Vacances : à quels labels touristiques se fier ?

Vacances : à quels labels touristiques se fier ?

Les labels touristiques se multiplient garantissant calme, authenticité, accueil soigné... Mais ces promesses de qualité sont-elles vraiment tenues ? Notre enquête.

Des labels souvent autodécernés

Les logos ont tendance à se bousculer à la devanture des établissements de tourisme. Il n’est pas rare de trouver un Gîte de France estampillé Rando Accueil et Qualité Tourisme, ou un Camping Qualité arborant l’Écolabel européen.

La majorité de ces signalétiques s’appa­rentent en fait à des marques commerciales, autodécernées par les entreprises qui les ont créées à partir d’un cahier des charges qui leur est propre et contrôlées par ces mêmes entreprises, généralement tous les trois ou cinq ans. Plus rarement, ces marques sont attribuées et vérifiées par des organismes indépendants (HOTELcert et Écolabel).

D’une manière générale, en cas de plainte, une enquête est effectuée sur place par un client mystère.

Des locations meublées tout confort

Gîtes de France, marque la plus connue, réunit environ 60 000 adresses de vacances, sous forme de locations meublées ou de chambres d’hôtes en zone rurale, mais aussi désormais d’hébergements en ville, avec les City Break. Le nombre d’épis (d’un à cinq) qualifie l’hébergement selon le standing, le charme, le degré de confort ­(classement Confort et Premium pour les City Break).

De son côté, Clévacances labellise plus de 30 000 locations de vacances et chambres d’hôtes, dans des chalets, appartements, villas, ou demeures de caractère, un peu partout en France, en attribuant d’une à cinq clés, selon la qualité de l’environnement (bâtiment, nuisances…), l’aménagement (équipement, décoration…), l’accueil et l’assistance aux vacanciers.

Quant au réseau Fleurs de soleil, il propose des chambres dans 550 maisons d’hôtes. Pour bénéficier de ce label, les propriétaires ont plusieurs obligations : habiter le logis où les chambres sont proposées (pas plus de cinq chambres d’hôtes par maison), ­garantir un accueil chaleureux, consacrer du temps à leurs visiteurs et offrir de bonnes conditions de confort (sanitaires privés) et d’environnement.

Des hôtels labellisés par l’Afnor

En complément des étoiles décernées essentiellement sur des critères d’équipement (sanitaires privatifs, téléphone, accès Internet…), l’Association française de normalisation (Afnor) délivre la certification HOTELcert, basée sur la propreté, l’information, l’accueil, la qualité de la literie, etc. Plus de 360 établissements y ont droit.

« Le fait que ce label soit décerné par un organisme extérieur lui confère une toute autre légitimité et une toute autre crédibilité », souligne Olivier Gibert, de l’Afnor.

Par ailleurs, près de 3 000 hôtels-­restaurants indépendants, siglés Logis (ex-Logis de France), privilégient la qualité d’accueil, l’authenticité et la découverte du terroir. Les professionnels s’engagent à informer leurs clients sur les circuits touristiques, les ­chemins de randonnée et à utiliser des produits locaux pour la confection des menus.

Les logis se voient attribuer d’un à trois cheminées et la mention Logis ­d’Exception pour ceux qui offrent des ­prestations d’un très haut niveau de qualité.

Enfin pour les amoureux du calme, plus de 200 hôtels Relais du silence proposent des séjours dans un cadre paisible et préservé. Il s’agit généralement de petites demeures de caractère, classées entre deux et cinq étoiles et possédant pour la plupart un restaurant.

Des séjours à la ferme ou en plein air

Pour maintenir une activité en milieu rural, des agriculteurs réunis sous la bannière Accueil Paysan hébergent et restaurent les touristes. C’est la promesse de découvrir l’environnement rural dans plus de 1 000 adresses, avec un confort adapté à l’habitat local et des produits alimentaires garantis de qualité fermière.

Dans le même esprit, plus de 5 000 agriculteurs proposent de faire partager leur vie aux touristes à travers des prestations d’hébergement (fermes auberges, campings, aires de camping-cars), de gastronomie (ventes de produits de la ferme, repas à partir des recettes du terroir) et de loisirs (chasse, équitation, pêche…).

Grâce à un partenariat avec Gîtes de France et Clévacances, les hébergements répondent aux critères de confort et de qualité de ces marques.
Pour ceux qui aiment bouger, Rando Accueil est une marque nationale réunissant près de 300 hébergements (gîtes, hôtels, chambres d’hôtes, campings…) situés à proximité d’un circuit de randonnée à pied ou à vélo, à cheval, en canoë-kayak, en ­traîneau à chiens, avec un âne…

« Nous ­travaillons avec les hébergeurs pour proposer, en plus des randonnées, des activités comme la photographie ou le travail du bois », explique Alain Le Borgne, délégué régional Pays de la Loire et Bretagne.

Enfin, ceux qui aiment la vie en plein air peuvent planter leur tente ou ­installer leur caravane dans les quelque 1 000 ­campings estampillés « Camping qualité » : la garantie d’un accueil chaleureux, d’une propreté irréprochable et d’un emplacement privatif au calme dans un ­environnement paysager.

Des sites respectueux de l’environnement

Certains lieux d’hébergement se caracté­risent par leur respect de l’environnement, la réduction des consommations d’eau et d’électricité, l’utilisation de sources d’énergie renouvelables (solaire, bois, éolien…) ou de matériaux naturels, locaux et recyclables, et la gestion des déchets. Il existe quelque 130 hôtels, gîtes et campings certifiés Écolabel européen en France.

En parallèle, avec à peu près les mêmes critères environnementaux, Gîtes de France labellise 150 locations meublées et chambres d’hôtes sous la ­dénomination Écogîtes.

Autres variantes d’hébergements « verts », les 350 gîtes Panda des Gîtes de France et du WWF-Fonds Mondial pour la Nature. Ils sont situés dans les parcs naturels régionaux ou nationaux et répondent à plusieurs exigences : un environnement de qualité, un équipement d’observation de la nature (jumelles…), et la mise à disposition de guides d’identification de la faune et de la flore locales, de cartes et autres documents d’information.

De son côté, la Clef Verte, attribuée à des campings, pratique, outre une initiation des vacanciers orientée protection de la nature, une vraie gestion de l’eau, de l’énergie ­(compteurs individuels d’électricité) et des déchets (collecte sélective des ordures, limitation de l’utilisation de la vaisselle ­jetable…).

Les espaces naturels de ces aires doivent représenter au moins 20 % de la superficie du terrain et accueillir un maximum de 50 familles par hectare.

Des hôtels, des chambres d’hôtes, des gîtes, des résidences de tourisme, des auberges de jeunesse et même des restaurants peuvent aussi arborer la Clef Verte.