Réussir ses vacances avec ses petits-enfants

Réussir ses vacances avec ses petits-enfants

Garder ses petits-enfants pendant les vacances est le plus souvent un véritable bonheur. À condition de respecter quelques règles…

Pour profiter pleinement des retrouvailles entre petits-enfants et grands-parents, il est bon d’avoir présentes à l’esprit quelques règles de base.

"Les parents sont seuls responsables de l’éducation des enfants et les grands-parents ne doivent jamais s’opposer à leurs orientations", insiste Étienne Choppy, psychanalyste (auteur, avec Hélène Lotthé-Covo, de "Petit manuel à l'usage des grands-parents qui prennent leur rôle à cœur" aux éditions Albin Michel) et lui-même grand-père de quinze petits-enfants.

Ne pas interférer dans l'éducation de ses petits-enfants

Si un papa ne souhaite pas que ses enfants regardent la télé ou si une maman ne veut pas entendre parler de religion, les grands-parents doivent se plier à ces exigences. Faute de quoi vous risqueriez de ne plus accueillir vos petits-enfants avant longtemps ! Vous seriez, à juste titre, punis.

Autre ingrédient indispensable : offrez à chacun de vos petits-enfants du "sur-mesure". Préparez son plat ou son dessert préféré, et, selon son caractère et son âge, prévoyez des livres, des jeux de société, une trottinette, du matériel de bricolage, un set de petit explorateur… Succès garanti !

Avant 3 ans, établir une complicité

Avant 3 ans, la vie des enfants est rythmée par les repas, les siestes, les soins (toilette, changement de couche…). Les grand-mères sont souvent en première ligne, mais certains papis découvrent avec bonheur les joies de donner le biberon ou le bain, les gros câlins le matin dans le lit, les parties de chatouilles et les éclats de rire.

À cet âge, des petits jeux tout simples comme les cubes, les marionnettes, les chansons à gestes ou les parties de cache-cache permettent aux grands-parents de nouer une véritable complicité.

À partir de 2 ans, pour tous les artistes en herbe, pensez à avoir toujours des crayons, des feuilles, de la pâte à modeler, de la peinture, et, si vous avez un jardin ou une terrasse, aménagez-leur un bac à sable !

De 3 à 6 ans, proposer des activités manuelles

Les voilà propres, ils marchent, savent exprimer leurs besoins et sont avides de découvrir le monde et de "faire tout seuls", même si vous les aidez un peu. Mais ils peuvent être assez fatigants, il est donc préférable de les accueillir chez vous un par un, quitte à inviter la petite voisine un après-midi ou deux dans la semaine.

Coloriages, promenades, jeux dans le square, jardinage, cuisine…, tout les passionne. Marie, la cinquantaine, se souvient encore des "envies", ces beignets qu’elle fabriquait avec sa grand-mère en utilisant des verres de différentes largeurs.

Profitez de la sieste ou de l’heure du coucher pour leur lire les aventures de Franklin, feuilleter avec eux l’album de photos de la famille ou leur raconter vos souvenirs d’enfance, la cabane au fond du jardin que leur papa avait construite avec ses copains, le grenier aux mille trésors. "Les grands-parents ne sont pas seulement des pourvoyeurs de tendresse, ils transmettent aussi", rappelle Étienne Choppy, psychanalyste.

De 7 à 11 ans, partager ses passions

"C’est l’âge d’or pour les grands-parents, qui s’occupent d’enfants déjà raisonnables et autonomes, aux connaissances vastes et à la communication facile", remarque le psychanalyste. Foot, vélo, musée, cinéma, jeux de société, musique, vous pouvez lui faire partager vos passions et découvrir de nouveaux centres d’intérêt.

Si vous le conduisez à une exposition de peinture, sélectionnez une salle ou deux, pas plus. Vous pouvez lui demander de choisir le tableau qu’il aimerait avoir à la maison et le lui offrir en carte postale à la fin de la visite, par exemple. Les grands-parents seraient, après les enseignants, ceux qui apprennent le plus aux enfants.

S’il doit séjourner seul chez vous, proposez-lui d’inviter un cousin de son âge ou un copain, sinon il risque de s’ennuyer. À moins que vous ne lui proposiez de l’inscrire à un stage de poney, au club de la plage, à une initiation à la poterie ou à des cours pour apprendre à nager. Pensez aussi aux sorties baignade, pique-nique, zoo. Les enfants en sont friands !

À l’adolescence, être attentif à leurs problèmes

"Avec un ado, quelquefois ça se complique, admet Étienne Choppy. Seul, il ne viendra pas plus de quelques jours, par crainte de s’ennuyer." Mais ce peut être l’occasion de retrouver ses cousins ou de venir avec un copain à qui il fera découvrir la maison, les alentours, et, surtout, avec lequel il passera des heures à refaire le monde.

Tout en posant clairement les limites et en insistant sur le respect des règles de la maison, vous pouvez jouer quelquefois un rôle de confident, de guide s’il sollicite votre avis, et, pourquoi pas, de répétiteur d’allemand ou de prof de mécanique.

Qu’il s’agisse de discuter politique, musique, littérature ou éducation, essayez de rester ouvert. Mais, note Étienne Choppy, "pas question d’être copain et de tout permettre, vous perdriez son respect".

Les 5 erreurs à éviter quand on est grand-parent

  • Continuer votre vie sans rien changer.
  • Critiquer leurs parents.
  • Faire preuve d’autoritarisme et d’intransigeance.
  • Vouloir faire copain-copain.
  • Comparer les cousins entre eux.