Voyageurs, compensez vos émissions de CO2

Voyageurs, compensez vos émissions de CO2

Financer des projets écologiques pour compenser ses émissions de CO2, pourquoi pas ? Sous réserve de vérifier les conditions de calcul et d’affectation des sommes collectées.

En réservant un billet sur le site d'Air France, vous pouvez compenser les émissions de CO2 produites par votre vol. Comment ? En versant, en contrepartie de vos trajets, une somme d’argent à l’association Action Carbone, créée par le photographe Yann Arthus-Bertrand.

Diminuer l’impact de vos émission de CO2

Le dioxyde de carbone est l’un des principaux gaz à effet de serre impliqués dans le réchauffement climatique. Si vous avez voyagé au cours de l’année en voiture, en train ou en avion, vous pouvez décider de neutraliser l'impact de vos émissions de CO2 en vous rendant sur les sites des associations, des organisations non gouvernementales ou des agences de voyages en ligne.

Elles vous invitent à leur verser une somme, dont le montant est fixé par des calculateurs, qui servira à financer un projet écologique dans des pays en voie de développement. Les calculateurs convertissent les émissions de CO2 de votre voyage en un montant établi en tonnes équivalent carbone, lui-même traduit en euros. Ainsi, on estime qu’un aller-retour Paris-New York génère 2,5 tonnes équivalent carbone pour chaque passager.

Disparités de calcul

Si l'idée est généreuse, elle n'est pas exempte de bizarreries. Ainsi, le prix de la tonne équivalent carbone varie considérablement d'un organisme à l'autre : les 2,5 t du voyage Paris-New York "valent" 62 € sur le site Internet CO2 solidaire, de l'association Geres (Groupe énergies renouvelables, environnement et solidarités), 49 € chez Climat Mundi, 51,38 € chez Action Carbone, ou 92 € chez Planète Urgence.

Chaque opérateur fixe son prix en fonction des projets qu'il finance. Certaines technologies coûtent plus cher que d'autres et le statut de l'opérateur entre également en ligne de compte : une entreprise, par exemple, se doit d'être rentable.

De l’argent au profit de projets ou d’association

Ensuite, la somme que vous versez est consacrée à un projet de développement durable. Mais toutes les associations n’adoptent pas le même type de fonctionnement. Le Geres consacre la totalité des sommes collectées aux projets qu’il gère lui-même. Au Cambodge, nous équipons les familles de foyers de cuisson économes en bois, ce qui améliore les conditions de vie des habitants, victimes de maladies causées par les fumées, préserve la forêt et évite l'émission de CO2 supplémentaire.

Planète Urgence, quant à elle, affecte 90 % des sommes reçues à des projets tels que la reforestation des mangroves d’Indonésie dans le cadre de sa campagne "1 arbre, 1 euro".

Action Carbone et Climat Mundi, en revanche, jouent un rôle d'intermédiaire et reversent l'argent récolté à d'autres associations ou structures porteuses de projets, ce qui occasionne des frais. Ainsi, Action Carbone donne 85 % des sommes collectées à d’autres structures (par exemple, à l’ONG brésilienne Pro-Natura, qui développe du charbon vert à partir de résidus agricoles au Sénégal), et Climat Mundi, 65 % (par exemple, à la création d’une usine hydraulique au Mexique, projet soutenu par l’ONU).

Enfin, chaque "particulier compensateur" bénéficie de la réduction d'impôt de 66 % prévue dans le cas des dons aux œuvres d'intérêt général (sauf Climat Mundi, dont le statut ne le permet pas). Planète Urgence met en ligne le reçu fiscal une fois par an (en janvier), tandis que le Geres l’adresse par courrier postal.

Charte de bonnes pratiques

Afin de s’assurer de la réalité et de la validité des projets ainsi financés, l'ONU a créé une méthodologie qui sert de référence. En France, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) s'en est inspirée pour lancer, en mars 2008, une charte de bonnes pratiques. Les méthodes de calcul et les projets soutenus étaient trop hétérogènes, cela risquait de décrédibiliser l'idée de compensation. Il fallait créer un cadre de référence que les prestataires s'engagent à respecter.

L’adhésion à la charte de l'Ademe est un gage de sérieux. Elle exige que les projets soient vérifiés par un expert indépendant. Ainsi, Climat Mundi fait appel à Bureau Veritas. Au Geres, le projet Cambodge est audité par Det Norske Veritas, un organisme accrédité par l'ONU. Planète Urgence prévoit d'adhérer à la charte début 2009. Vous pouvez vous assurer qu’une association est signataire de la charte en consultant le site www.co2solidaire.org.

Aujourd’hui, la compensation carbone a le vent en poupe. En France, les quatre opérateurs affirment avoir collecté environ 425 000 €. Mais tous soulignent qu'avant de payer pour compenser, chacun doit commencer par réduire ses émissions de CO2 au quotidien.

Les contradictions d’Action carbone

Action Carbone est partenaire d’Air France et de l’agence de voyages de la SNCF. Pourtant, les calculateurs donnent des résultats différents. Si vous compensez un vol Paris-New York sur le site d’Action Carbone, vous obtenez 2,569 tonnes équivalent carbone, ce qui se traduit par un versement de 51,38 €. Sur le site Air France, le calculateur affiche 1,12 t et 16,80 €, et sur le site de l’agence de voyages de la SNCF, 1,565 t et 23,47 €.

La combustion du carburant n’est pas la seule source de pollution. Les compagnies aériennes ont refusé de prendre en compte tous les facteurs de pollution (traînées de condensation, émissions de NOX…).

Sur le web

Action Carbone : www.actioncarbone.org

CO2 solidaire : www.co2solidaire.org

Climat Mundi : www.climatmundi.fr

Planète Urgence : www.planete-urgence.org