Acheter aux enchères sur Internet

Acheter aux enchères sur Internet

Beaucoup d’internautes font de bonnes affaires en achetant aux enchères sur le Web. Voici des conseils afin de devenir un enchérisseur averti.

Contrairement aux enchères des salles des ventes qui se terminent par "un, deux, trois, adjugé vendu", les enchères sur Internet reposent sur la notion de temps. Le vendeur paie des frais et place l’objet en vente sur le site pour une durée déterminée à l’avance. Lorsque l’horloge atteint le point zéro, l’enchérisseur qui a proposé la meilleure offre remporte l’objet.

Afin de réaliser de bonnes affaires, tout enchérisseur doit connaître le fonctionnement de ces sites.

L’ouverture d’un compte

Après avoir flâné sur un site d’enchères et repéré un objet que l’on désire acquérir, il faut franchir la première étape : s’enregistrer et "ouvrir un compte". L’opération est gratuite, simple et rapide. Quelques clics suffisent pour entrer ses coordonnées précises (nom, prénom, date de naissance, adresse, courriel et téléphone), et choisir son pseudo.

Ensuite, il convient de définir un mot de passe. Pour déjouer les utilisations indélicates, il est conseillé de mélanger chiffres, lettres et caractères spéciaux. En cas d’ouverture de plusieurs comptes, il est préférable de créer un mot de passe différent à chaque fois.

Puis, le futur enchérisseur doit lire les "conditions d’utilisation" du site et les imprimer afin de les garder à portée de main.

Bien se renseigner sur le produit et le vendeur

Avant de proposer une enchère, il faut bien examiner le descriptif de l’objet et prendre connaissance du profil du vendeur (sa notation), même si l’enchère est sur le point de se terminer. Il est impératif de se poser une série de questions : "Ai-je vraiment envie de cet objet ? Des défauts sont-ils mentionnés ? La description est-elle complète ?"

Plus la fiche est détaillée, moins on risque d’être déçu. Rien n’empêche l’acquéreur de prendre contact avec le vendeur, par courriel ou par téléphone. S’il ne répond pas, c’est mauvais signe !

Avant d’enchérir, il faut aussi se demander qui est derrière le vendeur : un particulier ? un commerçant ?

Lire les appréciations

Il est impératif de lire les appréciations que les acheteurs précédents lui ont attribuées (il a vendu une contrefaçon, très mauvaise note ; il livre en 24 heures, bravo…).

Tous les sites sérieux ont en effet instauré un système de notation ou d’évaluation qui permet de peser les qualités et les défauts du vendeur. Trop de mauvaises notes peuvent conduire les responsables à exclure les membres peu respectueux de l’éthique instaurée par le site.

Penser aux frais d’expédition

Une dernière précaution s’impose avant d’enchérir : se renseigner précisément sur les frais d’expédition. Ils sont toujours à la charge de l’acheteur et peuvent parfois rendre l’enchère inintéressante, si l’objet est encombrant ou s’il vient de loin. Il est préférable de choisir un produit dont le vendeur habite à proximité et de se mettre d’accord avec lui pour une livraison en main propre.

Il faut également vérifier que le vendeur accepte les modalités de paiement qui intéressent l’acheteur (par exemple des timbres-poste pour une petite somme en France, un chèque, ou un règlement par l’intermédiaire d’un compte PayPal sur eBay).

Devenez un stratège !

Le monde des enchères ressemble à une compétition sportive. Les enchérisseurs utilisent des tactiques, développent des stratégies et n’hésitent pas à ruser. Tout néophyte doit décrypter les ficelles de ce "métier" afin de devenir le meilleur enchérisseur et emporter l’objet convoité.

Chaque fois qu’une enchère est terminée, le pseudonyme de l’acquéreur s’affiche. Il est important de noter ce nom et de voir si on le retrouve dans des enchères similaires. La page de recherche des acheteurs permettra de savoir quelles ont été les activités récentes de cette personne. L’espionnage des adversaires commence ! Ces informations permettent de définir l’agressivité de leur comportement dans les enchères, leur désir d’acquérir un certain type d’objet, le prix qu’ils sont prêts à y mettre…

Les règles d’une bonne enchère

L’historique des enchères indique qui a misé et combien. En examinant l’heure des enchères, il est possible d’établir que de nombreuses personnes ont des habitudes bien établies : elles participent une fois par jour, dans un certain créneau horaire… Si l’enchère se termine à 20 heures et que le principal concurrent semble n’être présent que jusqu’à 19 heures, il reste une demi-heure pour affiner sa stratégie et gagner la partie.

Il y a plusieurs tactiques et différents profils :

  • Dès qu’ils repèrent un produit qui les intéresse, les "raisonnables" enchérissent au prix qu’ils ne veulent pas dépasser, puis ne regardent plus le site et attendent la fin des opérations pour voir s’ils ont gagné.
  • Les "nerveux" préfèrent enchérir à la dernière minute, voire à l’ultime seconde.

Chaque centime d’euro compte

Les acheteurs aguerris connaissent l’importance du moindre centime d’euro. Au lieu de 45 €, ils proposent plutôt 45,02 €. Ces deux centimes peuvent faire toute la différence. Il faut être patient, attendre et surveiller. Enchérir trop tôt et trop haut montre aux autres l’attachement que l’on porte à l’objet et correspond souvent à une tactique de débutant.

Lorsque les enchères sont closes, le gagnant est averti par courriel. Quel que soit le résultat, le vendeur doit accepter de céder l’objet à celui qui a fait la meilleure offre. Cependant, le vendeur peut avoir fixé un "prix de réserve", qui lui évite de livrer un objet si les enchères n’atteignent pas un certain seuil.

Les conditions de rétractation

En principe, trois circonstances permettent à l’acheteur de se rétracter :

  • s’il a fait manifestement une erreur de frappe (4 567 € au lieu de 45,67 €),
  • s’il a tenté en vain de contacter l’acquéreur (message renvoyé, numéro de téléphone faux),
  • ou encore si le vendeur a modifié substantiellement la description de l’objet après son enchère.

Une fois le produit réceptionné, il faut vérifier la qualité de l’emballage, l’état de l’objet par rapport à la description (neuf, occasion, fonctionne ou pas…), s’il s’agit d’une contrefaçon manifeste, etc.

Se plaindre auprès du vendeur en cas de problème

Dès qu’un problème est constaté, il importe de se plaindre sans tarder auprès du vendeur, le menacer d’une mauvaise note s’il se montre sourd à toute remarque, et enfin se tourner vers le site.

Certains sites déclinent toute responsabilité, d’autres aident leur client dans ses démarches. Par exemple, eBay rembourse un acquéreur lorsque le vendeur présente une très bonne notation et a déjà réalisé de nombreuses transactions : le site estime alors que l’enchérisseur a pris toutes les précautions pour être en droit d’exiger une sécurité maximale.

Adresses utiles