Une tablette, oui, mais laquelle ?

Une tablette, oui, mais laquelle ?
Grâce à leur interface simplifiée, les tablettes tactiles permettent à tous de naviguer sur Internet, consulter ses mails et ses comptes sociaux, faire du shopping, regarder des photos, voir des films ou des séries... - © Petar Chernaev

Vous avez envie dune tablette tactile pour Noël ou den offrir une ? Voici les critères à examiner avant de jeter votre dévolu sur un modèle.

Apparues il y a moins de cinq ans, les tablettes tactiles se sont imposées dans nombre de foyers. Grâce à leur interface simplifiée, elles permettent à tous de naviguer sur Internet, consulter ses mails et ses comptes sociaux, faire du shopping, regarder des photos, voir des films ou des séries... Pour un budget s’échelonnant de 40 à plus de 700 €, elles se déclinent à travers trois grandes familles de terminaux : les petites tablettes à partir de 7 pouces, les classiques de 10 pouces et plus, et les hybrides combinant écran et clavier amovible ou escamotable. Principale difficulté : faire le tri dans les centaines de références du marché. Voici les clés pour comprendre comment elles fonctionnent, afin de vous aider à faire le meilleur choix.

Définissez la taille

À quoi va servir la future tablette et où l’utiliserez-vous ? C’est en répondant à ces questions que vous pourrez amorcer votre sélection. Vous avez besoin d’un écran à la maison pour lire vos mails, surfer sur le Net ou sur Facebook, faire vos emplettes ou afficher des photos ? Orientez-vous vers les tablettes dont l’écran est supérieur à 10 pouces. Et examinez les modèles que l’on peut connecter à un clavier, si vous envisagez d’utiliser les logiciels de bureautique ou de réaliser des présentations professionnelles. En revanche, s’il s’agit d’acquérir un écran pour un enfant ou un ado, ou si votre foyer est déjà bien équipé d’ordinateurs et de smartphones, les tablettes de moins de 8 pouces sont tout indiquées.

Sélectionnez l’écran

Pièce maîtresse de votre future tablette, l’écran doit être choisi avec soin. Pour ne pas être déçu de sa réactivité au toucher et de la qualité de l’image, éliminez les modèles d’entrée de gamme équipés d’écrans « résistifs » et ceux dont la définition est inférieure à 1024 x 600 pixels. Préférez les « capacitifs », ultrasensibles et avec lesquels on peut notamment agrandir une image avec deux doigts. L’affichage doit au moins être en haute définition (HD) : 1280 × 720 pixels ou à partir de 1920 × 1080 pixels (Full HD). Dernier point à trancher : le format. Pour naviguer confortablement sur Internet, optez pour le format portrait, en 4/3. En revanche, si votre tablette est destinée à des séances de cinéma ou à voir vos photos, préférez le mode paysage (format 16/10).

Évaluez la bonne capacité de stockage

Exprimée en gigaoctets (Go), la capacité de stockage de votre future tablette indique l’espace dans lequel vous stockez applications, livres, films, musique, etc. Mais, attention, elle n’est jamais celle que pourrez réellement utiliser. Car rares sont les marques à préciser que le système d’exploitation (Android de Google, iOS d’Apple, Fire OS d’Amazon, Windows...) en occupe déjà une partie. C’est pourquoi, pour les budgets serrés, 8 Go est un minimum.

Pour un vrai confort, visez 16 ou 32 Go, afin de stocker presque sans compter, 64 Go et plus si vous êtes cinévore, photographe ou un joueur invétéré. Vous hésitez ? Choisissez une tablette dotée d’un port SD ou micro-SD permettant d’améliorer la capacité de stockage en ajoutant une carte mémoire.

Estimez sa puissance

La puissance d’une tablette peut être évaluée à travers sa mémoire vive (dite « RAM ») et son processeur (Intel, Snapdragon, ARM,  MediaTek...). Attention, si la première est inférieure à 1 Go et si le second n’affiche pas au moins 4 cœurs, notamment pour les tablettes à bas coût dont la diagonale d’écran est inférieure à 8 pouces. Le risque ? Devoir composer avec une vitesse d’affichage poussive et saccadée. La plupart des nouveaux modèles positionnés au-dessus de 150 € offrent au moins de 2 Go de RAM et, parfois même, des processeurs 8 cœurs, similaires à ceux des smartphones.

Jaugez son autonomie

Le temps durant lequel vous pourrez utiliser votre tablette avant de la recharger n’est pas à négliger. Première piste pour l’évaluer : la puissance en milliampères-heure (mAh) de la batterie. Plus elle est élevée, plus la tablette durera longtemps. Comptez au minimum six à sept heures d’autonomie pour une utilisation mixte à la maison. Visez davantage pour une utilisation intensive (téléchargements, connexions en Bluetooth avec des objets connectés, etc.) et hors domicile. Enfin, si l’endurance de votre tablette est un critère clé, pensez aux modèles pouvant être « clipsés » sur des docks clavier. Ils comportent une batterie supplémentaire qui décuple leur autonomie.

Choisissez votre camp

Véritable dilemme : l’interface de votre futur appareil. Les utilisateurs de produits Apple se tourneront plus naturellement vers iOS et les modèles de la marque pour ne pas être déstabilisés. Pour les autres, ce pourra être le degré de personnalisation que permet Android (au minimum 4.0) de Google ou l’environnement rassurant de Windows de Microsoft, que l’on retrouve sur les PC, qui feront la différence. Autre critère à prendre en compte : le nombre d’applications dans chacun des magasins : 1,4 million dans le Google Playstore, 1,2 million dans l’App Store, et « seulement » 700 000 dans le Windows Store.

Décryptez sa connectivité

La présence d’un port USB (ou micro USB) est essentielle, afin de relier votre tablette à un ordinateur, un disque dur ou à une télévision. Tout comme le Bluetooth (au minimum la version 4.0), pour la connecter sans fil à un casque audio, un clavier ou un objet connecté. À cette base peuvent s’ajouter une sortie HDMI pour diffuser vos fichiers en haute définition sur grand écran, une puce NFC pour échanger des contenus avec un appareil compatible et régler des achats sans contact ou une puce GPS pour utiliser la géolocalisation. Enfin, toutes les tablettes intègrent le WiFi pour se connecter à Internet sans fil. Mais certaines disposent d’un emplacement destiné à une carte SIM, afin de vous connecter au réseau mobile 3G-4G avec un forfait spécifique.