Plage : quelles sont les règles ?

Plage : quelles sont les règles ?

Animaux de compagnie, feux de camp, pêche... quelles sont les us et coutumes en vigueur à la mer ? Voici ce qu'il faut savoir afin de profiter d’un bain de soleil en toute tranquillité.

Nuit à la belle étoile

Sauf dérogation, le camping est interdit sur les bords de mer (Code de l’urbanisme, article R. 111-42). En revanche, certaines villes tolèrent que l’on y dorme à la belle étoile. Souvent à la condition de n’utiliser qu’un duvet et d’avoir libéré les lieux dès l’aube.

Pour les adeptes des soirées guitare et brochettes autour d’un feu de camp, sachez que vous risquez une amende de 38 € et une expulsion.

Tout nu, mais pas partout !

Sauf exception, le nudisme ne peut se pratiquer que sur des plages naturistes, sous peine d’une amende de 15 000 € et d’un an de prison pour « exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public » (article 222-32 du Code pénal). Se renseigner auprès de la Fédération française de naturisme : www.ffn-naturisme.com.

Avec ou sans mon chien

Seul le maire de la commune de votre lieu de vacances est habilité à autoriser ou à ­interdire par arrêté la présence de chiens sur la plage.

Pour savoir si vous pouvez amener votre animal de compagnie, vous pouvez consulter sur place la liste des plages qui les acceptent ou les refusent. Ou encore, sur le site de la Fondation 30 millions d’amis (www.30millionsdamis.fr, rubrique Mon animal et moi/Conseils/Notre carte ­interactive) ou sur celui de la SPA (www.spa.asso.fr, rubrique Foire aux questions/Les plages qui acceptent les animaux).

Sachez qu'à l’entrée des plages, un panneau signale l’interdiction d’accès des animaux. En cas de non-respect, il vous en coûtera une amende de 11 €.

Enfin, si la présence d'animaux de compagnie est autorisée, elle peut être soumise à des restrictions horaires : par exemple, avant 10 heures et après 18 heures ou uniquement à marée basse. Elle est aussi souvent subordonnée à sa tenue en laisse et à l’interdiction de baignade. Prévoyez des sacs pour ramasser les déjections de votre toutou, sous peine de devoir régler une amende pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros !

Notre conseil : Avant de partir, mieux vaut contacter l’office de tourisme ou la mairie pour vous faire confirmer les plages où les animaux sont autorisés ou interdits.

Coquillages et crustacés

La pêche à marée basse est régie par une réglementation stricte. Pour connaître les tailles, les quantités, le matériel de pêche et les lieux autorisés, renseignez-vous auprès de la mairie ou de la direction départementale des Affaires maritimes. Sachez que si vous ne respectez pas la réglementation ­locale, vous vous exposez à une amende.

  • Périodes limitées

Certaines espèces sont soumises à des interdictions de ramassage pendant des périodes et/ou dans des zones précisées
par ­arrêté municipal. Exemple : dans la ­région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la pêche de l’oursin est interdite du 16 avril au 31 octobre (arrêté préfectoral du 27 octobre 2008). En dehors de cette période, les quantités sont limitées à « quatre douzaines d’oursins par pêcheur et par jour ». Ou encore, dans le Finistère, on ne peut pas pêcher plus de six étrilles par jour et par pêcheur.

  • Tailles minimales

Les coquillages et crustacés doivent aussi avoir atteint une certaine taille. Exemple : dans le Finistère, 5 cm pour l’étrille, 14 cm pour le crabe, 12 cm pour l’araignée, 14 cm pour le tourteau, 3 cm pour la coque, 4 cm pour la moule, 5 cm pour l’huître plate, etc.

Ce type de pêche, interdit à proximité des zones conchylicoles, doit être ­uniquement destiné à la consommation personnelle.
 Attention  Avant de pêcher, informez-vous à la mairie sur la qualité sanitaire des lieux où vous envisagez de récolter les coquillages. Les résultats des études bactériologiques réalisées par la direction départementale des Affaires sanitaires et sociales y sont affichés.

Qualité des eaux de baignade

Pour connaître la qualité des eaux de baignade, vous pouvez vous renseigner sur le site du ministère de la Santé (http://baignades.sante.gouv.fr) ou auprès des services des DDASS.
Sachez que le Pavillon bleu est le label européen décerné aux communes du littoral
(www.pavillonbleu.org).

Baignades non autorisées

La mairie, peut, par arrêté, interdire des zones du littoral à la baignade. Par exemple, lorsque les conditions de sécurité et d’hygiène ne sont pas satisfaisantes (courants violents, eau de mauvaise qualité bactériologique…).

Cette interdiction doit s’accompagner d’une information suffisante du public, avec l’implantation d’une signalétique adaptée sur les lieux (pancartes, inscriptions…). À défaut, la commune engage sa responsabilité en cas d’accident. Tout baigneur bravant l’interdit prôné par le panneau encourt une amende de 38 €.

Plage surveillée

Les zones des plages du littoral sur lesquelles les baignades sont surveillées par des maîtres-nageurs sauveteurs (MNS), diplômés d’État, sont fixées par arrêté municipal. Ce dernier définit également la période (généralement de juin à mi-septembre) et les horaires de surveillance.

C’est le drapeau hissé au mât du poste de secours qui indique si une plage est surveillée et sa couleur qui précise si la baignade est autorisée (voir ci-dessous). L’absence de drapeau signifie que la baignade n’est pas (ou plus) surveillée. La baignade est alors à vos risques et périls !

  • Drapeau vert : Baignade surveillée dans la zone délimitée, absence de danger particulier
  • Drapeau jaune : Baignade dangereuse, mais surveillée dans la zone délimitée
  • Drapeau rouge : Interdiction de se baigner sur l’ensemble de la plage concernée (amende de 38 €)