Compteur Linky et Gazpar : vous pouvez faire mesurer gratuitement les ondes émises

Compteur Linky et Gazpar : vous pouvez faire mesurer gratuitement les ondes émises
Vous pouvez faire mesurer gratuitement les ondes émises par votre compteur Linky ou Gazpar. - © Eric Gaillard - Reuters

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) propose aux particuliers de mesurer les ondes émises par les compteurs d’électricité Linky ou de gaz Gazpar. Ce dispositif est gratuit.

Antennes-relais, boîtiers Wi-Fi, téléphones portables… Depuis le 1er janvier 2014, les particuliers peuvent solliciter gratuitement l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour mesurer le niveau d’exposition aux ondes électromagnétiques de leur logement. L’ANFR vient d’étendre ce service aux objets communicants fixes, c’est-à-dire le compteur électrique Linky ou le compteur Gazpar.

Pour faire une demande de mesure, il suffit de remplir le formulaire CERFA n° 15003*03 et de le faire signer par un organisme habilité : collectivité territoriale, agence régionale de santé, association agréée de protection de l’environnement ou association familiale. Il faudra ensuite l’envoyer à l’ANFR (Dispositif Mesure – 78, avenue du Général de Gaulle, 94704 MAISONS-ALFORT CEDEX) qui dépêchera un laboratoire indépendant accrédité pour réaliser la mesure dans le lieu concerné.

L’ensemble des mesures réalisées sont rendues publiques et mises en ligne sur le site de l’ANFR cartoradio.fr, où plus de 40 000 résultats sont déjà répertoriés.

> A LIRE : Compteur Linky : les six questions qu’il pose

Rassurer les particuliers

Ce dispositif devrait soulager les particuliers inquiets de l’arrivée chez eux du nouveau compteur électrique Linky d’Enedis, qui fait d’ailleurs l’objet d’une pétition. Outre la crainte d’une utilisation de leurs données personnelles, les opposants à son installation s’inquiètent d’éventuels risques sanitaires liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques.

En décembre 2016, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) avait pourtant déclaré qu’il y avait une « faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants engendre des effets sanitaires à court et à moyen terme ». Les compteurs Linky sont à l’origine d’une exposition comparable à celle d’une télévision, d’un four à micro-ondes ou d’un chargeur d’ordinateur portable.

A LIRE AUSSI :

- Comment contester une facture d’électricité ?

- Chauffage : les Français dépensent en moyenne 140 euros par mois

- Faut-il changer de fournisseur d’électricité ?

- Gaz, électricité, fioul : six façons de faire baisser la note