Récession : ce qui va se passer en France

La pandémie de coronavirus a fait entrer la France dans une récession économique sévère. Pouvoir d’achat, consommation, emploi… Ce que cela change dans la vie des Français.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Tiero

Avec une activité économique largement ralentie en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, la France est officiellement entrée en récession en avril. Son produit intérieur brut (PIB) a chuté de 5,8 % au premier trimestre 2020, qui ne comptabilise pourtant que deux semaines de confinement. Sur l’année, le PIB va baisser d’au moins 8 %, une chute record depuis la Seconde Guerre mondiale.

Qu’est-ce que la récession ?

Cette notion correspond à une phase de diminution de l’activité économique. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), un pays entre en récession lorsque son produit intérieur brut, c’est-à-dire la valeur de l’ensemble des richesses créées sur son territoire, se replie pendant au moins deux trimestres consécutifs.

Si le ralentissement de l’activité économique n’est pas enrayé, la récession peut déboucher sur une dépression, qui désigne une chute importante et durable de la production et de la consommation, comme ce fut le cas aux Etats-Unis avec la grande dépression des années 1930.

Quelles sont ses répercussions sur le pouvoir d’achat des ménages ?

Le confinement a entraîné pour les ménages en chômage partiel ou ayant perdu leur emploi une chute de revenus. La crise va durer et le revenu par habitant reculer. 

Quelles sont ses répercussions sur la consommation ?

« Le premier aspect est la chute de la consommation liée au confinement et son corollaire, la hausse considérable de l’épargne », explique Jean-Luc Gaffard, professeur émérite à l’Université Côte d’Azur et chercheur à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Selon une évaluation de l’OFCE, les ménages pourraient avoir accumulé une épargne forcée de 55 milliards d’euros pendant les huit semaines de confinement. La question est où va être réinjectée cette épargne ? Il n’est pas du tout certain que les ménages consomment rapidement lors du déconfinement. S’ils sont inquiets pour leur avenir, s’ils ont subi une baisse de revenus ou perdu leur emploi, ils auront tendance à garder leur épargne ».

Quel est l’impact de la récession sur l’emploi ?

La récession est synonyme de plus de chômage. Selon les chiffres de Pôle emploi, le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 7,1 % au mois de mars 2020, soit 246 100 demandeurs de plus. Au total, quelque 3,732 millions de personnes figurent sur les listes de demandeurs d'emploi de catégorie A.

La baisse de l'activité devrait poursuivre cette tendance haussière. Laquelle entraîne chute de revenus, donc chute de la consommation, donc chute de l'activité : c'est un cycle. 

La reprise de l’économie peut-elle être rapide ?

« Non, on entre dans une période très difficile, reconnaît Jean-Luc Gaffard. La reprise ne se passera pas en "V" comme certains l’avaient prédit. Il est illusoire de penser que les ménages vont consommer fortement après le confinement. De même, il n’est pas possible d’imaginer un rebond de la production industrielle. Au mieux, on aura récupéré fin 2021 »

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :