Encore dix tués chaque jour sur la route

Encore dix tués chaque jour sur la route

Trois questions à… Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la Sécurité routière.

Comment analyser la baisse de la mortalité routière ? Peut-on encore mieux faire ?

Pour la première fois, le nombre de personnes tuées en 2012 dans un accident est passé sous la barre des 3 700. En réalité, derrière ces bons chiffres, il y a encore 10 personnes qui décèdent chaque jour sur la route et c’est beaucoup trop. L’alcool (31 % des morts), la vitesse excessive ou inadaptée (26 %) et le téléphone (10 %) sont les sujets prioritaires.

Quelles actions mener envers les jeunes ?

La route est la première cause de mortalité chez les 18-24 ans ! Sur 813 victimes en 2011, un quart était à deux-roues motorisé.

Si nous parvenons à limiter la conduite sous l’emprise de l’alcool et des stupéfiants, tout en luttant contre l’inexpérience, un grand pas aura été franchi. Le nouveau permis moto (A2), qui permet un accès progressif à la conduite d’une moto de grosse cylindrée, et le renforcement de l’éducation routière au lycée vont dans ce sens.

La prévention, c’est aussi Sam, le personnage d’une campagne contre l’alcool au volant. Son message, « Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas », sera relayé sur les radios préférées des jeunes. Il part en tournée cet été sur les plages de France.

Quels sont les grands projets ?

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a souhaité relancer les travaux du Conseil national de la sécurité routière. Cette instance débat, depuis novembre, des principaux facteurs d’accidents afin d’améliorer la sécurité des personnes les plus exposées.

Ces travaux vont aboutir à des recommandations pour le Comité interministériel de la sécurité routière, où seront définies les grandes orientations de la politique de sécurité routière des années à venir.