Grande distribution : faut-il adopter les cartes de fidélité ?

Grande distribution : faut-il adopter les cartes de fidélité ?

Les programmes de fidélité des chaînes de la grande distribution visent à mieux vous connaître, tout en vous permettant de réaliser quelques économies.

Bons d'achat, cadeaux, promotions, offres spéciales, invitations exclusives… Presque toutes les enseignes de la distribution proposent aujourd'hui aux consommateurs de devenir des "clients privilégiés" en se procurant gracieusement une carte de fidélité. Chaque distributeur a concocté sa formule maison pour chouchouter ses habitués.

A qui profitent les cartes ?

Les consommateurs, de plus en plus nombreux à collectionner ces cartes, y voient un bon moyen de grappiller quelques économies. Du coup, ceux qui n'en possèdent pas ont parfois le sentiment de se faire "gruger" et de payer le prix fort.

Toute la question est de savoir qui - le consommateur ou le magasin - tire le plus profit de ces cartes, à piste ou à code-barres qui envahissent nos portefeuilles.

Un outil marketing

Selon Antoine Verspieren, chargé de clientèle pour une société concevant des programmes de fidélisation, "les cartes de fidélité sont un outil marketing. Dans un contexte très concurrentiel, garder les clients coûte moins cher que d'en conquérir de nouveaux".

"Ces cartes ont pour objectif d'inciter les consommateurs à fréquenter la chaîne de magasins en les récompensant. En outre, elles visent à renseigner le distributeur sur les habitudes de la clientèle afin qu'il cible mieux ses offres promotionnelles", poursuit M. Verspieren.

De vraies économies ?

De fait, il est difficile de résister à ces cartes délivrées gratuitement et souvent disponibles immédiatement. Il est possible d'en posséder autant qu'il existe d'enseignes, mais les multiplier ne sert pas à grand-chose.

Il faut en effet cumuler un bon nombre d'achats pour bénéficier d'un avantage intéressant sous la forme d'un cadeau, à choisir généralement dans un catalogue, ou d'un bon d'achat à dépenser dans le magasin. À titre d'exemple, pour obtenir un bon d'achat de 10 €, il faudra dépenser 3 200 € chez Monoprix ou 2 025 € chez Shopi !

Une carte au prix de nombreux renseignements

Quand la caissière ne vous propose pas systématiquement la carte maison, il suffit de la réclamer à l'accueil du magasin, ou de la demander en ligne via le site Internet de l'enseigne, et de compléter le bulletin d'adhésion.

Plus ou moins complet… et indiscret, il renseigne votre interlocuteur non seulement sur votre nom, votre adresse, mais aussi sur votre adresse électronique, vos coordonnées téléphoniques, votre âge, votre catégorie socioprofessionnelle, votre situation familiale (en couple ou pas, nombre d'enfants, leur âge…), votre mode de logement (maison ou appartement, locataire ou propriétaire)…

Divulguer le strict nécessaire

Bien sûr, vous n'êtes pas obligé de répondre à toutes les questions. Généralement, un astérisque distingue les mentions à remplir impérativement. À vous, donc, de voir si vous avez envie de laisser votre numéro de téléphone et votre courriel. Ceux-ci pourront être utilisés pour vous adresser des offres personnalisées de l'enseigne mais aussi de ses partenaires.

Si vous ne le souhaitez pas, veillez bien à ne pas cocher (ou à cocher, selon la rédaction de la question) les petites cases autorisant l'enseigne à vous envoyer des courriers, courriels, SMS et autres appels téléphoniques.

Le consommateur sous surveillance

À chaque passage en caisse, lorsque vous présentez votre carte pour profiter de ses avantages, votre magasin est au courant précisément de vos emplettes et du budget que vous y consacrez, de la fréquence de vos visites, etc.

Des informations précieuses sur vos habitudes de consommation, votre mode de vie, et qui, le jour venu, lui serviront à cibler des propositions : invitation à une foire aux vins, promotions exclusives sur des produits de beauté ou du multimédia ou de l'alimentation pour chiens ou chats…

Selon que vous considérez ces offres comme une occasion supplémentaire de réaliser de bonnes affaires ou comme une intrusion dans votre vie privée, vous accepterez ou pas d'être contacté.

Des points à durée limitée

Dernier conseil : vérifiez la durée de vie de vos points ou autres bons d'achat. Selon les enseignes et les opérations, ils sont plus ou moins éphémères et c'est parfois à vous de faire la démarche pour en bénéficier. Le magasin ne vous rappellera pas toujours que vous avez cumulé des droits.