Mails : la méthode pour éviter le spam

Mails : la méthode pour éviter le spam

La messagerie électronique est une porte ouverte sur notre vie privée. Pour se prémunir contre les vols de données et l’usurpation d’identité, il existe des solutions simples afin de communiquer sereinement.

Chaque jour, plusieurs milliards de courriels sont échangés dans le monde. Lorsque l’un d’eux arrive dans votre messagerie, il n’est pas facile d’en connaître l’origine.

Avant même de l’ouvrir, vous devez vérifier le nom de l’expéditeur, l’objet et le début du message qui s’affichent. Ainsi, en cas de doute, vous le supprimerez sans l’ouvrir.

Notre conseil. Protéger le contenu d’un courriel que l’on expédie en chiffrant le message avec les logiciels gratuits de cryptographie Cryptozor, GnuPG, TrueCrypt ou KryptoZone.

Créer plusieurs adresses

Afin de se prémunir de la plupart des intrusions, une astuce consiste à multiplier ses identités, en créant plusieurs adresses de courriel : une pour les proches, une pour des achats en ligne, une pour les jeux-concours… et rien ne vous empêche d’utiliser des pseudonymes sans rapport avec votre nom réel.

Vous pouvez aussi inventer de faux noms et de fausses informations (nom, prénom, sexe, date de naissance), par exemple lorsque vous vous inscrivez sur un site d’écoute de musique en ligne.

Certains peuvent être tentés d’utiliser des adresses « jetables », d’une durée de vie limitée comme Yopmail ou Mail Temporaire.

Il ne s'agit pas de la solution la plus pratique. En revanche, la plupart des hébergeurs permettent de créer des adresses “alias” dont le contenu est redirigé sur l’adresse principale.

Ainsi, pour ses achats, on peut créer un alias intitulé par exemple “isabelleLaRedoute”. Si l’on récupère de la publicité avec cette adresse, c’est donc la preuve que le site ­marchand est à l’origine de sa diffusion.

Notre conseil. Quand vous remplissez un formulaire, ne renseignez que les champs obligatoires (ceux marqués par un astérisque).

Courriels : identifier et signaler les spams

Des milliards de courriels non sollicités (spams) parcourent le monde et arrivent dans votre boîte de réception.

Comment ? Le plus souvent, votre adresse a été récupérée par l’intermédiaire de fichiers de clientèle ou par collecte automatique sur le Web.

Notre conseil. Pour freiner les spams, il faut éviter d’y répondre et ne pas cliquer sur les liens. Mieux, il est conseillé de les supprimer sans les ouvrir.

Si les courriels sont parfois vecteurs de virus, ils véhiculent surtout des canulars (hoax) plus ou moins anodins, avec des messages comme « La petite Lili a disparu, aidez-nous », « Si vous avez tel fichier sur votre ordi, effacez-le », ou avec des lettres à transférer à ses contacts – les fameuses chaînes.

Un des canulars les plus connus, appelé le spam « nigérian », continue de circuler. Il est souvent ainsi libellé : « Je suis la fille de feu M. X, que Dieu soit avec vous, aidez-moi à récupérer mon argent », promettant de l’argent facile… moyennant l’envoi préalable d’une certaine somme. Un argent que vous ne reverrez jamais, évidemment !

Notre conseil. Pour éviter ces désagréments, vous pouvez identifier les spams en vigueur, sur le site www.hoaxbuster.com, et signaler ceux que vous recevez à la plate-forme www.­signal-spam.fr qui transfère les dossiers vers la Commission nationale de l’informatique et des libertés, une fois le spammeur identifié.

Ne pas mordre à l’hameçon

Si certains pièges semblent grossiers, chacun peut se faire prendre dans les filets du hame­çonnage (fishing). Ce procédé fonctionne par imitation d’un site de confiance, afin de subtiliser des informations confidentielles.

Il suffit d’un courriel semblant provenir de votre banque : vous cliquez sur le lien et vous vous retrouvez sur une page qui n’est pas celle du site officiel… Trop tard !

Notre conseil. Enregistrez l’adresse de votre banque dans vos ­favoris ou tapez-la vous-même dans la barre.

Attention aux noms ressemblants ou rallongés comme : http//9325112/www.[nom de votre banque].fr ou http://www.[nom de votre banque].fr.to.

À lire aussi : E-mail : attention aux arnaques !

Et aussi sur Dossier familial