Réduire sa facture d’électricité

Réduire sa facture d’électricité
Réduire sa facture d’électricité - ©udra

Utiliser des ampoules basse consommation, privilégier les appareils moins énergivores… Autant de bons comportements à adopter pour réduire sa facture d’électricité et préserver notre environnement.

Changer pour des ampoules basse consommation

Diminuer sa consommation d’énergie et par conséquent économiser sur sa facture d’électricité tout en restant aussi bien éclairé, c’est possible ! Il suffit de s’équiper en ampoules fluorescentes compactes basse consommation. Très économiques à l’usage, ce type d’ampoule consomme 4 à 5 fois moins d’énergie qu’une lampe traditionnelle (dite à incandescence), ce qui permet, selon l’Ademe, à une famille d’économiser en moyenne 330 kW, soit environ 33 € sur sa facture d’électricité.

Ces ampoules présentent toutefois un inconvénient : quelques minutes sont nécessaires avant que la lumière n’atteigne son intensité maximale, ce qui les rend peu adaptées aux endroits de passage, couloir, palier, WC.

Leur coût à l’achat présente un handicap relatif. Elles sont pratiquement dix fois plus chères qu’une ampoule classique, mais affichent une durée de vie huit fois supérieure ! On leur reproche également la qualité de leur lumière et plus particulièrement sa blancheur "clinique". Enfin, il faut savoir que l’ampoule basse consommation contenant du mercure ne doit pas être jetée à la poubelle quand elle est hors d’usage mais rapportée au distributeur pour recyclage.

Dégivrer régulièrement le réfrigérateur

Très énergivore, le réfrigérateur consomme plus du tiers de l’énergie d’un ménage. Pour éviter cela, l’appareil doit être dégivré régulièrement, au moins tous les trois mois, et dès que la couche de givre dépasse 2 à 3 mm. En effet, l’accumulation augmente la demande d’électricité du réfrigérateur (jusqu’à 30 % de plus lorsque la couche de givre atteint un demi-centimètre). Provenant de la vapeur d’eau, la production de givre peut être freinée en plaçant dans le réfrigérateur les aliments refroidis, en couvrant les plats et en enveloppant les légumes.

Électroménager : les règles de l’étiquette

Pour aider le consommateur à choisir un appareil électroménager peu vorace en énergie et donc plus économique, les fabricants sont tenus depuis 1995 d’apposer sur leur produit une "étiquette énergie". Classée de A, le plus économe, à G, le plus énergivore, la lettre qui figure sur l’étiquette guide l’acheteur dans son choix. S’il en a la possibilité, il aura intérêt à privilégier un appareil performant, même si son prix est plus élevé. Le surcoût de l’achat sera amorti sur les économies d’énergie réalisées ultérieurement. Exemple : un réfrigérateur classé A consomme trois fois moins d’électricité qu’un équipement noté "C".

Des piles, oui mais rechargeables

Utiliser des piles pose le problème de leur durée de vie et de leur recyclage. Pourquoi ne pas opter pour des piles rechargeables ? Certains essais font apparaître qu’elles équivalent à 1 000 piles classiques, ce qui permet d’amortir l’achat du chargeur et le surcoût des batteries. Il existe aujourd’hui des chargeurs multiformats qui permettent de donner une nouvelle vie aux batteries et piles rechargeables. Et le grief que l’on pouvait reprocher à ce type de piles – elles étaient censées ne pas tenir la charge si elles n’étaient pas utilisées rapidement – semble avoir disparu.

Le choix d’une pile rechargeable se fait en fonction de son voltage (1,5 ou 4,5 volts par exemple) et de sa capacité : de 1 800 mAh à 2 800 mAh le plus souvent. Plus elle est élevée, plus longtemps dure la pile. Il faut choisir un bon chargeur – en particulier, il doit stopper la charge quand la pile est pleine sous peine de raccourcir drastiquement sa durée de vie – et de bonnes piles.

En revanche, les appareils consommant peu (thermostats d’ambiance, détecteurs d’incendie…) doivent être équipés de piles chimiques car les piles rechargeables se déchargent quand elles ne sont jamais utilisées.

Une "Envie" irrésistible

Acheter ses appareils électroménagers dans l’un des magasins Envie, c’est s’offrir la possibilité de s’équiper à moindre coût : leurs produits sont vendus entre 30 et 40 % moins chers que ceux que l’on trouve dans les enseignes traditionnelles. Fondé en 1984, le réseau Envie collecte les appareils électroménagers en fin de vie, le plus souvent auprès des distributeurs qui les récupèrent lorsqu’ils en revendent un neuf et les fait réparer par des ouvriers recrutés parmi les chômeurs et des Rmistes.

Avec 4 à 5 appareils d’un même modèle, les techniciens du réseau en fabriquent un neuf, entièrement nettoyé et désinfecté, mis en vente à moindre coût (à partir de 99 € le lave-linge, 90 € le réfrigérateur ou 110 € le congélateur). Vendus sans l’étiquette énergie, ces appareils ont été testés et les plus voraces ne sont pas remis sur le marché mais partent en recyclage. Tous les produits bénéficient d’une garantie minimale d’un an pièces et main-d’œuvre avec la possibilité d’une extension payante de deux ans.

Il existe une quarantaine de magasins Envie en France. Leurs coordonnées figurent sur le site www.envie.org.

Faire confiance à l’électroménager d’occasion ?

Moins cher car déjà utilisé, l’achat d’occasion permet de confortables économies et participe à la deuxième vie des produits. Avec un risque car le client ne connaît pas l’histoire de l’appareil et rencontrera sans doute des difficultés à trouver des pièces détachées.

Cependant, certains professionnels de l’occasion accordent des garanties. Ainsi Cash Converters s’engage à réparer, échanger ou rembourser les appareils qui subissent une panne dans les 30 à 90 jours suivant l’achat. En passant par le réseau Envie, l’acheteur bénéficie d’une garantie d’un an pièces et main-d’œuvre.

Le point délicat de l’achat d’occasion reste toutefois celui de sa consommation énergétique. Les modèles anciens sont en général plus voraces que les derniers modèles, dotés de la fameuse étiquette énergie. À chacun d’apprécier l’équilibre entre l’économie à l’achat et les dépenses à venir.

Pour en savoir plus sur les économies d’énergie

Des espaces "Info énergie" ont été mis en place en 2001 ; on en dénombre 160 sur tout le territoire. Près de 300 spécialistes y donnent des informations et y prodiguent des conseils sur toutes les questions relatives à l’efficacité énergétique et à la protection de l’environnement. Leur situation figure sur le site de l’Ademe : www.ademe.fr. Téléphone : 0 810 060 050 (prix d’un appel local à partir d’un poste fixe.)

En collaboration avec WWF, l’association CLCV a mis en place un outil de comparaison qui indique aux consommateurs les produits les plus économes en énergie et les moins néfastes pour l’environnement. Il est consultable sur le site www.guide-topten.com. Ses promoteurs souhaitent amener les particuliers à se poser les "bonnes" questions avant un achat, notamment celles qui ont trait à l’usage de l’objet, dans le but de s’équiper de façon responsable.