Entretenir et réparer soi-même sa voiture

Entretenir et réparer soi-même sa voiture

Avec l'augmentation des frais de réparation, il y a ceux qui renoncent à leur voiture et ceux qui réalisent de substantielles économies en entretenant eux-mêmes leur voiture.

À 75 € de l’heure en moyenne selon l’Insee, la main-d’œuvre en mécanique pèse pour les trois quarts du montant des factures de révision, et pour plus de 40 %, toutes interventions confondues. 

Ce coût élevé incite certains automobilistes à entretenir leur voiture eux-mêmes. Une pratique qui se développe sous le double effet de la crise et de l’essor d’Internet.

Des prix imbattables sur Internet

Avec le développement des sites de vente sur Internet, l’automobiliste trouve ses pièces 70 % moins chères que chez le concessionnaire, et même 30 % en dessous des tarifs pratiqués par les centres autos.

Ces sites peuvent livrer à domicile, mais la plupart sont affiliés à un réseau de garagistes partenaires qui en assurent la réception et le montage, moyennant parfois un tarif de main-d’œuvre légèrement majoré.

Certains, comme oscaro.fr ou yakarouler.fr, mettent en avant le « do it yourself » (faites-le vous-même) en publiant des modes d’emploi avec photos et vidéos, voire en organisant des sessions d’initiation à la mécanique dans leurs garages partenaires.

Attention à la qualité des pièces détachées

Afin d’éviter toute mauvaise surprise, il convient d’acheter ses pièces chez un détaillant travaillant avec des professionnels ou sur un site Internet réputé. Grâce à leur stock :

  • Ils livrent rapidement,
  • Ils proposent une assistance téléphonique qualifiée,
  • Ils offrent un plus grand choix de garages partenaires où faire livrer et monter les pièces.

Il existe 3 grandes familles de pièces détachées : 

  1. Celles « d’origine » portent la griffe du constructeur et ne sont commercialisées que dans son réseau.
  2. Les pièces « de qualité équivalente » proviennent des sous-traitants qui produisent la pièce d’origine (Bosch, Ferrodo, Lucas, Denso…) et n’en diffèrent que par l’emballage, des détails de finition… et le prix, de 20 à 40 % moins élevé. Elles sont disponibles chez les grossistes (Groupauto, Autodistribution), en centres-autos et sur Internet.
  3. Les pièces MDD (marque de distributeur ou « adaptables », généralement moins résistantes, sont vendues en centre auto ou en grande surface, rarement sur Internet. Elles reviennent de 40 à 60 % moins cher que les pièces dites de qualité équivalente..

Pour les pièces plus techniques (démarreur, turbo, alternateur, étrier de frein…), l’échange standard se généralise, c’est-à-dire le remplacement par des pièces neuves plutôt qu’une réparation. Proposées par des sous-traitants réputés ou des PME spécialisées, elles coûtent 40 à 60 % moins cher que les pièces neuves.

Commander ses pneus en ligne

Les pneus des grands manufacturiers (Michelin, Continental…) sont souvent aussi chers sur Internet qu’en centre auto.

Des sites comme allopneus.com ou 123pneus.fr offrent un choix de marques plus ou moins connues (Vredenstein, Kleber, Uniroyal, Semperit…), toutes filiales de grands manufacturiers mais de 20 à 40 % moins chères, pour une qualité quasi équivalente.

Les labels exotiques, généralement d’origine asiatique, ont des tarifs très bas qui masquent des pneus endurants mais peu adhérents.

La plupart des sites sont affiliés à des centres partenaires qui montent les pneus, moyennant 10 à 15 € par roue. Le site rezulteo-pneu.fr compare les pneus par marque ou modèle de véhicule.

L’alternative des casses autos

Des démolisseurs proposent désormais un vaste choix de pièces via leurs sites internet (careco.fr, francecasse.fr ou opisto.fr).

Pour les pièces de carrosserie de voitures françaises, ils sont la meilleure alternative aux réseaux officiels, et même la seule pour les trois marques françaises qui conservent le monopole de commercialisation des pièces « dessinées » (pièces de carrosserie telles que pare-chocs, rétroviseurs…).

Attention : Des pièces achetées sur des sites comme ebay ou leboncoin peuvent relever de la contrefaçon ou du recel, voire provenir de véhicules accidentés.

Trouver de l'aide sur les forums et les blogs

Les bricoleurs peuvent se faire aider sur les forums des automobilistes et sur les blogs de passionnés qui mettent en ligne des « tutoriels » expliquant, photos et vidéos à l’appui, comment effectuer les opérations de réparation, mêmes les plus complexes.

Le site forum-auto.com en dresse une liste mais on les trouvera facilement en tapant dans le moteur de recherche le nom de sa voiture suivi du mot « forum », « mécanique » ou « conseils ».

