Barrière de sécurité, alarme… les solutions pour sécuriser votre piscine privée

Barrière de sécurité, alarme… les solutions pour sécuriser votre piscine privée
Pour sécuriser votre piscine et protéger les enfants, vous avez le choix entre quatre dispositifs de sécurité. - © monkeybusinessimages

Chaque été, des noyades surviennent dans les piscines. Pourtant depuis 2004, les propriétaires sont obligés d’installer un dispositif de sécurité. Rappel des précautions.

Entre juin et septembre 2015, près de 500 personnes sont mortes par noyade, selon Santé publique France. Et 13,5 % des décès sont survenus en piscine privée familiale. En suivant  certaines mesures de sécurité et de prévention, un grand nombre d’accidents pourraient être évités.

Depuis le 1er janvier 2004, tout propriétaire de piscine privée de plein air, dont le bassin est enterré ou semi-enterré, est obligé de choisir au moins un des quatre dispositifs de sécurité normalisés (répondant aux normes AFNOR) visant à prévenir les risques de noyade.

Il a le choix entre l’installation :

  • d’une barrière de protection d’accès au bassin haute d’au moins 1,10 mètre et munie d’un portillon (norme NF P90-306). Les enfants de moins de 5 ans ne doivent pas pouvoir l’ouvrir, ni l’enjamber ;
  • d’un système d’alarme (norme NF P90-307) placé à la surface de l’eau ou autour du bassin ;
  • d’une couverture de sécurité (norme NF P90-308) fermant le bassin ;
  • ou d’un abri de piscine entièrement fermé (norme NF P90-309)

Comment s’assurer de la conformité des dispositifs de sécurité ?

Si la piscine a été construite avant le 8 juin 2004, vous devez faire attester de la conformité de l’équipement de sécurité par un professionnel (fabriquant, installateur, vendeur ou contrôleur technique agréé par l’Etat). Il viendra analyser les équipements, la piscine pour évaluer son niveau de sécurité et vous fournira une attestation de conformité ou vous indiquera les points à améliorer.

Si la piscine a été construite après 2004, le constructeur ou l’installateur est censé vous avoir remis une attestation de conformité aux exigences légales de votre installation. En l’absence d’attestation, vous pouvez faire vérifier l’installation par un professionnel ou prendre la responsabilité d’attester que le dispositif est bien conforme.

Tout propriétaire qui ne satisfait pas à cette obligation s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 €, ainsi qu’à des sanctions pénales en cas d’accident.

Rien ne remplace la surveillance des adultes

Ces dispositifs de sécurité ne remplacent pas la surveillance des enfants par les adultes. Selon l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé), la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans. Chaque année, les enfants de moins de 6 ans représentent 15 % des décès par noyade accidentelle.

Voici quelques précautions à prendre avant de laisser votre enfant se baigner :

  • sensibilisez-le à l’eau et à ses dangers ;
  • interdisez-lui de s’approcher de la piscine sans la surveillance d’un adulte ;
  • interdisez-lui de jouer au bord de la piscine ;
  • gardez à portée de main une perche ou une bouée ;
  • équipez-le s’il ne sait pas nager de brassards et d’un maillot flottant conforme à la norme NF 13138-1 et portant la marque CE.