Au chômage, vous avez droit à des aides pour passer le permis de conduire

Au chômage, vous avez droit à des aides pour passer le permis de conduire
Les moins de 25 ans ont intérêt à s’adresser à une auto-école participant au dispositif « permis à 1 euro ». - © bokan

Pôle emploi peut vous attribuer l’aide au permis, accordée sur examen de votre situation. Nos conseils, avec l’expertise de Thomas Bobillot, directeur régional Île-de-France de Wimoov, association qui promeut la mobilité pour tous.

Passer le permis en candidat libre est une solution très économique : 30 euros seulement sont nécessaires pour l’examen du Code dans un organisme agréé, comme La Poste. Ensuite, un proche ayant le permis depuis au moins cinq ans vous enseigne la conduite pendant vingt heures minimum. Avoir une voiture à double commande n’est plus un prérequis. Seule une assurance spécifique est obligatoire. L’examen national est gratuit.

Aide de Pôle emploi ou financement du compte personnel de formation

Pour un apprentissage classique en auto-école, vous pouvez demander l’aide au permis de Pôle emploi. Elle est accordée sur examen de votre situation. Depuis mars 2017, un financement à partir du compte personnel de formation (CPF) est envisageable, à condition de choisir une auto-école labellisée « organisme de formation», encore très rare. Le département et la région peuvent apporter un complément, mais leurs budgets sont limités.

Les moins de 25 ans ont intérêt à s’adresser à une auto-école participant au dispositif « permis à 1 euro », puis à solliciter un prêt à taux zéro auprès d’une banque.
 Pour ceux qui sont disposés à accomplir des heures de bénévolat en contrepartie, certaines mairies proposent leurs « bourses au permis ».

Le montant de chaque aide est rarement suffisant. Il faut parfois en combiner plusieurs ou compléter leur financement, avec, par exemple, un microcrédit (contacter l’ADIE, le Crédit municipal de Paris, l’association Familles rurales...). Les personnes ayant des difficultés sociales et financières peuvent demander à un prescripteur (Pôle emploi, la mission locale ou les services sociaux) à être orientées vers une auto-école sociale.