Se grouper pour acheter moins cher

Se grouper pour acheter moins cher
S’offrir à plusieurs un produit ou un service peut permettre d’obtenir les meilleurs tarifs. - © BraunS

S’offrir à plusieurs un produit ou un service permet d’obtenir les meilleurs tarifs… à condition de distinguer les vrais achats des simples promotions pratiquées par certains commerçants.

Florissants vers 2010, des sites commerciaux dits d’achats groupés promettaient aux internautes la possibilité de profiter de réductions négociées auprès de commerçants de proximité. Au final, un gain de 30 % par rapport aux prix du marché, voire de plus de 70 % dans certains cas. Ces ristournes concernaient principalement des services et des biens dans l’univers des loisirs et du bien-être : séances d’épilation ou de blanchiment dentaire, dîners, cours de cuisine ou de yoga, séjours, lunettes de soleil de marque... En pratique, les consommateurs achetaient des coupons (des « deals ») qu’ils devaient échanger chez le professionnel contre le produit ou le service choisi...

Ces sites Internet ont fini par disparaître : les consommateurs étaient souvent déçus par des produits non conformes, des prestations de piètre qualité et sous conditions restrictives pour en profiter (date limite de validité des bons, hors week-end...). Les commerçants, eux, étaient excédés par le poids des commissions prélevées par ces sites (15 à 50 % du prix de commercialisation) et parfois par le surcroît d’activité généré par la demande de clients peu fidèles, uniquement à l’affût de la meilleure remise, au jour le jour. Une exception, l’enseigne Groupon subsiste aujourd’hui, mais la société a revu sa copie. Le site est devenu une simple place de marché où les commerçants locaux sont invités à présenter leurs promotions.

Restent aussi les « vrais » achats groupés qui ont une couleur moins mercantile et beaucoup plus collaborative. Ils relèvent souvent de l’initiative d’associations, de collectivités locales mais aussi de certains entrepreneurs (65 % de réduction si vous voyagez en groupe de 10 à 30 personnes avec la SNCF, par exemple) ou de comités d’entreprise. Voici trois secteurs où il est possible de diminuer substantiellement sa facture.

Construction, rénovation : 25 % à 40 % d’économie

Un ballon d’eau chaude, des robinets, un évier, des radiateurs, du parquet, des isolants, de la peinture... 25 % à 40 % moins cher que les prix publics affichés. Soit des tarifs aussi intéressants et parfois même plus avantageux que ceux obtenus par les artisans... Comment ? En adhérant aux associations Castors qui organisent entre 40 et 50 ventes d’achats groupés par an. Leur implantation se situe principalement dans le Grand-Ouest, leur berceau, (22 agences de Brest à Tours, castorsouest.eu), mais elles ont fait aussi des émules en Île-de-France, en Alsace et dans la Somme.

« On est plus forts quand on négocie 10 000 à 20 000 m2 de laine de verre que lorsqu’on a juste besoin de 150 m2 pour isoler sa maison », explique Jérôme Sonégo, responsable des agences Castors de Vannes et Lorient (Morbihan).

Les adhérents, moyennant 53 € la première année, 43 € les suivantes, reçoivent un mail lors du lancement d’une opération d’achats groupés. Ceux que cela intéresse s’inscrivent. À l’échéance de la date butoir, si la quantité permettant d’obtenir le tarif prévu est atteinte, la vente démarre. Les personnes concernées confirment alors leur commande et payent. Côté délai, il faut compter un mois entre l’envoi du premier mail et la finalisation de l’opération et encore un mois avant la livraison chez l’adhérent.

Énergie : 6 % à 23 % moins cher

Depuis 2015, l’UFC-Que Choisir propose à
5 millions de foyers utilisant le fioul des opérations d’achats groupés. Limitées à l’origine à certaines régions, elles s’étendent désormais à tout le territoire, avec 4 campagnes programmées entre décembre 2016 et septembre 2017. Il suffit de s’inscrire via le site dédié choisirsonfioul.fr avant une date butoir. Un appel d’offres est alors lancé auprès des fournisseurs locaux.

L’offre lauréate détermine le tarif pour chaque inscrit. Ce dernier reçoit une proposition qu’il est libre d’accepter ou de refuser. En cas d’accord, le fournisseur le contacte et le livre. À compter de la date du lancement de la campagne, le délai de livraison est d’un mois. Le consommateur règle l’addition une fois le fioul dans sa cuve (avec 5 € en plus au titre des frais de participation).

« L’économie réalisée est d’environ 6 %, et 1 000 souscripteurs en ont déjà profité », détaille Cédric Musso, directeur de l’action politique de l’association.

De la même façon, des communes proposent des achats groupés, telles que celle de Bouxières-aux-Dames (Meurthe-et-Moselle) pour le fioul mais aussi le bois.

Côté gaz et électricité, la campagne d’UFC-Que Choisir « Énergie moins chère ensemble » a profité à plus de 100 000 consommateurs en 2016 par le biais de choisirensemble.fr. Résultat, un gain sur les abonnements de 23 % en électricité et de 17 % en gaz (moyennant des frais de participation : 10 € pour une énergie, 14 € pour les 2).

Même démarche avec Familles de France : 20 000 abonnements ont été conclus, permettant une économie de 10 à 12 %.

Sans oublier l’action de certaines mairies : Jeumont et Le Cateau-Cambrésis dans le Nord, Saint-Philibert dans le Morbihan, Hersin-Coupigny dans le Pas-de-Calais... À la clé, des remises d’environ 13 % pour leurs administrés.

Fournitures scolaires : 30 % de rabais

Des associations de parents d’élèves se mobilisent pour diminuer le coût de la rentrée scolaire. Ainsi, depuis 15 ans, à Ensisheim, en Alsace, l’Apeesee (rattachée à l’Unaape), organise chaque année des ventes groupées de fournitures.

« Ce travail de longue haleine nécessite une collaboration avec les enseignants. Dès le mois de mai, on fait des listes par classe avec le principal du collège et les directeurs des deux écoles primaires. On contacte les parents qui peuvent s’inscrire par Internet et on passe commande fin juin. Fin août, les fournitures sont livrées et les colis prêts à être retirés par les familles. Presque la moitié des élèves du collège en bénéficient. On parvient à faire économiser environ 30 % à leurs parents ! Un colis pour la sixième s’élève ainsi à quasiment 90 € (la classe la plus chère car il faut s’équiper). Pour les autres niveaux, la facture tourne autour de 50 € », détaille Patrick Marets, président de l’association.

Même initiative, à plus grande échelle toutefois, avec la Peep à Bourg-en-Bresse, à Saint-Étienne et dans le département du Rhône. « Dans le Rhône, grâce aux parents d’élèves bénévoles, 28 collèges ont participé à l’opération d’achat de fournitures scolaires à la rentrée 2016. Nous avons ainsi équipé presque 2 000 élèves avec des produits de moyenne gamme, mais aussi de marque, car les parents sont exigeants », souligne Hélène Cotaz-Bertholet, la déléguée générale de l’association de parents d’élèves du département. 

Un site fédérateur

Entreacheteurs.fr met en relation des personnes autour d’un projet d’achat commun dans leur département et une catégorie choisie (high-tech, loisirs, immobilier....). On peut s’inscrire gratuitement sur le site et fonder un groupe. Entreacheteurs.fr centralise les souhaits de chacun des membres d’un groupe. La démarche consiste ensuite à demander des devis auprès des commerçants locaux, à négocier et à comparer.

Et aussi sur Dossier familial