Les conditions du label « fait maison » précisées

Les conditions du label « fait maison » précisées
L’attribution du label « fait maison » répond à des conditions strictes. - © zeljkosantrac

Lancé en 2014, le label« fait maison » dans les restaurants a été jugé trop flou. Un décret* précise les conditions de son attribution. Voici ce quil garantit.

Un logo

Le label fait-maison

Les restaurateurs peuvent faire figurer ce logo ; il garantit une cuisine sur place à partir de produits crus. Il est pratiqué en France par plus de 80 % des restaurateurs.

  • Tous les plats sont « faits maison » : le logo est placé face à tous les plats, à un endroit unique sur la carte ou bien est visible sur la porte du restaurant.
  • Certains plats sont « faits maison » : le logo est placé face aux plats sur la carte.

Un plat « fait maison »

Il doit désormais être élaboré à partir de produits crus, transformés dans le restaurant, c’est-à-dire non cuits ou non dénaturés par quelque procédé que ce soit. Cela pour éviter que des aliments surgelés ou précuits industriels puissent entrer dans la composition d’un plat « fait maison ».

Contrôles

Tout contrevenant au décret est passible de sanctions : jusqu’à 300 000 euros d’amende (ou deux ans de prison) et jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires s’il s’agit d’une personne morale.

Avec quels produits ?

Des produits crus
Il s'agit de produits qui n’ont subi aucune modification importante, y compris le chauffage, le marinage, l'assemblage ou une combinaison de ces procédés. Ainsi, fruits et légumes doivent avoir été achetés frais. Et les restaurateurs doivent les éplucher.

Les produits également autorisés
Charcuteries (sauf exceptions), fromages, crème fraîche, fonds de sauce, pain, pâtes et céréales, fruits confits, biscuits secs, chocolat… des produits que le consommateur ne s’attend pas à voir préparés en cuisine. Mais la pâte feuilletée, les pâtés, les terrines doivent être faits sur place pour porter la mention « faits maison ».

Ne pas confondre avec la mention « maître restaurateur »

Le label « fait maison » garantit de la « vraie » cuisine, mais n’évalue pas sa qualité. À ne pas confondre avec la mention « maître restaurateur » qui récompense un professionnel de la restauration titré ou diplômé pour sa cuisine, mais aussi le service, le décor… C’est un gage élevé d’un certain « art de vivre » à la française.

* Décret n° 2015-505 du 6 mai 2015 (J.O. du 7).