Épargne retraite : faire les bons arbitrages

Épargne retraite : faire les bons arbitrages
Les versements volontaires effectués sur un PERP sont déductibles annuellement de votre revenu imposable. - © Syda Productions

Mauvaise nouvelle si vous avez débloqué ces fonds en 2018 ! Dans certains cas, et malgré l’année blanche, les sommes que vous avez perçues ne sont pas couvertes par le crédit d’impôt modernisation du recouvrement.

Sortie sous forme de rente viagère

Habituellement, les montants versés à échéance régulière sont soumis à l’impôt sur le revenu après application d’un abattement fixé une fois pour toutes en fonction de votre âge au jour où vous percevez cette rente pour la première fois (cas des rentes issues d’un Perco) ou d’une réduction de 10 % (cas des rentes d’un PERP – plan d’épargne retraite populaire –, d’un Préfon ou d’un Madelin). Mais seulement pour cette année, ils échappent à toute fiscalité. Ils correspondent pour l’administration fiscale à des revenus « réguliers » et sont, à ce titre, couverts par le crédit d’impôt modernisation du recouvrement (CIMR) appliqué pour annuler l’impôt de cette année de transition. Il en va de même pour les rentes mises en place avant 2018. Malgré tout, ces sommes doivent figurer sur la déclaration à remplir en mai-juin prochain.

Sortie sous forme de capital

Si cette option s’avère d’ordinaire beaucoup plus intéressante fiscalement que la rente, ce n’est pas forcément le cas cette année. Les montants reçus au titre de la liquidation d’un PERP ou d’un Préfon sont en effet considérés pour 2018 comme des revenus exceptionnels et n’entrent donc pas dans le champ du crédit d’impôt. Conséquence, ils sont fiscalisés au prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) à un taux de 7,5 % ou, à défaut, au barème de l’impôt sur le revenu. En revanche, « rien ne change si vous avez choisi une sortie en capital de votre Perco », indique Pierre-Emmanuel Sassonia, actuaire chez Eres. Exonérés traditionnellement d’impôt sur le revenu, ces fonds (composés des versements effectués et des gains générés durant la phase d’épargne) restent pour leur part non imposables. Seule la fraction constituée par les plus-values subit les prélèvements sociaux (17,2 %).

PERP : l’avantage fiscal gommé par l’année blanche

Les versements volontaires effectués sur un PERP sont déductibles annuellement de votre revenu imposable. Du moins... en règle générale. Car, année blanche oblige, cet avantage fiscal est perdu en 2018 (sauf en cas de revenus exceptionnels). De plus, si vous réalisez en 2018 un versement inférieur à celui effectué en 2017 et également inférieur à celui que vous comptez faire en 2019, votre avantage fiscal sera pénalisé. En effet, pour l’imposition des revenus 2019, vous ne pourrez pas déduire plus que la moyenne des cotisations versées en 2018 et en 2019 sur votre PERP.

> À LIRE AUSSI

Faut-il déclarer votre épargne salariale ?

Revenus du capital : prélèvement forfaitaire unique ou barème ?

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X