Acheter un voyage en dernière minute

Acheter un voyage en dernière minute

À condition d'avoir peu de contraintes d'emploi du temps, un peu de chance et de larges horizons, on peut partir en voyage à prix cassé.

Dans leur recherche d'un voyage en "dernière minute", la plupart des consommateurs ont d'abord le réflexe Internet. Les agences en ligne se montrent plus réactives aux propositions des tour-opérateurs que les agences traditionnelles, ces dernières hésitant à proposer des prix trop décalés par rapport aux tarifs habituels des brochures.

Lastminute est devenu, en quelques années, le spécialiste, même si ces ventes ne représentent qu'une partie de l'offre présentée sur le site.

Mais dès que l'on approche de la haute saison d'été (5 juillet-25 août), les petits prix sur un Paris-Bangkok ou New York disparaissent tout autant des écrans Internet que des systèmes de réservation des agences traditionnelles.

Govoyage et Opodo présentent également des offres alléchantes de forfaits touristiques, même si l'essentiel de leurs activités restent la vente de billets d'avion à des tarifs très classiques.

Constat identique sur les sites de voyagermoinscher.com, ou bdv.fr qui présentent une sélection de séjours à prix bas comme on peut les trouver dans les brochures des tour-opérateurs.

Reste l'exception Nouvelles Frontières, à la fois producteur et revendeur quasi exclusif de ses voyages, position qui lui permet d'offrir des promotions originales sur son site nouvelles-frontieres.fr à travers ses "enchères".

Les candidats au départ peuvent surenchérir les offres (billets d'avion, séjours et circuits) du lundi au vendredi de 10h à 12h.

SNCF en soldes hebdomadaires

Les petits malins prêts à sauter dans le premier train connaissent le tuyau. Chaque semaine, la SNCF propose sur son site voyages-sncf.com la vente de billets aller-retour et de week-ends à prix réduits.

La mécanique implacable des vendeurs de voyages

Le fonctionnement du secteur des voyages explique la complexité de la mécanique des promotions de dernière minute.

Afin de pouvoir élaborer leurs circuits et leurs séjours avion + hôtel aux Baléares ou en Grèce, les grands tour-opérateurs français négocient un an à l'avance, parfois davantage, la réservation de stocks de chambres d'hôtel et de sièges d'avion.

Pour obtenir de bons prix et lutter contre la forte concurrence des acheteurs anglais et allemands, ils sont obligés de s'engager financièrement en payant une partie de la prestation à l'avance. Au risque de se retrouver avec des stocks difficiles à écouler. Et, contrairement à la plupart des produits manufacturés qui peuvent attendre tranquillement un amateur, la nuit d'hôtel ou le billet d'avion non vendus sont une perte sèche.