Vidéo à la demande : bien décrypter les offres

Vidéo à la demande : bien décrypter les offres
La vidéo à la demande est une famille au sein de laquelle coexistent trois types d’offres. - © marcociannarel

Achat à l’unité, location, abonnement, le choix est large pour se concocter des soirées TV à la carte. Chaque formule a ses avantages, ses inconvénients… et son prix !

Versions modernes du bon vieux vidéo-club ou des rayons DVD et Blu-Ray des magasins, les offres de vidéo à la demande (VoD) se multiplient. Qu’est-ce qui les distingue des chaînes et bouquets thématiques payants, comme Canal+ et ses déclinaisons cinéma, Disney Channel pour les enfants ou beIN Sports ? La possibilité de voir et de revoir à volonté les films, séries, documentaires, les spectacles et les concerts que vous voulez, quand vous voulez, vingt-quatre heures sur 24, sept jours sur 7.

Mieux, contrairement à la télévision de rattrapage (ou replay) accessible depuis votre box TV et sur les sites Internet des chaînes, leurs catalogues ne se cantonnent pas aux programmes récemment diffusés sur le petit écran.

La vidéo à la demande, c’est quoi ?

La vidéo à la demande est une famille au sein de laquelle coexistent trois types d’offres : l’achat à l’unité d’un programme et sa location sont regroupés sous l’appellation VoD (Video on Demand) ou VàD en français, alors que le service de vidéo à la demande (SVoD) consiste en un abonnement mensuel à un service permettant de visionner à volonté tous types de programmes.

Spécificité de la première ? Si vous achetez un film, une série ou un documentaire, il vous appartient, comme un DVD ou un Blu-Ray. Vous pouvez le visionner à volonté sur tous vos écrans (TV, ordinateur, smartphone, tablette), après l’avoir téléchargé sur un disque dur ou grâce au streaming, la diffusion en temps réel par Internet.

La location, elle, est évidemment limitée : vous avez trente jours pour voir le programme à compter de son achat et, en général, quarante-huit heures pour finir de le visionner une fois lancé. Ensuite, il n’est plus disponible.

Les contenus, accessibles sur les différents écrans, sont proposés sur de nombreuses plateformes, comme Fnac Play, My TF1 VoD, Pluzz VAD (France Télévisions), Imineo, Google Play ou iTunes (Apple), ainsi que depuis la box TV du fournisseur Internet (Orange, SFR, Free, etc.).

Les services de vidéo à la demande (SVoD), pour du tout illimité

Les services de vidéo à la demande (SVoD), moyennant un abonnement mensuel sans engagement, donnent un accès illimité à un catalogue réunissant quelques centaines à plusieurs milliers de programmes.

Sur ce marché balbutiant cohabitent de grands généralistes – par exemple, l’américain Netflix ou le français CanalPlay (Canal+) qui distribuent des films, des séries, des documentaires ou des dessins animés – ainsi que des plateformes spécialisées dans le cinéma, les mangas, les programmes jeunesse, etc.

Comme pour les offres en VoD, et selon le service et la formule d’abonnement choisis, vous pouvez opter pour une diffusion en haute définition, en version française ou originale sous-titrée, sur un ou plusieurs écrans, voire en simultané ou hors connexion. Dans ce cas, le programme peut être téléchargé pour être regardé loin de tout réseau Internet, en voiture ou en avion, par exemple, mais durant une période limitée.

Que peut-on regarder grâce à la vidéo à la demande ?

Principal atout de la VoD, à l’achat ou à la location : elle permet de visionner les films les plus récents, seulement quatre mois après leur sortie en salle, alors qu’il faut attendre trois ans avant qu’ils ne soient diffusés sur les plateformes de SVoD !

Mais ces dernières réservent quelques exclusivités, en particulier aux « sérivores ». Par exemple, Netflix produit ou coproduit ses propres séries, comme Marseille ou House of Cards. CanalPlay ou OCS (pour Orange Cinéma Séries, de l’opérateur télécom du même nom), ont obtenu l’exclusivité de diffusion de séries événement, comme Game of Thrones ou The Walking Dead, seulement vingt-quatre heures après leur diffusion outre-Atlantique.

