La randonnée itinérante, une autre façon de voyager

La randonnée itinérante, une autre façon de voyager

La randonnée itinérante offre aux familles des vacances dépaysantes. A pied, sur un âne, à cheval ou en roulotte, les petits reviendront en pleine forme de leur périple au grand air.

La randonnée pédestre : pour les plus courageux

Dès 7 ans, les enfants sportifs arrivent à marcher une quinzaine de kilomètres par jour, et les randonnées pédestres itinérantes deviennent alors un véritable plaisir.

À condition qu’elles ne se résument pas à un exercice physique mais proposent des buts attractifs (atteindre un col, découvrir la faune, la flore…), et qu’elles restent adaptées à leurs capacités physiques, si l’on ne veut pas les entendre geindre toutes les vacances et les dégoûter définitivement !

La marche à pied permet d’être autonome et de se passer des services d’un organisateur. Mais la préparation du voyage se révèle assez lourde, surtout en haute saison : mise au point d’un itinéraire adapté, réservation des hébergements, repérage des lieux de ravitaillement… et portage des sacs.

Avec des enfants, il est plus simple de s’adresser à un spécialiste qui connaît le terrain, réserve les étapes et transporte les bagages d’un point à un autre.

Randonner en liberté, sans guide

Il est aussi possible de randonner "en liberté", sans guide, ou de partir en groupe : une formule idéale pour les familles monoparentales, ou lorsque l’on craint que les enfants ne renâclent.

"La stimulation induite par le groupe et par le guide est très importante. Motivé par les autres, l’enfant ne manifeste pas de mauvaise humeur", explique Michèle Prévidi, de Terres d’Aventure, un voyagiste spécialisé dans les escapades à pied.

Partir avec un âne : idéal avec des tout-petits

On dit qu’un bambin marche autant de kilomètres que son âge (5 km à 5 ans, par exemple) ; il est donc difficile de se lancer dans de véritables excursions itinérantes, qui obligent à respecter les étapes d’hébergement, avec des très petits.

Partir avec un âne ou un mulet se révèle donc une bonne solution pour les parents en manque d’échappées "nature" qui ne veulent pas se contenter de randonner en étoile. Ces patients compagnons vont en effet leur permettre de marcher avec des enfants très jeunes, dès 2 ans.

C’est aussi, souvent, le choix du parent isolé qui ne peut porter et ses propres affaires et celles de l’enfant (dont le sac ne dépassera pas 3 kg jusqu’à 8 ans, 5 kg jusqu’à 12). L’âne, lui, harnaché d’un bât très simple à fixer, peut supporter 35 kg.

Mieux vaut prévoir deux ânes pour une famille de quatre personnes : un pour les bagages, et un pour les enfants (à tour de rôle). Il ne s’agit pas d’une randonnée "portée", mais les plus petits passeront sans doute une grande partie de la balade sur le dos du bourricot.

Suivre l'itinéraire préparé par le loueur d'âne

Vers 6 ans, ils pourront prendre la responsabilité de conduire l’âne à la longe - quelle fierté ! Ainsi accompagnés, les randonneurs peuvent effectuer des étapes de 12 à 15 km par jour, même avec des bambins.

En famille, le plus simple consiste à suivre les itinéraires préparés par les loueurs d’ânes, qui auront aussi réservé les hébergements : être certain de trouver en fin de journée le lit et le couvert n’est pas un luxe superflu quand on voyage avec des petits… Quant à l’âne, il se contente d’eau et d’un coin de pré.

Toutes les formules existent, des escapades sauvages aux circuits rebattus, très fréquentés l’été, mais qui présentent l’avantage d’être parfaitement organisés.

Partir à cheval : pour les cow-boys non solitaires

La randonnée à cheval, peu développée, permet des balades en pleine nature à un rythme suffisamment lent pour profiter des paysages… Elle n’implique pas d’être un cavalier accompli !

En France, pour les randonnées "famille", rares sont les parcours qui nécessitent un niveau très sportif : il suffit le plus souvent d’être à l’aise aux trois allures - pas, trot, galop -, les chevaux étant dociles et peu craintifs. Les voyagistes spécialisés dans la randonnée en proposent tous, le plus souvent à l’étranger.

Les centres équestres en organisent aussi parfois, surtout dans les régions touristiques. Les circuits sont ouverts aux enfants à partir de 10-12 ans, car l’itinérance implique une bonne endurance pour supporter entre quatre et six heures d’équitation par jour.

Pour l'équipement, on optera pour une vraie culotte d’équitation de préférence aux jeans, qui ne s’étirent pas. Prévoir des bottines ou des chaussures de marche, ainsi que des guêtres (ou "mini-chaps"). La bombe ou le casque sont obligatoires pour les mineurs, optionnels mais recommandés pour les adultes. Une fois équipé, il ne reste plus qu’à profiter du paysage.

Partir en roulotte : pour l’esprit bohème…

Proches de la nature, un peu "bio-écolo", les voyages en roulotte concrétisent le rêve de bien des enfants : randonner dans une cabane à roulettes au rythme nonchalant d’un cheval de trait (5 km/h), sur de paisibles routes de campagne au bord desquelles il fait bon s’arrêter pour pique-niquer.

Le soir venu, après une journée de balade, de jeux et de découvertes, quand toute la famille se prépare à dormir dans la roulotte, quelle aventure et quelle fête pour les petits !

Car ces voyages sont sans doute la façon de randonner la plus adaptée aux familles avec jeunes enfants (les adolescents risquent de vite s’ennuyer de cette lenteur), d’autant qu’elle ne requiert aucune connaissance particulière…

La roulotte, équipée pour les familles

Si le passage par un spécialiste est nécessaire pour louer la roulotte, les prestations des organisateurs sont très variables. Quelques établissements proposent de partir sur les routes sans accompagnateur après un ou deux jours d’initiation (deux adultes valides sont alors nécessaires).

On peut également voyager sans guide mais en se faisant aider tous les matins pour atteler le cheval. Il est par ailleurs possible d’organiser un convoi de roulottes pour partir entre amis…

En général, les roulottes sont aménagées pour deux adultes et deux enfants (trois au maximum), et disposent d’un coin cuisine avec réfrigérateur et table de cuisson, parfois d’un WC chimique ; les douches se trouvent aux différentes étapes. Nourriture du cheval, vaisselle et parfois linge sont fournis.

Les organisateurs établissent généralement d’excellents topo-guides pour préciser les haltes et balades possibles, les points de ravitaillement, etc. On ne roule pas toute la journée et il vaut mieux emporter des vélos, que l’on accroche à l’arrière de la roulotte. Enfin, succès oblige, il est plus prudent de réserver quatre à six mois à l’avance…

Toutes les adresses pour partir en randonnée

A pied

Avec un âne

A cheval

En roulotte