Classification des œufs : que signifient les numéros 0, 1, 2 et 3 ?

Classification des œufs : que signifient les numéros 0, 1, 2 et 3 ?
Pour connaître le mode d’élevage d’un œuf, il suffit de regarder sa coquille. - © ands456

L’association de protection animale L214 a lancé une pétition contre l’élevage des poules pondeuses en batterie, remettant en lumière le sujet des œufs produits en cage.

Vous souhaitez éviter d’acheter des œufs produits en cage ? En lançant lundi 11 décembre une pétition contre l’élevage des poules pondeuses en batterie à l’horizon 2025, l’association de protection animale L214 a remis en lumière ce sujet.

Une classification de 0 à 3

Pour connaître le mode d’élevage d’un œuf, il suffit de regarder sa coquille. Un code d’identification y est inscrit. Comme le rappelle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur son site, le premier élément du code vous permet de déterminer le mode d’élevage, à savoir :

  • 0 pour un élevage bio ;
  • 1 pour un élevage en plein air ;
  • 2 pour un élevage au sol ;
  • 3 pour un élevage en cage.

Suit le code ISO de l’Etat d’enregistrement (FR pour la France). Trois lettres puis deux chiffres sont indiqués ensuite, identifiant le site d’élevage et le numéro du bâtiment.

S’agissant des œufs vendus sur les marchés publics locaux directement par le producteur, la codification est différente. Mais le premier élément désigne toujours le mode d’élevage.

Quatre expressions pour désigner le mode d’élevage

Le mode d’élevage est mentionné sur l’emballage. L’une de ces quatre expressions doit être indiquée :​

  • « œufs de poules élevées selon le mode de production biologique » (ou un terme dérivé comme « œufs bio ») ;
  • « œufs de poules élevées en plein air » ;
  • « œufs de poules élevées au sol » ;
  • « œufs de poules élevées en cage ».

La mention « extra » ou « extra frais » peut être employée seulement « jusqu’au neuvième jour après la ponte des œufs », précise la DGCCRF. « Lorsque ces mentions sont utilisées, la date de ponte et la date limite de neuf jours sont apposées sur l’emballage. En dehors de ces cas, l’indication de la date de ponte n’est pas obligatoire », d’après cette administration du ministère de l’Economie et des finances.

La date de durabilité minimale (au bout de 28 jours après la ponte) doit aussi être présente sur l’emballage. Cette expression désigne « la date jusqu’à laquelle » les produits « conservent leurs caractéristiques lorsqu’ils sont entreposés dans les conditions appropriées », explique la DGCCRF. La date est inscrite selon les modalités suivantes :

  • le jour, en caractères numériques de 1 à 31 ;
  • le mois, en caractères numériques de 1 à 12 (ou alphabétique en quatre lettres au plus).

Mais aucun œuf ne peut être vendu au consommateur plus de 21 jours après la date de ponte.

Méfiance envers les mentions alléchantes et les œufs en vrac

Faites attention : des mentions susceptibles d’allécher les consommateurs figurent sur de nombreux emballages, notamment ceux contenant des œufs élevés en cage. Par exemple, remarque L214 sur son site, vous pouvez lire sur les boîtes « ‘‘œufs frais’’, ‘‘œufs datés du jour de ponte’’… et en tout petit dans un coin ‘‘œufs de poules élevées en cage’’ ».

Enfin, la vente d’œufs en vrac n’est pas un gage de qualité. Vous pouvez examiner le présentoir obligatoire, permettant notamment de connaître le mode d’élevage et la date de durabilité minimale. 

Et aussi sur Dossier familial