Tout savoir sur l'Internet à haut débit

Tout savoir sur l'Internet à haut débit

On compte plus de 19 millions d’abonnés à l’Internet haut débit, soit sept ménages sur dix. La technologie évoluant elle aussi à grande vitesse, il est bien difficile de s’y retrouver. Explications.

Les offres triple play : Internet, téléphone, télévision

Aujourd’hui, il existe sept principaux fournisseurs d’accès Internet (FAI) pour les particuliers. Leurs offres triple play (Internet, téléphone, télévision) sont assez proches en terme de prix – autour de 30 € par mois –, mais pas forcément de contenu.

Tous donnent accès au Web avec un débit à peu près équivalent – entre 20 à 28 mégabits/seconde (Mbit/s) dans le meilleur des cas. Tous permettent également de téléphoner sans surcoût vers les postes fixes en métropole.

Mais, le nombre de pays étrangers accessibles dans le cadre du forfait, tout comme les tarifs vers les départements et les territoires d’outre-mer (Dom-Tom) et les mobiles peuvent varier considérablement d’un opérateur à l’autre. Même constat pour le nombre de chaînes de télévision, disponibles gratuitement ou non.

En outre, pour faire le bon choix entre les différentes formules, il est important de connaître la signification de certains termes techniques, présents dans les offres commerciales. "De toutes façons, je ne comprends rien à ce vocabulaire !", entend-on souvent autour de soi, quand il s’agit de décrypter une publicité ou un comparatif de forfaits. Savoir comment ça marche et à quel service on peut accéder en fonction de sa situation géographique, faire la différence entre haut débit et très haut débit, comprendre le langage d’Internet, connaître aussi les procédures pour changer d’opérateur quand on n’est pas satisfait, sont autant d’informations précieuses pour l’internaute.

Quelles sont les différentes façons d’accéder à Internet ?

Il existe deux façons d’accéder au Web : soit par une connexion ADSL, utilisant le réseau téléphonique de France Telecom ; soit par le câble, dans les villes qui en sont équipées. La quasi-totalité des opérateurs (Orange, Free, Alice, etc.) utilisent la première technologie, seul Numéricâble proposant un accès par le câble. La différence ? Principalement les frais, un peu plus élevés avec le câble, et le nombre moins important de pays accessibles dans le forfait téléphonique.

Pourquoi parle-t-on de zones dégroupées ?

Avec l’ADSL, deux solutions peuvent se présenter, selon que vous habitez ou non dans une zone dégroupée. Dans le premier cas, cela signifie que la partie du réseau téléphonique située entre votre prise murale et le répartiteur local de France Telecom (partie appelée "boucle locale") permet aux autres opérateurs, moyennant rétribution, de faire passer leurs offres de services aux particuliers. C’est désormais le cas pour plus de 75 % de la population – les zones non dégroupées étant chaque année moins nombreuses. Pour savoir si vous vous trouvez dans une zone dégroupée ou non, il faut vous rendre sur le site de l’opérateur et indiquer votre numéro de téléphone. Ou encore sur le site www.zoneadsl.com.

Avec l’ADSL, peut-on se passer de France Telecom ?

Oui, avec un dégroupage total de la boucle locale. On parle de dégroupage total si l’intégralité des bandes de fréquences sur cette partie du réseau est mise à disposition de l’opérateur, l’utilisateur n’étant alors plus relié à France Telecom. En revanche, le dégroupage est partiel si l’opérateur ne dispose que de la bande de fréquences hautes pour l’ADSL, France Telecom conservant la bande de fréquences basses pour son service téléphonique.

Avec un dégroupage total, l’utilisateur peut donc se passer d’abonnement à France Telecom avec la plupart des opérateurs, y compris Orange, filiale de l’opérateur historique, et économiser ainsi 16 € par mois. Inconvénient : en cas de coupure d’électricité, le modem étant alimenté électriquement, la ligne ne fonctionnera pas…

Comment procéder pour changer de fournisseur d’accès ?

Il suffit d’adresser une lettre recommandée avec AR au fournisseur d’accès en respectant le préavis indiqué sur votre contrat (de 1 à 2 mois). Si le FAI impose une période d’engagement minimale (12 mois), le contrat ne pourra être résilié avant la fin de cette période. à l’exception de Orange et Darty, les FAI facturent aussi des frais de résiliation. Toutefois, l’opération reste gratuite dans plusieurs cas de figure (principalement lorsque le fournisseur manque à ses obligations) ou encore en cas de force majeure (chômage, maladie grave...).

