Bien entretenir sa voiture

Bien entretenir sa voiture

"Qui veut voyager loin ménage sa monture…" Entre huile de coude, bons produits et astuces de pro, voici nos recettes pour conserver à votre voiture le même éclat que lors de sa sortie d’usine.

Si, en ces temps du tout-électronique, la mécanique est l’apanage des garagistes, l’entretien de la carrosserie et de l’intérieur reste de votre ressort. Non seulement votre voiture vieillira moins vite, mais, si vous souhaitez vous en séparer, vous multiplierez vos chances de la vendre rapidement sans qu’elle perde trop de valeur. De plus, inconsciemment, un véhicule d’aspect impeccable laisse supposer un moteur chouchouté. Alors, les quelques heures que vous lui consacrerez pourraient s’avérer très rentables…

Débosseler et réparer

Si la peinture n’est pas abîmée, une société de "smart repair" peut débosseler une carrosserie (grêle, coups de portières…), et faire disparaître des trous dans les tissus, les cuirs ou les plastiques. Comptez de 70 à 90 € par élément débosselé, et de 90 à 120 € par trou : c’est cher, mais moins qu’un carrossier ou un sellier, et cela vous évitera de perdre quelques centaines d’euros à la revente. Vous trouverez des adresses en cherchant dans l’annuaire ou sur le Web à "Société de débosselage".

Des produits adaptés

Il n’y a pas de miracle, même avec l’aide des meilleurs produits, vous allez devoir frotter ! Pendant le lavage pour décoller la crasse, puis pendant le séchage pour ôter les traces de calcaire et les traînées d’eau. Vous trouverez facilement des nettoyants adaptés selon les matériaux (peintures, plastiques, chromes, tissus…) ; comptez environ 7 € chacun. Le Mir Multi Usages en berlingot (1,95 €/litre) reste très performant pour tous les supports !

Utilisez des chiffons en microfibres : ils sont plus onéreux qu’une éponge (à partir de 4 €), mais ils sont doux, très absorbants, lavables en machine et ne laissent pas de traces. Bannissez les éponges avec un côté grattant : les ronds mats resteront gravés pour toujours !

Alors que l’évacuation des eaux autres que domestiques dans les égouts est interdite et que l’eau devient rare et chère, nous employons toujours des nettoyeurs haute pression. Pourtant, il existe aujourd’hui, dans les centres auto et sur Internet, des produits "verts" à base de cires, d’argile et d’huiles essentielles qui permettent de nettoyer entièrement une voiture sans eau : Sineo (dès 9,95 €), Sanzéo (dès 8,50 €), GS27 Pure (dès 10 €).

Taches et rayures extérieures

Avant de laver entièrement votre voiture, attaquez-vous aux taches difficiles avec un produit approprié. "Attention aux astuces de grand-mère, parfois agressives, remarque Franck Le Jeune. Une peinture de carrosserie relève maintenant de la haute technologie et les produits d’entretien se sont adaptés."

Ainsi, certains détergents dissolvent le goudron en 15 minutes (le gazole fonctionne, évitez le white-spirit), d’autres la résine (eau bouillante et savon font parfois l’affaire), d’autres encore les fientes et les insectes, dont on se débarrasse aussi, après détrempage, avec un collant contenant une éponge mouillée. Quant aux taches de rouille, qui se raréfient grâce à la qualité croissante des peintures, il faut les traiter avec un antirouille.

Enfin, lavez votre voiture à l’ombre, et de haut en bas, car c’est sur les bas de caisse et les roues que se trouvent gravillons et poussières abrasives ; de plus, l’eau qui s’écoule agit comme un prénettoyage. Utilisez de l’eau savonneuse en commençant par le toit et les vitres, et en vous arrêtant sur les "détails" (joints de caoutchouc et baguettes, à finir à la brosse à ongles). Descendez et terminez par les pare-chocs, les bas de caisse, les pneus et les jantes, sans oublier les passages de roues. Rincez et séchez au chiffon.

Pour un rendu impeccable, lustrez votre carrosserie propre avec un polish (environ 12 €) : ce travail fastidieux va à la fois la faire briller, la protéger de la saleté, lui procurer une couche déperlante et dissimuler les microrayures. Attention à ne pas toucher les plastiques et les joints ! En cas de rayure profonde, il vaut mieux aller chez un carrossier. « Les stylos de retouches de peinture ne sont à utiliser qu’avec délicatesse sur les petits éclats et plutôt sur les couleurs claires », précise Franck Le Jeune. Enfin, un rénovateur de plastiques extérieurs fera briller vos pare-chocs… quelques semaines. S’ils sont ternis, vous pouvez employer un teinteur noir ou gris (15 €).

Plastiques et tissus intérieurs

Aspirez soigneusement sol, sièges, tableau de bord et autres plastiques. N’oubliez pas les parties cachées : rails de fauteuils, pliures des joints, rainures des vide-poches, boîte à gants, ouvertures de portières côté charnière… Aidez-vous d’une brosse à dents pour les recoins inaccessibles. Nettoyez les plastiques à l’eau savonneuse. Quand ils sont secs, appliquez un rénovateur pour les protéger et les faire briller. N’employez pas de détergent sur les "vitres" des compteurs, qui peuvent s’opacifier.

Contre les taches sur les sièges et les moquettes, procédez comme sur vos tissus d’ameublement, avec des produits adaptés. Pour décoller un chewing-gum, utilisez un gel durcissant en spray (par exemple, l’Antigum Comet, 9,63 € sur www.voussert.fr ou au 0 810 643 176, au prix d’un appel local), plus pratique qu’un glaçon.

Quant aux poils d’animaux incrustés dans les tissus, Franck Le Jeune, créateur de Car’Sweet, société de lavage sans eau de véhicules à domicile, vous livre un "truc" : "Grattez légèrement à rebrousse-poil avec une lame de scie à métaux et aspirez !" Mais, pour donner un vrai coup de neuf à votre intérieur, utilisez un shampouineur-nettoyeur pour moquette (location dans les pressings, grands magasins…) et attendez plutôt les beaux jours, pour accélérer le séchage. À la fin, vaporisez un désodorisant antibactérien.