4 choses à savoir pour acheter une voiture d’occasion

4 choses à savoir pour acheter une voiture d’occasion
Les prix des voitures d’occasion découlent de leurs tarifs en neuf et, surtout, de l’offre et de la demande. - © 1001nights

Il s’en vend cinq fois plus que des voitures neuves, de plus en plus souvent sur des sites d’annonces entre particuliers. Pour être un acheteur de véhicule d’occasion satisfait, suivez le guide.

La première question, d’actualité, concerne le type de motorisation : faut-il éviter le diesel ? Son bannissement des grandes villes ne concerne pour l’heure que les voitures d’avant 1997, et seules les catégories Crit’air 4 et 5, correspondant à des modèles antérieurs à 2006, pourraient être interdites de cité à partir de 2020. Reste que, compte tenu de sa disgrâce, « ses tarifs baissent, selon Jérôme Ponsin, directeur général de La Centrale, et cela devrait se poursuivre. Sur notre site Internet, la part de requêtes sur le diesel est passée de 65 à 54 % en deux ans. Or, 70 % des voitures qui y sont en vente sont des diesels. »

Surtout, pour qui choisit un gros modèle et parcourt plus de 20 000 kilomètres par an, il demeure le meilleur choix économique. Un monospace ou SUV diesel consomme 2 à 4 litres de moins aux 100 kilomètres qu’un moteur essence. En revanche, pour une citadine ou une petite familiale, l’écart ne dépasse pas 1,5 l/100, ce qui compense rarement un coût d’entretien et d’assurance plus élevé. En ville, un diesel n’est jamais la bonne option car ce moteur sophistiqué supporte très mal petits trajets à froid et conduite à bas régimes, avec de gros pépins à la clef.

Écarter les mauvais modèles

C’est sur Internet (autoplus.fr, automobile-magazine.fr, caradisiac.com), et non dans 
les magazines, que l’on trouve les essais de modèles lancés il y a cinq ou quinze ans. Reste à s’assurer que la voiture choisie est fiable, en tapant « avis » ou « panne » et le nom du modèle envisagé (exemple : Citroën C4 1,6 HDI) dans un moteur de recherche. Les résultats les plus pertinents figurent sur les forums (forum-auto.com, forum.autoplus.fr ou forum.quechoisir.org).

« J’ai consacré toutes mes soirées pendant deux semaines à chercher une voiture, j’ai passé des heures au téléphone, sur Internet et dans les garages, confie Marie-Pierre Léonard qui vient d’acheter un Peugeot Partner récent. Grâce aux forums, j’ai évité de justesse de prendre un modèle qui me plaisait mais s’avère très peu fiable, j’ai repéré un marchand un peu escroc et, surtout, je me suis fait conseiller. »

Gare aux effets de mode

Les prix des voitures d’occasion découlent de leurs tarifs en neuf et, surtout, de l’offre et de la demande. Or, la mode préfère désormais clairement le SUV au monospace, délaissant aussi grandes berlines et breaks. À prix neuf, âge et kilométrage égaux, un SUV de cinq ans coûte 10 à 30 % plus cher qu’un break ou une berline, et 5 à 15 % de plus qu’un monospace. Vous trouverez aussi des Renault Laguna proposées au prix des Clio.

« Les grandes familiales, souvent d’anciennes voitures de fonction bien équipées, sont d’excellentes affaires », note Jérôme Ponsin. D’autres bons plans ? Les marques nippones, peu diffusées mais fiables (Honda, Mazda, Suzuki, Mitsubishi), ou des modèles de Fiat, Ford et Opel peuvent être 15 à 25 % moins chers que les stars françaises et allemandes.

Le bon choix, au bon prix

Pour payer le juste prix, deux cotes font référence. Celle du site La Centrale, parfois optimiste, reflète les transactions entre particuliers. Plus pessimiste, celle de L’Argus sert de base aux offres de reprise des concessionnaires et aux indemnisations des assureurs. Acheter « à L’Argus » est souvent une bonne affaire. On peut aussi faire la moyenne des prix affichés sur Internet de modèles identiques en appellation, âge et kilométrage. Attention à ne pas surpayer une auto ancienne ayant peu roulé : une voiture s’abîme quand elle ne sert pas, s’encrasse en petits trajets et son entretien est souvent négligé.

Reconnaître les arnaques

Pour s’assurer que la voiture présentée est bien celle vendue, il faut toujours vérifier l’immatriculation sur les documents (contrôle technique, certificats, factures, carte grise, photos) et sur l’auto. Gare aux voitures fantômes : n’achetez jamais à distance, sans avoir vu ni essayé, et ne payez rien d’avance ! L’arnaque la plus connue, le compteur kilométrique trafiqué, reste rare chez les particuliers ou concessionnaires. C’est en revanche un classique chez les marchands et certains mandataires qui s’approvisionnent à l’étranger. Seul l’examen des dates et kilométrages des factures d’entretien permet de la déceler. Faites donc de leur réception un préalable à l’essai, tout comme celui du procès-verbal de contrôle technique (CT).

Son rapport détaillé peut mentionner de gros défauts (corrosion, fuites...), même 
s’ils n’entraînent pas le recalage du véhicule. Pour repérer un accident mal réparé ou un filtre à particules diesel supprimé (500 à 1 500 euros de réparation obligatoire lors du contrôle technique dès 2018), vous pouvez avoir besoin d’un professionnel. Les réseaux Aidaveo ou Experveo proposent les services d’experts qui vérifient le véhicule pour vous. Différentes formules existent (vérification de conformité, recherche d’antécédent, estimation, examen, essai, garantie) pour 70 à 225 euros.