Les appels vers les mobiles sont-ils toujours pénalisés ?

Si le coût des communications nationales vers les postes fixes est inclus dans les forfaits, tout comme les appels vers certains pays étrangers, il n’en va pas de même pour les mobiles. Seuls Alice et Bouygues Telecom proposent une option à 10 €/ mois, pour disposer respectivement, en plus du forfait, de quatre heures (Alice) et trois heures d’appel (Bouygues) vers les mobiles. Les autres opérateurs facturent ces appels entre 0,13 € et 0,28 € la minute en heures pleines, plus 0,16 à 0,29 € de mise en relation.

Qu’entend-on par fibre optique à très haut débit ?

Il s’agit de lignes de communication électroniques en fibre optique, installées dans la partie finale du réseau et déployées dans les immeubles. Comparée à l’ADSL, la fibre optique offre des connexions Internet 5 fois plus rapides (de l’ordre de 50 à 100 Mbit/seconde), avec davantage de stabilité et de sécurité. Elle va aussi permettre de recevoir des chaînes de télévision à haute définition et de charger sur son mobile des morceaux de musique instantanément.

Plus de 20 000 immeubles (550 000 logements) ont déjà été "fibrés" et raccordés au réseau d’au moins un opérateur, à Paris et dans les grandes agglomérations. Reste à trouver un moyen d’organiser la mutualisation – donc le partage – de ces réseaux entre différents fournisseurs d’accès, comme le prévoit la loi, pour permettre aux consommateurs de choisir librement leur fournisseur d’accès, libre concurrence oblige.

Comment se définit une offre "quadruple play" ?

C’est le mariage du mobile et d’Internet ! Expérimenté par la plupart des opérateurs (Neuf Telecom, Free, Orange, Club Internet, SFR…), le "quadruple play" est en passe de révolutionner la téléphonie. Ce procédé ajoute aux offres "triple play" habituelles (Internet, téléphone, télévision) la téléphonie mobile dans le même forfait.

Bientôt, chacun pourra disposer d’un téléphone mobile hybride, fonctionnant aussi bien à l’extérieur (en réseau traditionnel GSM) qu’à l’intérieur (en réseau ADSL ou à proximité d’une borne wifi). De quoi remplacer à la fois un mobile et un téléphone fixe, en basculant sans coupure d’un réseau à l’autre et vice-versa, selon l’endroit où vous vous trouvez. Tous les opérateurs se préparent à lancer de telles offres, à l’instar de Bouygues Telecom et de son forfait proposé à partir de 45 € par mois.

L’offre TV de l’ADSL est-elle meilleure que celle de la TNT ?

Avec la TNT, il est possible de recevoir dix-huit chaînes gratuites, quelques chaînes payantes (LCI, Eurosport, Paris Première…), plus des chaînes locales. On peut aussi, en disposant d’un téléviseur HD, capter plusieurs chaînes nationales en haute définition (TF1, France 2, M6, Arte, NRJ). Toutefois, l’offre de la TNT reste bien plus réduite que celle des opérateurs ADSL ou du câble. Difficile en effet de rivaliser avec les 85 chaînes gratuites d’Orange, les 120 chaînes de Numericable ou les 166 de Free…

Autre atout de l’ADSL, la possibilité d’enregistrer des programmes sur un disque dur intégré au boîtier TV du modem (ou box), gratuit chez Free, et facturé 3 à 5 € par mois ailleurs. Seul handicap de l’ADSL : un éloignement trop important du central téléphonique réduit la qualité de réception. En attendant la fibre optique !

Bientôt la généralisation de la TNT

D’ici la fin 2011, la télévision analogique aura disparu progressivement au profit de la télévision numérique, avec la généralisation de la TNT (télévision numérique terrestre). Environ 95 % de la population recevra la TNT via le réseau classique, avec une simple antenne "râteau". Cela nécessite toutefois de disposer d’un téléviseur TNT – fonction obligatoire sur tous les postes en vente depuis le 1er janvier 2008 – ou d’un adaptateur. Ceux qui ne pourront être raccordés devront passer par l’ADSL.