Bricolage, jardinage : louer du matériel, est-ce intéressant ?

Bricolage, jardinage : louer du matériel, est-ce intéressant ?
La location de matériel séduit un public plutôt jeune et urbain. - © Syda Productions

La formule permet indéniablement de gagner de l’espace et d’économiser de l’argent, surtout en s’adressant à des particuliers. À condition d’être bien organisé et vigilant !

Louer une perceuse, un échafaudage, une élagueuse, plutôt que les acheter : l’idée séduit de nombreux bricoleurs et jardiniers amateurs. « En 2017, 14 % des Français ont emprunté du matériel de bricolage ou de jardinage, notamment par l’intermédiaire des sites de location », témoigne Agnès Crozet, secrétaire générale de l’Observatoire société et consommation. Une pratique qui concerne un public plutôt jeune (moins de 40 ans), urbain et disposant de revenus supérieurs à la moyenne. La formule a de quoi séduire. Pourquoi acheter 70 euros une décolleuse à papier peint qui ne servira qu’un jour ou deux et qui encombrera ensuite un placard, alors qu’on peut la louer pour 20 euros le temps du week-end ? Quel intérêt à dépenser 400 euros dans un motoculteur pour labourer son potager une fois l’an, alors que l’on peut le payer 30 euros la journée, sans avoir à l’entretenir ?

« Avec la location entre particuliers, on trouve des outils vraiment pas chers, souvent entre 5 et 30 euros par jour », souligne Sébastien, qui rénove une maison près de Toulouse. La formule permet aussi d’accéder à du matériel d’expert – donc onéreux – que tout le monde n’a pas vocation à avoir dans son atelier : marteau-perforateur, fendeuse de bûches, etc.

Planifier son besoin et s’y prendre à l’avance

Attention, pas question de penser louer à la dernière minute, sous peine de devoir ajourner son chantier ! Alors que dans une grande surface de bricolage, vous êtes assuré de trouver l’outil qu’il vous faut, en location, rien ne garantit qu’il est disponible à côté de chez vous, aux dates prévues pour vos travaux.

« L’activité est très saisonnière : au printemps, la demande d’outillage explose car tout le monde se remet à bricoler et à jardiner », observe Marion Carrette, fondatrice et présidente de Zilok.com.

La location peut aussi se révéler contraignante si l’on recherche un outil spécifique, par définition rare et difficile à trouver. Dans ce cas, mieux vaut être prêt à faire de la route. Gare alors au temps passé et à la facture d’essence ! À moins de se rabattre sur un spécialiste de la location, comme Kiloutou qui dispose de 440 agences sur le territoire. Le prix sera alors moins avantageux. D’où l’intérêt de rechercher, réserver et bloquer le matériel voulu suffisamment à l’avance.

Utiliser un site de location entre particuliers

Une bonne demi-douzaine de sites internet ont investi le créneau de la location entre particuliers (voir tableau). La plupart se rémunèrent en prélevant une commission de 10 à 20 % sur le prix affiché de la location. En contrepartie, ils assurent le matériel contre la casse – à condition de l’utiliser normalement –, voire contre la perte, et sécurisent l’opération avec un contrat en bonne et due forme, précisant les modalités du prêt (dates, prix, description et état du matériel, montant de la caution) ainsi que les obligations de chaque partie. De quoi limiter grandement les contestations en cas de problème. Dans l’ensemble, les prix se tiennent d’un site à l’autre.

« Mais si vous jugez le prix de location d’un outil trop élevé, rien ne vous empêche de tenter de négocier », souligne Édouard Dumortier, l’un des fondateurs d’Allovoisins.com. C’est l’avantage quand on s’adresse à un particulier ! La différence entre les sites se tient ailleurs.

« Nous nous positionnons sur les services de proximité », explique le startupper. Pratique si vous souhaitez confier vos travaux à un « voisin » bricoleur, moyennant finance, plutôt que de manier la perceuse vous-même. De son côté, Zilok.com publie, en plus des annonces de particuliers, des annonces de loueurs professionnels. « Un choix qui permet de proposer des matériels pointus aux bricoleurs exigeants », précise Marion Carrette. Le site Placedelaloc.com mise quant à lui sur la qualité des annonces. Prix, description, assurance, tout est indiqué de manière claire et détaillée.

