Vacances : partir en France moins cher

Vacances : partir en France moins cher

Partir, oui, mais à coût maîtrisé : en France et en recourant au covoiturage, à la location entre particuliers, à l’échange de maison ou à l’hébergement
chez l’habitant !

Les Français sont de plus en plus nombreux à utiliser le système D pour continuer à partir en vacances. Cela n’a pas échappé aux professionnels du voyage. Voyages-sncf, qui avait investi dans l’entreprise de location de voitures entre particuliers Ouicar en 2012, a racheté en 2013 la société Green Cove, éditrice du site de covoiturage 123envoiture.

En voiture

Les Français qui n’ont pas de voiture peuvent louer un véhicule à bas prix auprès des agences low cost comme Sixt, BSP Auto ou Auto Escape. Citons également Driiveme, un site de location de voiture à 1 € l’aller simple entre deux agences.

Le covoiturage est encore plus avantageux : en partageant les frais d’essence et de péage avec le conducteur et les passagers, on peut économiser jusqu’à 75 % du prix d’un billet de train sur le même parcours. Plusieurs sites proposent des trajets en France : covoiturage.fr.

En train

Le train est compétitif si l’on réserve son voyage très en amont :

  • Tarifs Prem’s. Accessibles trois mois à l’avance, ils sont 60 % moins chers que les prix d’un billet Loisir en période de pointe.
  • iDTGV. Certains billets peuvent être achetés entre trois et six mois à l’avance, mais seulement sur Internet.
  • TGV Ouigo. Sur ces trains, par exemple, les enfants ne paient leur place que 5 €.

En avion

Les compagnies aériennes pratiquent une tarification variable en fonction de la date de réservation et du remplissage de l’avion (yield management). À condition d’être prévoyant, on peut décrocher des petits prix sur les vols secs des compagnies low cost Easy Jet, Ryanair, Aigle Azur.

En mars 2013, Air France a aussi créé Hop, sa filiale low cost, qui dessert une quarantaine de villes en France à partir de 59 € l’aller simple.

Les compagnies low cost ayant supprimé tous les services sur leurs vols, il faut donc ajouter au prix du billet les frais de transport des bagages en soute ou de restauration à bord. Attention, l’assurance annulation est souvent pré-cochée, pensez à la désactiver si vous le souhaitez.

Des locations à plusieurs pour amortir les coûts

Pour l’hébergement, la location directe auprès des particuliers a le vent en poupe. Les maisons spacieuses sont très recherchées, explique Xavier Rousselou, responsable communication du site Internet Abritel, qui affiche 92 000 annonces de locations de particuliers en France :

Les Français partent en famille élargie ou à plusieurs couples pour amortir le prix et s’offrir un logement plus confortable avec des prestations du type piscine, véranda, jardin… Pour cet été, les Français ont déjà beaucoup réservé sur la façade ouest du pays, délaissant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Corse, vraisemblablement pour des raisons budgétaires. »

Se retrouver chez soi aussi bien qu’ailleurs, c’est l’enjeu de l’échange d’appartements ou de maisons. Chaque année, des dizaines de milliers de personnes échangent leurs logements au moment des vacances, de manière simultanée ou en décalé : un appartement à Paris contre une villa en bord de mer ou un chalet à la montagne…

Pour bénéficier du procédé, qui évite le coût d’une location, on peut s’inscrire sur des sites d’échange (gratuits ou payants), comme intervac, homeforexchange ou trocmaison.

Hébergement : sur le canapé du salon

Autre solution, l’hébergement entre particuliers. Encore balbutiant en France mais très développé dans les pays anglo-saxons, il passe par des sites comme airbnb.com, avec des offres partout dans le monde.

En France, le site dormir-pas-cher dresse la liste des particuliers qui offrent une chambre avec une seule et même règle : ne pas faire payer plus de 25 € la nuit.

Mieux encore, les réseaux de couchsurfing mettent en relation des personnes acceptant d’offrir gratuitement l’hospitalité à un voyageur, dans une chambre ou sur un canapé du salon, le temps d’une nuit ou plus. Les adeptes de cette formule, plutôt jeunes, s’inscrivent sur des sites comme bewelcome, couchsurfing, route-des-sel, hospitalityclub, etc.

De leur côté, les auberges de jeunesse et la Fédération unie des auberges de jeunesse ont ouvert, à côté des dortoirs, des chambres individuelles. Elles sont accessibles moyennant, le plus souvent, la souscription d’une carte annuelle (11 € pour les moins de 26 ans, 16 € pour les autres). Non seulement elles continuent d’afficher des tarifs compétitifs, mais encore elles accueillent désormais des familles avec enfants, voire même des groupes.