Internet : acheter sans risque à un particulier

Internet : acheter sans risque à un particulier

Soldats de plomb, 45 tours, BD, voiture, produits high-tech ou vintage, mobilier… On trouve vraiment de tout sur les sites de vente entre particuliers. Vous êtes tenté ? Nos conseils aux débutants.

Sur Internet, le meilleur comme le pire

Une partie d’Internet est devenue une immense brocante virtuelle offrant un fabuleux choix aux chineurs du monde entier. Quelques clics suffisent pour accéder à des millions de références, en France comme à l’étranger. Si une caverne d’Ali Baba s’ouvre aux collectionneurs en quête de "la" pièce unique, épuisée, jamais rééditée, aux amateurs d’objets anciens, aux passionnés, aux nostalgiques, le Web est aussi une aubaine pour les chasseurs de bons plans et de petits prix. Il faut cependant avoir conscience des inconvénients de ce mode de vente.

"Entre particuliers, vos droits sont moins protégés que lorsque vous achetez à un professionnel, car le Code de la consommation ne s’applique pas à ces transactions, précise Laure Baëté, juriste au Forum des droits sur l’Internet. Par exemple, vous ne disposerez pas des sept jours de délai de rétractation, en principe attachés aux achats à distance, pour retourner la marchandise au vendeur. Cela signifie également que vous ne bénéficiez pas de la garantie légale de conformité que vous doit tout vendeur professionnel."

Par ailleurs, l’essentiel des biens vendus ayant déjà servi, les risques de traces de rayures, de chocs ou de panne sont a priori plus importants que pour des articles neufs.

Petites annonces ou plates-formes de commerce électronique ?

Il existe deux grandes catégories de sites pour réaliser des transactions entre particuliers.

  • Les sites de petites annonces - annonces.ebay (à ne pas confondre avec ebay.fr !), lacentrale.fr, leboncoin.fr ou paruvendu.fr - servent uniquement de support de publication. Ils n’offrent aucune protection spécifique aux particuliers. À vous de vous débrouiller pour vous assurer de la qualité du vendeur et de son bien. On réservera ces sites aux transactions de proximité, celles pour lesquelles argent et objet s’échangent en direct.
  • Les plates-formes de commerce électronique sont plus adaptées si vous cherchez un cadre plus formel. Ce sont des sites qui supervisent le bon déroulement de la vente. Voici les sept conseils indispensables pour naviguer au mieux sur ces réseaux-là.

Je me familiarise avec les plates-formes de vente

Elles ont pour nom 2xmoinscher.com, amazon.fr, ebay.fr, fnac.com ou priceminister.com et jouent un rôle actif dans les transactions entre particuliers. Ces plates-formes de commerce électronique surveillent les annonces diffusées, servent d’intermédiaire pour le règlement des achats, etc. Certaines, comme PriceMinister ou Amazon, sont dites "tiers de confiance".

"Ces sites s’assurent en plus de la bonne exécution de votre commande, explique Benoît Tabaka, directeur des affaires juridiques et réglementaires chez PriceMinister. Comment ? Le montant de l’achat est bloqué par la plate-forme jusqu’à ce que l’acheteur ait bien reçu sa commande et confirme en ligne, sur son espace personnel, qu’elle est conforme au descriptif et en état de fonctionnement. À défaut, en cas de litige, le site bloque le processus de paiement et intervient pour aider l’acheteur à trouver une solution à l’amiable avec le vendeur."

Notre avis. Les grands débutants recherchant un haut niveau de sécurité privilégieront les sites "tiers de confiance" où la plupart des ventes sont proposées à prix fixe. Les autres, tentés notamment par le système d’enchères d’eBay, liront attentivement les conditions générales et privilégieront les paiements sécurisés (Paypal), pour bénéficier d’une garantie en cas de problème de livraison.

Je vérifie la fiabilité du vendeur

L’un des avantages des plates-formes par rapport aux sites de petites annonces, "c’est la possibilité de consulter le profil du vendeur, décrit Esther Ohayon, porte-parole d’eBay. Regardez le nombre de notations obtenues, et surtout prenez le temps de lire les commentaires postés par les acheteurs. Ils vous renseigneront sur son sérieux. Autre astuce : utiliser les moteurs de recherche pour débusquer les arnaques. Il suffit d’entrer un mot-clé ('achat voiture', par exemple) suivi des mots 'arnaque' ou 'litige' pour accéder aux forums de discussion dénonçant les pratiques douteuses du moment."

Notre avis. Restez prudent avec les profils récemment créés qui affichent peu d’évaluations, notamment si elles portent sur de petits montants. Et évitez les vendeurs domiciliés à l’étranger qui demandent à être réglés par transfert de fonds en liquide.