Loueurs professionnels : ils ont aussi leurs atouts

À privilégier si vous recherchez un matériel spécifique, comme une ponceuse à parquet, une minipelle pour creuser une tranchée dans le jardin, ou si vous voulez éviter le délai de réponse d’un particulier. Trois grandes enseignes proposent ce service : Kiloutou, le leader du marché, Leroy Merlin dans ses magasins et Loxam pour le petit outillage (le gros équipement étant réservé aux professionnels). Leurs sites internet vous permettent de vérifier la disponibilité du matériel et de le réserver.

L’avantage, c’est surtout d’avoir accès à un large choix de matériels – Kiloutou en référence 1 500 –, de qualité professionnelle, donc fiables et performants. « Ils sont régulièrement testés, entretenus et révisés dans les ateliers de nos agences », explique Julien Boyrie, chez Kiloutou. Une formule qui peut s’avérer pratique si l’on a plusieurs outils à louer simultanément. « Cela évite de devoir se déplacer à différents endroits, ce qui risque d’être le cas si l’on loue à des particuliers », souligne Baptiste Haniez, cofondateur du site Lesclesdubricolage.fr.

Autant de temps gagné pour se consacrer à son chantier. Sans compter que l’on peut acheter sur place les indispensables consommables (papier de verre pour ponceuse, disque pour meuleuse, etc.). Naturellement, les prix sont plus élevés que ceux demandés par les particuliers, TVA et service obligent. De l’ordre de 50 à 100 % en moyenne, même si on peut trouver du petit outillage à prix compétitif. Impossible de négocier avec un loueur professionnel. Mais une astuce permet de réduire la note : profiter des tarifs week-end. Un forfait 2 jours, samedi et dimanche inclus, vous coûtera jusqu’à 25 % moins cher qu’une location de durée équivalente en semaine (mais assurez-vous que le bruit ne risque pas d’indisposer vos voisins).

Le B.A.-BA du bien-louer

Ne pas sous-estimer la durée des travaux. Un chantier est souvent source d’imprévus. Mieux vaut louer le matériel un peu plus longtemps. Si vous débordez, vous devrez repasser par le site ou par l’enseigne pour conclure un nouveau contrat... et l’équipement risque de ne plus être disponible.

Privilégier les annonces explicites, avec photos, qui permettent de juger de l’état du matériel, et consulter les évaluations laissées par les précédents locataires. Si l’interlocuteur tarde à répondre, cherchez-en un autre.

Être précis dans la description de ses besoins et contacter le loueur par messagerie pour s’assurer que son matériel est adapté aux travaux envisagés. Poser aussi la question des consommables pour avoir le temps de se les procurer en magasin si besoin est. Faire de même pour les équipements de sécurité.

Étudier le montant de la caution. « Il doit tenir compte de la vétusté du matériel », rappelle Jean-Baptiste Delmas, cofondateur de Bricolib.com.

Toujours signer un contrat de location et souscrire l’assurance casse proposée par le site, pour quelques euros. Attention, elle ne remplace pas votre assurance multirisque habitation qui couvre votre responsabilité civile si vous causez un dommage à un tiers, ni une garantie des accidents de la vie au cas où vous vous blesseriez.

Demander systématiquement une démonstration et une prise en main de l’outillage, le jour J, pour vérifier son fonctionnement et comprendre son maniement. Les loueurs professionnels sont tenus de vous fournir la notice d’utilisation, pas les particuliers. Bon chantier !

Profitez des bricothèques

Dans l’air du temps, ces structures associatives permettent d’emprunter dans un même lieu perceuse, échelle, taille-haie, etc. Les prix sont très raisonnables : une adhésion annuelle à la structure et un forfait de quelques euros pour la location de l’outil. Contactez votre mairie pour savoir s’il en existe une à proximité de chez vous.

Acheter moins cher, c’est possible

La location, ce n’est pas pour vous, mais votre budget outillage est contraint. Pour limiter la dépense, allez faire un tour du côté des enseignes de bricolage hard discount, comme Bricocash ou Bricoman. Inscrivez-vous aussi sur les sites de déstockage de matériel (Bricoprive.com, Interditaupublic.com). Autre piste, profiter des promotions thématiques des grandes enseignes de bricolage, comme Castorama et Leroy Merlin, fréquentes au printemps et en automne. Enfin, pour du matériel coûteux, reste l’achat d’occasion sur Leboncoin.fr, par exemple. Quitte à louer ensuite votre matériel sur des sites de location entre particuliers pour amortir votre investissement plus rapidement.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X