes chez Hertz et un A/R en auto-train gratuit (les suivants à - 30 %).
  • Prix occasion  : à partir de 15 000 € (modèle 2011, 20 000 km, batteries comprises).