Des textiles plus écologiques

Des textiles plus écologiques

Parce que l’industrie textile a une incidence importante sur l’environnement et la santé, les consommateurs regardent de plus en plus du côté des textiles "bio".

Le coton 100 % "bio" de plus en plus répandu

Un tee-shirt, une nappe, une serviette de bain, des disques à démaquiller ou un sac pour faire ses courses garantis 100 % coton "bio", c’est possible ! Pour preuve, dans les rayons des magasins spécialisés mais aussi dans la grande distribution ou les catalogues de vente par correspondance, on trouve toutes sortes de produits fabriqués en coton "bio", la matière principalement concernée par la quête écologique.

La production de textiles a sans conteste un impact important sur notre environnement et notre santé. Au moment de la culture des matières premières servant à leur fabrication, lors des différents traitements subis au cours de leur confection (teintures notamment), mais aussi pendant leur utilisation, jusqu’à leur élimination.

Lutter contre les allergies

À titre d’exemple, la culture conventionnelle du coton réclame une irrigation forcenée, beaucoup de pesticides, des insecticides, des engrais chimiques, des régulateurs de croissance et des défoliants pour faciliter la récolte mécanique des fleurs, sans parler de l’introduction dans certaines régions du globe de semences issues d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

Autre aperçu de l’impact nocif de certaines étoffes sur notre santé, les produits chimiques ajoutés lors de la fabrication des vêtements ou autres articles. Ils peuvent être à l’origine d’irritations, d’allergies, voire de maux plus graves. Ainsi, en mars 2008, l’association belge de consommateurs Test Achats a trouvé dans des pyjamas pour enfants des traces de phtalates, de formaldéhyde, de benzène et de métaux lourds, ainsi que des colorants dangereux.

Qu’est-ce-qu’un vêtement "bio" ?

Si s’habiller avec des textiles "bio" est désormais possible, attention à ne pas se tromper ! Car, souvent, les adjectifs utilisés pour qualifier un vêtement "propre" ("bio", écologique, équitable, recyclable) prêtent à confusion… Ainsi, un vêtement "bio" est fabriqué à partir d’une matière première produite sans pesticides, ni engrais chimiques, ni OGM. La consommation d’eau et d’énergie est limitée.

Le processus de fabrication (filage, tissage, teinture, confection, finition) répond à certaines normes : sans recours à des matières chimiques dangereuses, des composés aromatiques chlorés ou des métaux lourds, absence ou restriction d’utilisation de produits chimiques, teintures naturelles, limitation de l’impact environnemental dû au transport, etc.

Respect de l’éthique

À côté de la mention "bio" figure souvent la mention "équitable". Le produit est alors fabriqué à partir d’une matière première cultivée par de petits producteurs, généralement regroupés en coopératives, et confectionné par des groupements d’artisans. Tous les acteurs, rémunérés de façon équitable, sont engagés dans un partenariat durable avec la marque. Le travail des enfants est contrôlé.

Les vêtements ou accessoires de mode sont élaborés à partir de matériaux recyclés ou de vieux tissus. Sans être "bio", ils ont le mérite d’économiser les matières premières. On peut ainsi trouver des sacs réalisés à partir de la toile des immenses bâches publicitaires couvrant des bâtiments, des pulls en polaire confectionnés à partir de bouteilles en plastique recyclées.

Quels labels pour des textiles "bio" ?

Le consommateur peut se référer à des labels reconnus, plusieurs organismes français et européens ayant mis au point des cahiers des charges pour délivrer ces mentions. On retrouve parfois les mêmes que pour les produits d’entretien, avec des contrôles spécifiques.

Écolabel européen

C’est le label écologique européen. Il prend en compte prioritairement l’impact sur l’environnement. Au niveau français, c’est l’Afaq Afnor certification qui le délivre.

Écocert

En matière de textile, cet organisme certificateur a deux labels.

"Textile biologique contrôlé par Écocert" garantit qu’au moins 95 % des fibres sont issues de l’agriculture biologique ; elles le sont entre 70 et 95 % avec la mention "Textile à base de fibres biologiques, contrôlé par Écocert".

Max Havelaar Fairtrade

Cette association internationale labellise les produits issus du commerce équitable, souvent "bio", les producteurs étant encouragés sur cette voie.

Global Organic Textile Standard (Gots)

Plusieurs organismes européens (bientôt Écocert pour la France), américains et japonais délivrent ce label.

Confiance Textile

L’association internationale Oeko-Tex® qui délivre cette marque contrôle les substances indésirables d’après un indice qu’elle a mis au point. Elle regroupe quatorze instituts de recherche textile et de contrôle en Europe et au Japon.