Malade à l’étranger: êtes-vous bien couvert?

Malade à l’étranger: êtes-vous bien couvert?
Une turista opiniâtre peut conduire à l’hôpital: avez-vous les assurances ad hoc? - © Jan-Otto

Avant de partir en vacances, il est important de savoir si vous êtes bien assuré. Selon votre destination, les modalités de prise en charge des soins médicaux sont différentes.

Chercher un billet d’avion pas cher, repérer des hôtels de charme ou inventorier les médicaments à emporter, cela ne suffit pas ! Avant de partir en voyage à l’étranger, il faut aussi anticiper les conséquences financières d’un vrai pépin de santé, car tomber malade ou être hospitalisé ailleurs peut écorner sérieusement son budget.

Si vous partez en Europe

Dans tous les États membres de l’Union européenne (28 pays, y compris la France) ainsi qu’en Norvège, en Islande, au Liechtenstein et en Suisse, les soins, petits ou grands, seront pris en charge sans démarche préalable auprès des organismes locaux de sécurité sociale si vous disposez d’une carte européenne d’assurance maladie (CEAM).

Toutes les personnes d’une même famille, y compris les mineurs, doivent avoir la leur. Avec cette carte, les soins sont effectués sur place selon les modalités de remboursement de chaque pays et uniquement auprès d’un établissement ou d’un professionnel de santé public (une participation peut vous être demandée : 10€ par jour d’hospitalisation en Autriche, par exemple).

Comme en France, les dépassements d’honoraires sont à votre charge (sauf remboursement total ou partiel par votre complémentaire santé). Si vous n’avez pas de carte ou si vous ne l’avez pas utilisée, vous devez faire l’avance des frais et garder impérativement tous les justificatifs pour être remboursé à votre retour (selon les modalités en vigueur dans le pays des soins).

Si vous voyagez hors d’Europe

En dehors de l’Union européenne, vous devez payer vos dépenses de santé et conserver tous les justificatifs pour une prise en charge à votre retour par l’Assurance maladie.

Le remboursement n’est toutefois pas automatique : si le médecin-conseil de votre caisse d’assurance maladie juge que les soins n’étaient pas « urgents », vous n’obtiendrez rien ! Les frais restent entièrement à votre charge, et il faut savoir que, dans de nombreux pays, en Amérique latine, aux États-Unis et en Thaïlande notamment, les frais médicaux et d’hospitalisation sont particulièrement élevés. D’où l’importance de vérifier les plafonds de frais médicaux à l’étranger inclus dans vos contrats d’assistance (ceux proposés par les agences de voyages, les cartes bancaires, etc.).

La carte européenne d’assurance maladie est gratuite et valable deux ans. Seul impératif : en faire la demande au moins quinze jours avant de partir auprès de la caisse dont vous relevez (CPAM, MSA, RSI…).

Si vous avez une carte bancaire classique

Les Français détiennent 62,8 millions de cartes bancaires (certains en ont plusieurs), mais ils méconnaissent les services qui y sont attachés ! Si vous avez une carte bancaire internationale de paiement, Visa Classic ou MasterCard, vous bénéficiez automatiquement, sans surcoût, de certaines prestations d’assistance : remboursement des frais médicaux à l’étranger, rapatriement, visite d’un membre de la famille en cas d’hospitalisation…

Pour en bénéficier, vous devez appeler le numéro inscrit au dos de votre carte bancaire et suivre les instructions données par votre interlocuteur. Ces garanties, qui sont négociées banque par banque, peuvent changer sensiblement d’un établissement à l’autre. Le remboursement des frais médicaux par la garantie d’assistance d’une Visa Classic ou d’une MasterCard est cependant souvent plafonné à 11000€ par personne, par événement et par an. Ce qui peut être insuffisant pour des voyages dans des pays lointains. Dans ce cas, les cartes « dorées », Visa Premier ou Gold MasterCard, proposent des offres plus larges.

Les garanties couvrent aussi vos proches (conjoint marié, pacsé, concubin, enfants de moins de 25 ans ou petits-enfants), même s’ils ne voyagent pas avec vous.

Si vous avez une carte bancaire premium

Opter pour une carte « dorée », Visa Premier ou Gold MasterCard, peut être très vite rentabilisé si l’on part en famille ou plusieurs fois par an. La cotisation est plus chère d’environ 80€ par rapport à une carte classique, mais vous bénéficiez de prestations d’assistance plus étendues.
– Les frais médicaux sont pris en charge jusqu’à 155000€ par assuré, par événement et par an ; si le rapatriement n’est pas possible, une avance d’un montant équivalent pourra être débloquée le cas échéant.
– Les frais de séjour d’un proche venu à votre chevet sont pris en charge à hauteur de 125 € par nuit (dix nuits maximum), contre 65 € avec une carte Visa par exemple (dix nuits maximum également).

Si vous souscrivez un contrat d’assistance

Pour être bien remboursé, vous pouvez souscrire, avant le départ, un contrat d’assistance couvrant les frais de santé à l’étranger. Les agences de voyages proposent ce type de contrat, facturé de 2% à 4% environ du prix du séjour. Cependant, là encore, seules les dépenses de soins « inopinés » ou « urgents » sont prises en charge, les soins de confort ou ceux liés à une maladie existante (renouvellement de médicaments que l’on aurait oublié de prendre avant de partir, par exemple) ne sont jamais remboursés !

Vous pouvez aussi souscrire, auprès d’un organisme d’assistance, un contrat, dont le prix varie de 30€ environ pour un seul séjour à 70€ pour un an de garantie et plusieurs séjours. Selon les sociétés, les prises en charge vont en général de 150000€ à 300000€. C’est utile, notamment pour les personnes voyageant dans des pays où les frais d’hospitalisation sont très élevés. À noter, ce type de contrat est nominatif !

Il ne faut jamais se séparer du numéro de téléphone international d’assistance car il n’y aura de prise en charge des soins que si vous, ou une tierce personne, avez obtenu l’accord de l’organisme. C’est lui qui dirige les opérations à distance, à concurrence des montants indiqués dans votre contrat. Attention, avec des plafonds trop bas, vous en serez de votre poche.

Si vous partez plus de trois mois

Si vous voyagez pour une longue période, il est préférable d’opter pour un contrat d’assistance spécifique, puisque les garanties d’assistance propres aux cartes bancaires ne fonctionnent pas au-delà de quatre-vingt-dix jours consécutifs de voyage. Deux options sont possibles :
– souscrire un contrat individuel « globe-trotter », à partir de 250€ environ par personne pour six mois dans les pays européens et méditerranéens (avec une prise en charge des frais médicaux allant jusqu’à 150 000 € au-delà des remboursements perçus par ailleurs), ou de 500 € par personne, toujours pour six mois, pour différents pays dans le monde entier (avec une prise en charge des frais médicaux allant jusqu’à 300000€) ;
– utiliser les prestations de votre carte bancaire les quatre-vingt-dix premiers jours de voyage, tout en ayant souscrit, avant de partir, un contrat spécifique démarrant le quatre-vingt-onzième jour.

Et aussi sur Dossier familial