Faut-il débloquer son épargne salariale ?

Faut-il débloquer son épargne salariale ?
Près de 5 millions de personnes reçoivent une participation, soit 42 % des salariés. - © Rostislav_Sedlacek

Les entreprises ayant réalisé des bénéfices en 2014 versent une participation. Reste à adapter sa stratégie, plutôt cigale ou plutôt fourmi.

Vous travaillez dans une entreprise de plus de cinquante salariés réalisant des bénéfices ? Bonne nouvelle : votre employeur doit vous verser une participation pour 2014, dès lors qu’il a clôturé son exercice comptable le 31 décembre dernier. Son montant, qui dépend d’une formule de calcul complexe liée au profit, atteint en moyenne 1 400 € par salarié.

Près de 5 millions de personnes reçoivent une participation, soit 42 % des salariés. Mais la cible pourrait s’élargir, grâce à la réforme de l’épargne salariale inscrite dans le projet de loi pour la croissance et l’activité (projet de loi dite « Macron » du nom du ministre de l’Économie), actuellement en débat au Parlement.

L’objectif est de favoriser la diffusion de l’épargne salariale dans les petites et moyennes entreprises (PME), en assouplissant notamment les conditions de mise en place de la participation. Cela constitue une avancée pour les salariés des PME, aujourd’hui peu nombreux à en bénéficier », explique l’économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

Pour l’heure, les salariés concernés reçoivent un courrier les informant du montant de leur participation au titre de l’année 2014. Ils disposent alors d’un délai d’au moins quinze jours pour choisir entre percevoir la somme qui est virée sur leur compte courant ou la verser sur un dispositif d’épargne entreprise.

Une troisième solution consiste à en recevoir une partie et à placer le reste. Attention, si vous ne donnez aucune instruction, la prime est versée sur votre PEE sur un fonds sécurisé, donc bloquée pendant cinq ans, soit jusqu’en 2020.

Investir la somme et développer son épargne

Pour qui ? 

Pour les salariés qui n’ont pas besoin de liquidités dans l’immédiat.

Démarche

Indiquez votre choix au gestionnaire du compte d’épargne salariale, en précisant dans quel dispositif vous voulez placer votre participation : il est possible de l’intégrer au plan d’épargne entreprise (Pee) et/ou au plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) si votre entreprise le propose. Vous devrez aussi choisir le ou les fonds dans lesquels vous désirez investir, selon le degré de risque souhaité.

Avantages 

Épargner pour un projet ou pour votre retraite est toujours une bonne idée, en particulier dans le cadre souple et favorable de l’épargne entreprise. De plus, la fiscalité est avantageuse : si elle est bloquée, la participation échappe à l’impôt sur le revenu. Seules les contributions sociales (8 %) sont dues. Autre atout en cas de versement sur un dispositif d’épargne entreprise : bénéficier d’un abondement de l’employeur qui ajoutera une somme à vos versements. Son fonctionnement dépend de l’accord d’épargne salariale au sein de votre entreprise.

Inconvénients 

Les sommes sont bloquées cinq ans dans le cadre d’un Pee et jusqu’à la retraite pour un Perco. Mais la réglementation prévoit dix cas de déblocage anticipé pour le Pee, comme l’achat de la résidence principale ou le divorce. Pour le Perco, les possibilités sont plus strictes, mais l’achat de la résidence principale constitue aussi un cas de déblocage autorisé. Dans tous ces cas précis, vous pourrez récupérer les sommes investies, sans régler d’impôt sur les plus-values.

Débloquer le montant et financer un projet

Pour qui ? 

Pour les salariés ayant besoin d’argent à court terme.

Démarche

Il faut en informer le gestionnaire du compte d’épargne salariale, via le document vous demandant de choisir entre le placement ou le versement. La somme est versée avant le premier jour du cinquième mois suivant la clôture des comptes de l’entreprise, soit avant le 30 avril si votre entreprise clôture ses comptes au 31 décembre.

Avantages

C’est la solution de facilité pour boucler votre budget. Vous pouvez dépenser la somme comme bon vous semble, par exemple régler des travaux ou solder un crédit à la consommation.

Inconvénients

La participation est soumise à l’impôt sur le revenu si vous la percevez immédiatement, ce qui, en cas de revenus modestes, peut vous rendre imposable et vous faire perdre des avantages sociaux et fiscaux. De plus, elle est assujettie aux contributions sociales à hauteur de 8 %. Enfin, vous ne pourrez pas bénéficier de l’abondement de votre employeur. Mais ces inconvénients ne sont pas rédhibitoires : en cas de besoin de liquidités, il est logique d’utiliser sa participation. En revanche, écartez l’idée de la percevoir si vous avez pour unique projet d’alimenter un placement (livret A, assurance-vie, etc.). Mieux vaut alors la laisser fructifier sur le plan d’épargne entreprise (Pee), qui offre un cadre de gestion de l’épargne à la fois souple et peu taxé. Si vous envisagez d’acheter votre logement dans quelques mois, il est conseillé de placer la participation sur votre Pee afin d’optimiser la fiscalité – vous échappez à l’impôt sur le revenu – et de bénéficier de l’abondement, puis d’en demander le déblocage au moment de votre achat.