Des plages de qualité pour vos vacances

Des plages de qualité pour vos vacances

Les plages françaises font l'objet de contrôles sanitaires, et le dispositif "Pavillon Bleu" fournit une bonne information sur la qualité des eaux de baignade.

La qualité des eaux de baignade s'améliore sur le littoral français : le taux de conformité aux normes européennes est passé de 87,5 % pour les eaux côtières en 2002 à 96,4 % en 2006 et de 89,6 % à 94,7 % pour les eaux douces. Le mauvais fonctionnement des réseaux d'assainissement de certaines communes reste cependant pointé du doigt.

Quels risques ?

Si les plages françaises ne présentent pas de gros risques sanitaires, la concentration de certains germes ou bactéries dans l'eau peut entraîner des problèmes intestinaux, dermatologiques et parfois des troubles ORL. Il existe différents moyens d'en informer les vacanciers.

Le Pavillon bleu : un gage de propreté

Beaucoup de plages françaises arborent le "Pavillon bleu" de l'Office français de la Fondation pour l'éducation à l'environnement en Europe, une organisation qui se charge de contrôler la qualité des plages.

Chacune est évaluée en fonction de quatre critères :

  • la gestion de l'eau, s'agissant aussi bien des eaux de baignade que du traitement des eaux usées ;
  • la qualité générale de l'environnement ;
  • les initiatives en matière d'éducation à l'environnement ;
  • la gestion des déchets.

Et le Pavillon bleu est attribué aux plages qui respectent les normes édictées par cette association. En 2011, 358 plages réparties sur 120 communes l'ont obtenu.

Les limites du pavillon bleu

Si la carte des Pavillons bleus dressée chaque année offre une garantie de propreté, elle présente le défaut de ne pas recenser l'ensemble des sites de baignade français. Car seules les communes qui ont fait acte de candidature se retrouvent dans ce classement, prenant alors parfois le risque de ne pas obtenir le fanion tant convoité.

De plus, certaines municipalités n'hésitent pas à faire un usage abusif du Pavillon bleu en ne le réservant pas aux plages testées mais en l'attribuant à l'ensemble des plages dont elles ont la charge. Enfin, ce label qui englobe plusieurs paramètres ne s'intéresse pas particulièrement à la qualité sanitaire des eaux de baignade, une information pourtant recherchée par de nombreux vacanciers.

Les résultats des analyses affichés sur les plages

Les plus avertis des estivants savent qu'ils doivent pour cela se rendre en mairie. C'est là que sont affichés les résultats des analyses effectuées tous les quinze jours par la direction départementale des affaires sanitaires et sociales. Les sites de baignade en eau de mer ou en eau douce sont classés en quatre catégories, en fonction de la présence de certains germes, bactéries ou microbes.

Quatre catégories pour la qualité de l'eau

En fonction de la proportion de coliformes et de streptocoques fécaux présents dans l'eau, chaque plage reçoit une note.

Catégorie A : eau de bonne qualité.

Catégorie B : eau de qualité moyenne.

Catégorie C : eau pouvant être momentanément polluée.

Catégorie D : eau de mauvaise qualité.

Dans les deux derniers cas, les autorités locales doivent, en principe, interdire la baignade.

Les germes pathogènes présents dans l'eau ne sont cependant pas les seuls désagréments dont ont à souffrir les baigneurs. Certains sites subissent en effet une pollution provoquée par l'activité industrielle ou par le rejet de substances toxiques. Et, contrairement aux germes ou aux bactéries, les métaux et les hydrocarbures ne sont pas systématiquement recherchés dans les analyses régulièrement effectuées pour vérifier la qualité de l'eau.

Seuls quelques associations ou centres de recherche réalisent ponctuellement des études, à l'instar de l'association Surfrider Foundation Europe.

Mieux vaut donc éviter, par exemple, des plages trop proches des zones industrielles ou des ports.

Plages souillées

L'état de propreté des plages est également à prendre en compte. Une rapide inspection peut, par exemple, permettre de constater si le sable est souillé par des plaques d'huile et d'hydrocarbures. Dans les mois qui ont suivi le naufrage du pétrolier "Prestige" au large des côtes espagnoles, de nombreuses plages françaises ont été touchées et des vacanciers ont eu la désagréable surprise de se retrouver au contact de galettes ou boulettes de fioul.

Dans ce genre de situation, il faut nettoyer la souillure le plus rapidement possible pour éviter les effets cutanés. Les produits décapants sont déconseillés, car ils accélèrent le passage du fioul dans la peau, et l'utilisation de beurre ou de vaseline est recommandée. Et il est préférable de ne pas exposer immédiatement au soleil la zone affectée.

Et aussi sur Dossier familial