Où acheter pour manger bien et pas cher

Où acheter pour manger bien et pas cher

Malgré la baisse du pouvoir d’achat, on peut concilier bien s’alimenter et ne pas trop dépenser. Trucs et astuces pour savourer de bonnes choses au meilleur prix.

Le prix reste le premier critère lors de l’achat d’un produit alimentaire pour 78 % des consommateurs français, selon une récente étude OpinionWay pour Sofinco – bien avant la valeur gustative du produit (46 %), sa date de péremption (44 %), sa composition (33 %) ou sa provenance (29 %).

Surveiller les promotions

Par-delà le réflexe de bon sens de toujours comparer le prix à la découpe à celui du produit présenté empaqueté, le consommateur a intérêt à tirer parti du marketing de la grande distribution.

  • Par exemple avec les bons de réduction et les cartes de fidélité.
  • L’achat par lots peut aussi se révéler intéressant, à condition d’avoir de la place pour les stocker.
  • On peut aussi traquer les produits en promotion en passant au crible les catalogues des grandes enseignes sur les sites promotions-discount.com ou pubeco.fr/catalogue-promo-magasin.

Privilégier les magasins discount

Dans les enseignes de hard-discount telles que Dia, Ed, Aldi, Leader Price ou encore Lidl, apparues en France à la fin des années 1980, on peut s’approvisionner sans risque en produits  longue conservation , comme le lait, les eaux minérales, les pâtes sèches ou le riz.

Avant d’acheter des plats préparés, il vaut mieux éplucher la liste des ingrédients et vérifier la proportion de matières grasses (lipides) ou de sucres (glucides) : les produits à bas prix en contiennent souvent beaucoup trop, au détriment des ingrédients principaux (viande, légumes, semoule…).

Plus récemment, de nouveaux magasins, appelés "déstockeurs alimentaires", vendent encore moins cher des produits démarqués ou dont les dates de péremption sont proches :

  • Kady Eco, près de Montpellier (Hérault),
  • Jardin du paradis, à Choisy-le-Roi (Yvelines),
  • ou encore des enseignes Ciel bleu, Stokomani, Destock-Ouest, Max Plus, ô Marché malin…

Aller chez le producteur

Avec la crise économique, les produits régionaux vendus en circuit court tirent leur épingle du jeu.

En adhérant à une association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), vous vous engagez auprès de producteurs à acheter leur production à un prix défini à l’avance. Et vous recevez un panier hebdomadaire de produits souvent bio.

Autre exemple, celui du réseau La Ruche qui dit oui. Il s’agit d’une plate-forme sur Internet qui aide les particuliers à organiser des ventes directes de produits locaux.

Dans de nombreux ports, les pêcheurs vendent leur poisson "à la pierre du quai", directement au retour de la pêche, sans passer par la criée. Une faveur accordée par Colbert en 1652. Et le moyen pour le consommateur d’acheter moins cher poissons et crustacés très frais.

Mobiliser les réseaux solidaires

Pour manger des fruits et des légumes à moindre coût, on peut s’approvisionner auprès des jardins solidaires ou des jardins partagés :

  • soit chez des particuliers qui ouvrent leurs jardins car ils ne peuvent pas les récolter eux-mêmes,
  • soit en accédant aux vergers publics, comme à Saint-Quentin-en-Yvelines par le biais de l’association Un verger dans ma ville.

D’autres ont inventé un système d’épicerie coopérative, comme 3 ptits pois à Lyon. On se retrouve dans un « magasin » créé dans la cave de son voisin ou dans un local associatif pour acheter des produits locaux à prix abordables.

Enfin, si l'on dispose de très faibles ressources, on peut se rapprocher du réseau des épiceries solidaires. Ces structures proposent à quiconque se trouve en situation très précaire des produits de consommation courante à des prix compris entre 10 et 30 % du prix habituel.

Comparer les prix sur Internet

Leclerc a lancé l’application quiestlemoinscher.com (gratuite sur smartphone), qui compare 1 940 produits de marques nationales, 246 produits de marques de distributeurs et 122 produits de premier prix. Ainsi, le paquet de 4 yaourts Activia nature de Danone est à :

  • 1,11 € au Leclerc de Carrières-sous-Poissy,
  • 1,07 € à l’Intermarché d’Orgeval,
  • 1,04 € au Carrefour de Chambourcy (dans les Yvelines),
  • 1,09 € au Leclerc de Bar-le-Duc,
  • 1,10 € à l’Intermarché de Fains-Véel,
  • 1,23 € au Casino de Bar-le-Duc (dans la Meuse).

Vous pouvez aussi comparer les prix avec Prixing à partir des "produits les plus scannés".