D’autres plateformes, plus confidentielles, ne se cantonnent pas aux programmes à succès. Il existe :

  • Vodeo pour les documentaires,
  • INA Premium (de l’Institut national de l’audiovisuel) pour les archives de l’audiovisuel public français (Thierry la Fronde, ApostrophesBonne nuit les petits, etc.),
  • Mubi ou Outbuster pour des films inédits sélectionnés par les cinéphiles,
  • Anime Digital Network,
  • Crunchyroll pour les mangas...

Combien ça coûte ?

Pour une location à l’unité, comptez de 2 à 5 € pour un film ou un spectacle, ou de 6 à 12 €  pour la saison d’une série (ou parfois 1,49 € l’épisode). L’achat, lui, peut aller de 10 à 35 € par vidéo selon l’ancienneté du programme, soit autant que pour un DVD et un Blu-Ray.

Comme chaque plateforme pratique ses propres tarifs, il existe une solution pour économiser quelques euros : consulter le comparateur du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) sur vad.cnc.fr.

Il suffit d’entrer le nom d’un film, d’un réalisateur, d’un acteur ou l’année de production pour que s’affichent les prix de location et d’achat pratiqués pour chaque long-métrage sur les plateformes Arte, CanalPlay, Filmo TV, Imineo, MyCanal, MyTF1 VoD, OCS, Orange, Wuaki, etc.

Quant aux services de SVoD, les tarifs sont plus avantageux : de 3,99 à 10 € par mois pour un abonnement sans engagement, que vous pouvez résilier à tout moment. Cerise sur le gâteau, le premier mois est souvent offert par les grands généralistes.

Quels équipements pour profiter de la vidéo à la demande ? 

Pour obtenir une belle qualité d’image et regarder vos vidéos sans coupure de son ou d’image, il faut disposer d’une connexion Internet haut débit (ADSL, ADSL2 ou ADSL2+) ou très haut débit (fibre) avec, a minima, une vitesse de 1 Mbit par seconde (ou 3 Mbits pour visionner des contenus en haute définition). Pour tester la vitesse de votre connexion, rendez-vous sur ariase.com, degrouptest.com ou speedtest.net. Ensuite, c’est au niveau de vos équipements que tout se joue.

Le plus simple ? Vous abonner aux catalogues de SVoD ou acheter ou louer vos vidéos à l’unité avec la box TV de votre fournisseur d’accès à Internet. Vous payez alors le tout sur une seule facture. L’alternative : souscrire directement depuis votre télévision connectée (ou smart TV de LG, Sony, Philips, Samsung) si vous en possédez une, voire avec l’Apple TV.

Enfin, si vous souscrivez à des offres vous permettant de regarder vos programmes sur ordinateur, smartphone et tablette, sachez que vous avez aussi la possibilité de les diffuser sur votre téléviseur en les reliant avec un câble HDMI.

Vous pouvez aussi investir dans une clé Chromecast pour les appareils fonctionnant sous Android (39 €), ou encore utiliser AirPlay et une Apple TV pour les appareils de la marque à la pomme.

Attention, le streaming ou le téléchargement sont gourmands en données Internet, et celles-ci sont directement décomptées de votre forfait mobile !

« Profitez du premier mois souvent gratuit pour comparer les catalogues »

Pascal Lechevallier, président de What’s Hot, agence-conseil en médias numériques

« Première question à vous poser avant de choisir une offre de service de vidéo à la demande : qui va la regarder ? Pour les enfants, on sera plus attentif aux catalogues jeunesse. Il existe même des offres qui leur sont réservées et accessibles pour 4,99 € par mois, comme Tfoumax ou Gullimax. Pour les adultes, les amateurs de séries trouveront leur bonheur sur CanalPlay ou Netflix, les deux principales offres généralistes, alors que les cinéphiles se pencheront sur les catalogues spécialisés de Filmo TV ou de Mubi.

Autre point à trancher, la manière dont vous souhaitez consommer ce service : devant votre télé, sur plusieurs écrans, sans avoir besoin d’être connecté à Internet ? Cette dernière option n’est pas disponible avec Netflix, par exemple. Vous pouvez les tester sans craindre pour votre porte-monnaie. Les abonnements à ces plateformes sont sans engagement, le premier mois est offert dans la plupart des cas. L’occasion de comparer les catalogues, avant d’opter pour l’un d’entre eux, voire de les combiner au gré des envies. »