À l’aide de la Revue technique automobile correspondant au modèle de son véhicule (achat sur revue-technique-auto.fr, environ 25 €), un amateur adroit et outillé peut réaliser plusieurs opérations d’entretien :

  • Vidanger le moteur et la boîte de vitesses (sauf une boîte automatique qui réclame un protocole particulier),
  • Changer les filtres à air et d’habitacle, les bougies d’allumage ou de préchauffage, la batterie ou encore les plaquettes et disques de freins.

Le bricoleur confirmé pourra remplacer les éléments suivants ;

  • Garnitures de tambour de frein,
  • Amortisseurs,
  • Silencieux,
  • Cardan,
  • Démarreur.

Avec un bon outillage, le bricoleur expert prendra en charge :

  • L’embrayage,
  • L’alternateur,
  • Le joint de culasse…

Quelle que soit l’intervention, les gants et lunettes sont obligatoires pour éviter les blessures et le contact avec l’huile et l’essence (cancérogènes notoires).

Il est aussi formellement déconseillé de se glisser sous une voiture soutenue par un cric, une cale en bois ou un parpaing, susceptibles de céder ou de basculer. Le véhicule doit reposer, frein à main serré et première vitesse engagée, sur des chandelles en acier.

Éviter de perdre le bénéfice de la garantie

S’il permet de grosses économies, l’auto-entretien peut aussi coûter cher en faisant perdre le bénéfice des garanties (contractuelle, légale ou des vices cachés).

La loi permet de choisir son réparateur, mais elle impose le respect des préconisations du constructeur en termes de périodicité et de protocole. 

À noter : Les factures ou le remplissage du carnet d’entretien servent de preuve.

Si ces protocoles ne sont pas suivis, le service après-vente du constructeur pourra arguer, notamment en cas de casse du moteur, d’une malfaçon pour ne pas faire fonctionner une garantie.

Pour une voiture sous garantie ou pouvant encore prétendre à la couverture légale des vices cachés (8 à 10 ans et 150 000 à 200 000 km), il est préférable d’éviter toute intervention sur le moteur, hors changement de bougies, huile et filtres.

Il faut aussi conserver les factures d’achat de ses pièces, même de l’huile, et ne jamais se lancer dans une opération que l’on n’est pas certain de maîtriser. On réservera aux professionnels les interventions périodiques délicates, comme la purge des freins ou le changement de la courroie de distribution.

Self garages et ateliers d'apprentis

D’origine privée ou associative, les self garages permettent de pratiquer sa mécanique soi-même en louant pont et outillage (10 à 15 € de l’heure) et en bénéficiant des conseils d’un professionnel. On les trouve sur le site selfgarage.fr.

À peine plus chers, les lycées professionnels et centres de formation des apprentis qui préparent aux métiers de l’automobile prennent en charge révision ou réparation pour moitié moins cher qu’en garage traditionnel.

Mais le client doit généralement fournir des pièces obligatoirement neuves, et parfois se montrer patient quant à la durée de l’intervention (renseignements sur mieuxdepenser.com, cliquer sur Garages d’application).

Donner sa voiture

Certains automobilistes ont tendance à garder leur voiture très longtemps. À terme, le coût de la moindre panne dépasse la valeur de la voiture. En outre, si la mise à la casse d’une voiture est généralement gratuite quand on l’y conduit soi-même, elle peut coûter de 50 à 100 € s’il faut la faire remorquer.

Lorsque le véhicule n’a plus aucune valeur marchande, on peut le donner. Quelques associations recueillent les dons de voitures, remises ensuite en état.

À noter : Les Autos du cœur aident chômeurs et ménages démunis à se motoriser.

Les voitures, motos, scooters et camionnettes doivent rouler et ne pas être accidentées, mais nul besoin de fournir un contrôle technique à jour ni de les assurer.

L’association compte une antenne dans chaque région et peut se charger du convoyage du véhicule et des formalités administrative ­(lesautosducoeur.fr et 02 47 23 93 96).

Gare aux arnaques !

Sur Internet, les offres de service de « mécaniciens » proposant des révisions à domicile ou des interventions à moitié prix se multiplient.

À savoir : Beaucoup d’auto-entrepreneurs se cachent derrière ces petites annonces, mais aussi du travail non déclaré.

Trois précautions s’imposent avant de faire appel à leurs services :

  1. Exiger la rédaction d’un ordre de réparation préalable,
  2. Demander une facture détaillée indiquant la provenance et le prix des pièces (utile à la revente ou en cas de panne), ainsi que le détail du prix de la main-d’œuvre.
  3. Enfin, il ne faut jamais payer en espèces mais par chèque pour garder une trace de la transaction.

À lire aussi : Entretenir sa voiture soi-même