Données personnelles : limiter l’accès des « applis » téléchargeables sur les réseaux sociaux

Données personnelles : limiter l’accès des « applis » téléchargeables sur les réseaux sociaux
Parmi l’ensemble des réclamations adressées l’année dernière à la Cnil, 27 % visent « la diffusion de données » en ligne. - © stockcam

Découvrez les conseils de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) qui indique, dans son rapport annuel, avoir enregistré en 2017 « un nombre record » de plaintes. 

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a révélé, dans son rapport annuel paru mardi 10 avril, avoir reçu en 2017 8 360 plaintes, « un nombre record ».

Une plainte auprès de la Cnil ne correspond pas à une dénonciation de faits constituant une infraction pénale. Il s’agit d’une réclamation adressée à cette puissante autorité administrative indépendante, chargée de faire appliquer la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et libertés.

« Le plus souvent, la Cnil intervient auprès du responsable du fichier pour l’informer des faits portés à sa connaissance (manquement soulevé par le plaignant) et des textes applicables, afin qu’il se mette en conformité et respecte les droits des personnes », explique l’autorité administrative indépendante dans son rapport.

« Les plaintes les moins complexes font l’objet d’un traitement rapide par le service de relations avec le public. Les plaintes plus complexes, nécessitant souvent plusieurs actes d’instruction auprès des responsables de fichiers, sont orientés vers le service des plaintes », poursuit la Cnil.

Plus d’un quart des plaintes concernant Internet

Parmi l’ensemble des réclamations qui lui ont été adressées l’année dernière, 27 % visent « la diffusion de données » en ligne.

« Les demandes de suppression de données et de contenus diffusés sur Internet (nom, coordonnés, commentaires, photos, vidéos, comptes, etc.) restent importantes, ce qui traduit une préoccupation majeure du public », remarque l’autorité.

Vous souhaitez exercer vos droits dans ce domaine ? Vous devez d’abord vous « adresser au responsable du site pour demander la suppression des informations. Ce n’est qu’en cas de refus ou d’absence de réponse que la Cnil peut intervenir ».

La limitation de l’accès à vos données personnelles

Dans un document publié le 21 mars sur son site, la Commission nationale de l’informatique et des libertés a expliqué, à titre préventif, comment limiter l’accès à vos données personnelles des applications (jeux en ligne, sondages, etc.) que vous pouvez télécharger sur les réseaux sociaux.

« N’installez pas d’applications tierces quand vous n’en avez pas besoin ou si vous considérez que la masse d’informations collectées est disproportionnée par rapport au service rendu », avertit ainsi la Cnil.

Si vous estimez qu’une « appli » est devenue inutile, vous pouvez la désinstaller. La Commission rappelle la marche à suivre sur Facebook, Twitter et Google.

Sur Facebook, vous pouvez retirer l’application de votre compte, de vos favoris et de la liste des applis que vous utilisez (dans vos paramètres), contacter le développeur ou signaler l’appli.

Sur Twitter, vous avez la possibilité de révoquer l’accès d’une application tierce à tout moment et de signaler une appli.

Sur Google, vous pouvez supprimer l’accès, savoir à quelles informations ces applications ont accès, la dernière connexion et le site lié à l’application qui vous permet d’exercer vos droits. Une option vous permet de désactiver le paramètre « Autoriser les applications moins sécurisées » qui rendent votre compte vulnérable.

Attention : même supprimée, une appli peut utiliser toujours vos données. Si vous souhaitez leur effacement, prenez contact avec l’application ou consultez sa politique de confidentialité.