Je m’informe sur le produit

Pour débusquer la bonne affaire, encore faut-il se faire une idée de sa valeur à neuf et/ou de sa cote d’occasion. Alors, fouinez, comparez, étudiez, sur le Web ou dans les magasins, les prix des articles convoités en notant bien la référence, le modèle, l’année de mise en circulation…

"Posez le maximum de questions au vendeur, recommande Cécilia Gheerbrant, responsable du service client de 2xmoinscher. S’il s’agit d’un livre, est-il écorné, déchiré, annoté, surligné ? S’il s’agit d’un PC portable, quelle est sa capacité de mémoire ? Et, au besoin, faites-vous envoyer des photos complémentaires. Enfin, pour un achat d’un montant important, déplacez-vous pour évaluer l’état du produit."

Notre avis. Interroger le vendeur permet de se faire une première idée sur sa fiabilité et de constituer un dossier pour prévenir tout litige éventuel sur la nature et la qualité du bien.

Je me méfie des offres trop alléchantes

La Toile n’a rien de miraculeux et les trop bonnes affaires cachent souvent des arnaques, la vente d’objets volés ou de contrefaçons. "Un prix trop attractif pour un objet de valeur doit éveiller vos soupçons, met en garde Christian Aghroum, commissaire divisionnaire, chef de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication. Que faire en cas de doute ? Contactez Info Escroqueries au 0 811 02 02 17 (coût d’un appel local). Ce service répond aux appels de consommateurs qui pensent être victimes d’une arnaque. Policiers et gendarmes vous aideront à décrypter votre annonce."

Notre conseil. Une visite sur le site www.e-litige.com, très en pointe pour tout ce qui concerne la face obscure des ventes sur le Net, vous aidera à acquérir les réflexes qui font les bons achats.

Je raisonne 'frais d’expédition compris'

Le prix des articles proposés à la vente s’affiche toujours hors coût de livraison. Or, si vous choisissez pour un mode de transaction "tout en ligne", vous devrez nécessairement vous faire livrer. À vous d’intégrer ces frais au prix de la transaction et de choisir le mode d’expédition approprié à votre achat. Vous pouvez vous inspirer des préconisations des sites tiers de confiance, soucieux de sécuriser les transactions conclues via leur plate-forme, et exiger un envoi en colis suivi ou en recommandé.

À noter. Certains sites proposent aussi un système de livraison en points relais. "Avantage, souligne David Faye, responsable juridique de 2xmoinscher, c’est moins onéreux, plus rapide et 100 % garanti en cas de non-livraison ou de non-conformité."

J’évite certains moyens de paiement

Acheter de particulier à particulier implique certaines contraintes, notamment au niveau du règlement du prix de l’acquisition, car les vendeurs ne peuvent être payés directement par carte bancaire. Pour des achats de la main à la main, on optera pour un chèque ou pour des espèces - autorisées jusqu’à 3 000 € - contre remise d’un reçu.

Pour les transactions en ligne, le chèque reste possible, mais vous pouvez aussi régler par carte bancaire, e-carte bancaire ou virement, l’argent transitant alors par un porte-monnaie virtuel à votre nom - celui de Paypal étant le plus connu -, accessible grâce à un identifiant et un mot de passe. L’argent sera ensuite reversé au vendeur une fois la transaction conclue.

Notre avis. Lors d’un achat à distance, privilégiez le porte-monnaie virtuel; certains tiers de confiance, tels 2xmoinscher ou PriceMinister, l’imposent. Il offre en effet des garanties en cas de non-conformité ou de défaut de livraison. Notez toutefois que Paypal garantit uniquement vos emplettes effectuées sur eBay. "A contrario, bannissez les paiements par mandat cash, virement international ou via Western Union qui offrent trop peu de sécurité, recommande Maxime Garcia, d’e-litige. Seuls les escrocs incitent à les employer."

Je monte un dossier pour chaque achat

Cela doit devenir un automatisme ! Pour chacune de vos transactions sur Internet, prenez l’habitude de conserver tous les éléments susceptibles de servir de preuve en cas de litige : copie d’écran (descriptif du produit, photo, prix, date de mise en ligne), sauvegarde des courriels échangés…

Régler un litige

L’essentiel des litiges recensés sur les plates-formes d’e-commerce concerne des articles non livrés, reçus endommagés ou non conformes au descriptif du vendeur. Si cela vous arrive, voici la marche à suivre.

  • Contacter le vendeur et tenter d’abord une résolution amiable.
  • Ouvrir une réclamation sur la plate-forme d’e-commerce. Des délais sont généralement prévus. Si la discussion avec le vendeur s’éternise, déposez votre requête avant la date limite.
  • Saisir le médiateur du Net. À défaut d’accord et après avoir tenté sans succès de régler le différend à l’amiable avec le vendeur, complétez le formulaire de saisine en ligne sur www.mediateurdunet.fr.
  • Déposer plainte. En cas d’escroquerie (publicité mensongère ou tromperie), tournez-vous vers la gendarmerie ou le commissariat et les services de la répression des fraudes. Renseignements sur www.dgccrf.bercy.gouv.fr ou au 39 39 (coût d’un appel local).
  • Engager une procédure judiciaire, si les autres voies n’ont pas abouti et si l’enjeu financier en vaut la peine ! Notez qu’il existe une procédure simplifiée (sans avocat) pour les préjudices de 4 000 € au plus.