Electricité : comment diminuer la facture

Electricité : comment diminuer la facture

Dans un logement, les appareils électriques se comptent par dizaines et la consommation d’énergie s’en ressent. Voici quelques pistes pour bien les choisir et les utiliser, de façon à réduire votre facture.

Depuis 1990, la consommation d’électricité des équipements domestiques a fait un bond de 75 %, indique l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Pourtant, les appareils vendus sur le marché sont de plus en plus sobres et les Français de plus en plus sensibles aux économies d’énergie. L’explication tient à la multiplication des appareils, ainsi qu’à l’augmentation de leur taille et de leur durée d’utilisation.

Consulter l’étiquette énergie des appareils que vous achetez

Si l’on excepte le chauffage et la production d’eau chaude - qui ne sont pas toujours alimentés par l’électricité -, les postes les plus gourmands sont la production de froid (23,3 %), l’audiovisuel (20 %) et le lavage (14,9 %).

Au moment d’acheter un appareil électrique, il faut avoir une idée précise de ses besoins et consulter l’étiquette énergie, apposée sur chaque appareil. Ainsi, un célibataire optera pour un réfrigérateur de 150 litres, une famille de trois personnes le choisira de 200 à 250 litres, et on prévoira 350 litres pour quatre personnes.

Attention aussi aux modèles américains : certes, ils délivrent de la glace, mais ils consomment trois fois plus d’électricité ! Dans tous les cas, il est inutile et coûteux d’acheter surdimensionné, en supposant que ce sera plus pratique. Sachant, par exemple, que la charge moyenne d’un lave-linge est de 4 kg, il est inutile de s’équiper d’une machine de 7 ou 8 kg…

Choisir la technologie adaptée permet de substantielles économies, mais demande parfois des arbitrages délicats. Les lampes "basse consommation" (LBC) sont certes bien plus chères que les lampes à incandescence, mais elles consomment quatre fois moins et durent huit fois plus longtemps. En moyenne, la différence de prix est donc compensée en un an.

Autre exemple avec les appareils produisant du froid : on sait qu’un demi-centimètre de givre augmente leur consommation et qu’à partir de 4 cm celle-ci double. On peut alors acheter un appareil à froid ventilé, qui ne produit pas de givre… mais consomme jusqu’à 30 % d’énergie en plus !

Pas de dilemme en revanche pour la cuisson : les plaques à induction et infrarouges sont plus économes que les plaques électriques classiques. Quant aux fours, les modèles à air pulsé permettent de réduire le temps de cuisson - donc la consommation d’énergie - de 30 % en moyenne, et jusqu’à 75 % pour les appareils combinés air pulsé-micro-ondes-halogènes !

Hausse de la consommation d’électricité due aux nouvelles technologies

C’est dans le secteur des loisirs et de l’informatique que le choix peut s’avérer crucial : entre 1995 et 2008, la consommation d’un téléviseur a plus que doublé, passant de 140 à 307 kWh par an.

La faute en incombe surtout aux dimensions des appareils actuels : quand la taille de l’écran double, sa consommation quadruple ! Les nouvelles technologies ont provoqué une hausse de la consommation d’électricité de 10 % par an ces dix dernières années. Car si les appareils sont peu gourmands, ils se multiplient dans les foyers.

Pour limiter les dépenses, on choisira un ordinateur portable, qui utilise 50 à 80 % d’énergie de moins qu’un poste fixe, et une imprimante à jet d’encre, bien plus sobre qu’un modèle laser (5 à 10 W contre 200 à 300 W).

Entretenir son matériel pour faire des économies

Une fois l’appareil choisi, encore doit-on s’en servir de manière économique. Pour le réfrigérateur, par exemple, on veillera à faciliter la circulation de l’air, en ménageant un espace d’une dizaine de centimètres au-dessus et derrière l’appareil.

On évitera aussi de le placer près d’une source de chaleur (cuisinière, radiateur). Autres conseils : dépoussiérer au moins deux fois par an la grille arrière et vérifier l’étanchéité des joints en coinçant une enveloppe dans la porte. Si vous pouvez la dégager en tirant dessus, le joint doit être changé.

Concernant le lave-vaisselle, 80 % de l’énergie consommée sert à faire chauffer l’eau. Mieux vaut donc utiliser les programmes "basse température" et le faire tourner bien rempli. Ces règles valent aussi pour le lave-linge : nettoyer souvent le filtre et utiliser de l’anti­calcaire si l’eau est dure, pour faire baisser sa consommation.

Pour le sèche-linge, un vorace, mieux vaut privilégier les modèles à évacuation, un peu plus sobres que les modèles à condensation.

Un mode veille qui consomme beaucoup d'énergie

Autre source de gaspillage, le mode veille des appareils électriques. Laisser une chaîne hi-fi en veille pendant quatre heures consomme autant que de l’écouter une heure en continu.

Au final, un lecteur DVD consommera 23 kWh par an… dont 15 en veille. Une directive européenne limite la puissance de ces appareils à 1 W, mais les équipements dotés d’un mode veille sont de plus en plus nombreux.

"De l’électricité inutile", regrette l’Ademe, en recommandant de choisir des appareils que l’on peut éteindre complètement sans pour autant perdre les informations mises en mémoire (horloge, programmation), et d’investir dans des multiprises dotées d’un interrupteur pour couper l’alimentation, par exemple, de tout l’équipement télé ou informatique en même temps.

Enfin, on débranchera les chargeurs de téléphone, d’ordinateur ou d’appareil photo : même s’ils ne sont plus reliés à l’appareil, ils continuent à consommer de l’électricité.

Chauffage électrique : installer un système de régulation

Une bonne isolation des fenêtres (en posant du double vitrage), du toit, des murs et du plancher bas de la maison permettra les plus grosses économies. Mais on peut aussi agir autrement.

Passer, par exemple, de 20 à 19 °C dans la maison, c’est peut-être mettre un pull en plus, mais c’est surtout 7 % de consommation en moins. Installer un système de régulation - pour chauffer en fonction de la température choisie - et de programmation permet de réduire de 10 % la consommation.

Et installer un thermostat électronique intégré aux convecteurs et panneaux rayonnants permettra une régulation pièce par pièce.

Quel abonnement électrique ? L'avis de l'expert Nicolas Depreux

"L’offre de base, à partir de 3 kilovoltampères (kVA), convient aux personnes seules, aux couples ou à ceux qui possèdent peu d’appareils électriques. Et l’option heures creuses-heures pleines (HC/HP) démarre à 6 kVA. Avant de choisir un abonnement, chacun doit faire ses propres calculs, selon les deux formules suivantes, pour choisir le résultat le moins élevé.

Option de base : prix de l’abonnement + (kWh consommés x prix du kWh).

Option double tarif : prix abonnement HC/HP + (kWh consommés HP x prix du kWh HP) + (kWh consommés HC x prix du kWh HC).

Quant à l’option Tempo, à partir de 9 kVA, qui fait varier le prix de l’électricité en fonction des jours (jours bleus, jours rouges), elle est intéressante si la consommation des 22 jours rouges répartis dans l’année est inférieure à 8 % de la consommation globale."

media_6104.jpg