Achat groupé, location entre particuliers, covoiturage : partager pour économiser

Achat groupé, location entre particuliers, covoiturage : partager pour économiser

Renoncer à l’idée de posséder, donc d’acheter vous fera réaliser des économies ! Il suffit de vous convertir au covoiturage, aux achats groupés, à l’échange de biens et de services ou à la location entre particuliers.

Favorisée par l’essor d’Internet, l’économie collaborative, dite aussi de partage, est en train d’irriguer tous les secteurs de l’économie traditionnelle. Au point d’intéresser les grandes entreprises du commerce et des services :

  • Ikea organise des vide-greniers solidaires,
  • Leroy Merlin loue du matériel de bricolage,
  • La SNCF rachète le site de covoiturage 123envoiture.com.

Bien plus qu’un effet de mode, les sociologues y voient une révolution.

L’économie collaborative repose sur un principe simple : acquérir l’usage d’un bien plutôt que sa propriété.

En témoigne l’essor fulgurant des services entre particuliers, dans tous les domaines de la consommation.

Achats groupés dans tous domaines

Un des premiers modes de consommation collaborative au succès indéniable est l’achat groupé, fondé sur le principe que plus on est nombreux, plus on fait baisser les prix.

Le site le plus connu est groupon.fr : il couvre tous les domaines de la consommation et compte des abonnés dans 48 pays.

Chaque jour, le site envoie un mail à ses membres, proposant un nouveau deal, avec des réductions allant jusqu’à 80 ou 90 % sur un dîner au restaurant, un abonnement fitness, un cours de cuisine, un massage à offrir, etc.

D’autres plates-formes, comme kgbdeals.fr, groupolitan.fr, yeswedeal.fr ou encore livingsocial.com, se sont engouffrées sur ce créneau.

Mais attention, il faut prendre en compte les frais de livraison des bons d’achat. Par ailleurs, ces bons ne sont pas remboursables et se révèlent parfois obsolètes, compte tenu de dates ou de conditions d’utilisation peu précises.

À côté des mastodontes, des particuliers se regroupent localement pour réaliser de gros achats :

  • Du fioul (plus-on-est-moins-on-paie.fr),
  • Du bois de chauffage (nombreux sites et forums), 
  • des panneaux photovoltaïques (apper-solaire.org),
  • ou encore des fournitures scolaires (associations, écoles ou parents d’élèves).

D’autres se réunissent pour réaliser un projet immobilier coopératif, comme, par exemple, l’achat une résidence secondaire (jerevedunemaison.com) ou la réalisation d’un projet d’habitat groupé (habitatgroupe.fr, terracites.fr, coab.fr, lajeunepousse.org à Toulouse).

De son côté, la Fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM, qui favorise l’accession à la propriété des familles les plus modestes, a mis en place des programmes d’achats groupés en France.

À Rennes, Bordeaux ou Strasbourg, des quartiers labellisés écologiques sortent de terre (eco-quartiers.fr). Aujourd’hui, ce sont treize aménagements qui ont reçu ce label, délivré par le ministère du Logement.

Pour Édouard Dumortier, fondateur du site ilokyou.com : Les gens ont peur de l’avenir et pensent que personne ne peut les aider. Ce qui explique le développement des échanges entre particuliers qui permet de réaliser des économies. Le but n’étant pas de cesser de consommer, mais de pouvoir continuer à le faire !”.

Lancé en juin 2013, ilokyou.com est le premier réseau social de consommation collaborative en France. Fondé sur l'achat et la revente d'objets et de services entre particuliers, son objectif est de les aider à consommer moins cher et à augmenter leur pouvoir d'achat. 

Colocation, coworking : des espaces paratgés

Pour contrecarrer les effets des hausses de prix des loyers, la colocation retrouve une seconde jeunesse (appartager.com). Elle se conjugue par affinités (smoovup.com), propose l’association d’étudiants et de seniors (ensemble2generations.fr) ou encore s’adresse aux 40 ans et plus (colocation-adulte.fr).

De leur côté, les travailleurs indépendants délaissent le partage de bureaux traditionnels au profit du coworking”, un espace public de travail partagé où l’on peut échanger des points de vue ou s’entraider sur des projets.

J’ai décidé de travailler en free-lance pour aider les entreprises à se développer notamment dans le design, raconte Hélène Pouille, 25 ans, accompagnatrice de projets et membre du collectif Oui Share. Comme il est difficile de travailler chez soi, je fréquente un espace de coworking la moitié du mois, pour l’énergie que j’y trouve.”

Avec Internet, tout type de biens s’échange ou se prête entre particuliers. Il suffit de créer un site, d’établir des règles et d’animer une communauté.

J’ai eu besoin d’une perceuse et je ne voulais pas en acheter une juste pour faire un trou ou deux. Ne connaissant personne dans le voisinage, elle m’a finalement été prêtée par mon entourage. Cette expérience m’a conduite à créer, fin 2012, une plate-forme de location gratuite (ou pour quelques euros) d’objets du quotidien”, confie Céline Laporte, responsable de tipkin.fr.

Ce site compte 700 membres inscrits. On y emprunte un appareil à raclette, un gaufrier, des verres, une remorque pour partir en vacances, un vidéoprojecteur… 

Louer ou échanger entre particuliers

La location de matériel entre particuliers a le vent en poupe. On ne compte plus les sites proposant ce type de service dans tous les domaines.

Certains sont généralistes (zilok.com, e-loue.com…), d’autres spécialisés, par exemple dans l’hébergement (airbnb.fr), l’échange de logements (trocmaison.com), les places de parking (oumegarer.com), les voitures (drivy.com, buzzcar.comlivop.fr, ouicar.fr, unevoiturealouer.com), les jouets (dimdom.fr) ou bien la location de sa machine à laver (lamachineduvoisin.fr) ou d’un espace de stockage dans sa maison (costockage.fr, jestocke.com).

Avec l’augmentation des prix du train et de l’avion et pour faire face au coût de la vie de plus en plus élevé, le covoiturage a connu un essor qui ne se dément pas. Créé en 2006, le réseau Bla Bla Car (anciennement covoiturage.fr) compte aujourd’hui plus de 3 millions de membres en Europe. Tous les mois, plus de 600 000 personnes utilisent sa plate-forme.

L’échange de savoirs et de compétences existe aussi depuis plusieurs années, à travers le système d’échange local (selidaire.org) ou, plus récemment, par l’intermédiaire des accorderies (accorderie.fr) ou de communautés telles que skilio.com.

Certains vont encore plus loin en décidant d’échanger leur maison, de manière temporaire ou définitive, avec évidemment passage devant notaire (echangedefinitif.com) !

Et aussi sur Dossier familial