À chaque carte bancaire ses services et garanties

À chaque carte bancaire ses services et garanties

La plupart des cartes bancaires font profiter les titulaires et leurs familles de garanties d’assurance et de services d’assistance. À des conditions qui dépendent de la gamme.

Tous les détenteurs d’une carte bancaire ne le savent pas, mais elle leur donne droit à des services… et quand ils connaissent cette facette de leur contrat, ils en ignorent souvent le détail.

Il convient donc de relire les documents remis lors de la souscription de la carte (le cas échéant, en réclamer une copie à son agence) ou de consulter les sites Internet des deux réseaux de cartes en France.

Celui de MasterCard (www.mastercard.fr) a mis en accès libre les notices détaillées des contrats d’assurance et d’assistance. Même disponibilité chez Carte Bleue Visa (www.carte-bleue.com), qui demande toutefois, dans certains cas, d’indiquer les neuf premiers chiffres du numéro de la carte pour orienter l’internaute vers le contrat qui le concerne ou le site de l’émetteur (c’est-à-dire celui de sa banque).

Des services communs pour chaque gamme

En effet, il existe un "tronc commun" pour chaque type de carte bancaire. Avec quelques nuances tout de même.

"Selon les établissements, les garanties d’assurance ou d’assistance offertes sur les cartes Visa ou Visa Électron, par exemple, concernent à la fois les déplacements privés et professionnels, ou bien seulement les déplacements privés", explique Emmanuel Robert, directeur marketing chez Carte Bleue. Une distinction méconnue chez Visa Premier, qui couvre les déplacements privés et professionnels, à l’instar de MasterCard.

Banque par banque, des garanties supplémentaires

Au-delà des garanties d’assurance et d’assistance prévues d’office par MasterCard et Carte Bleue Visa, et qui constituent un "tronc commun" à toutes les cartes, chaque établissement demeure libre de personnaliser son offre en ajoutant des services supplémentaires.

Dans certaines enseignes, les clients profitent ainsi, par exemple, de garanties "casse ou vol" valables dans les jours qui suivent l’achat, pour les objets réglés avec la carte.

Une carte parfois familiale

Au nombre des services liés à la détention ou à l’usage de la carte, on distinguera ce qui a trait à l’assistance et ce qui relève de l’assurance. Le porteur de la carte et ses proches - conjoint, partenaire ou concubin, en général ses enfants de moins de 25 ans à charge et parfois même ascendants ou petits-enfants - profitent de l’assistance, que le voyage ait ou non été réglé avec le sésame de plastique.

Le contrat fonctionne dès lors que l’incident se produit pendant la période de validité de la carte. Attention ! Selon les cas, la garantie joue seulement lorsque le titulaire de la carte et ses proches se déplacent ensemble ou bien même s’ils voyagent séparément.

En revanche, les garanties d’assurance ne se mettent en œuvre que si au moins une partie des frais du voyage ou des vacances a été payée avec la carte.

Bien faire jouer les services d’assistance et l’assurance

"Une autre distinction est importante. Pour faire jouer les garanties d’assistance, il faut penser à contacter le service d’assistance avant d’engager toute dépense. En revanche, pour faire jouer l’assurance, on produira les justificatifs pour demander le remboursement après coup", explique Marc-André Plane, responsable "qualité et assurances" chez Carte Bleue Visa.

En pratique, là encore, l’étendue des garanties varie selon les cartes. Une Carte Bleue nationale, par exemple, ne comporte aucune assistance mais est néanmoins dotée d’une assurance-décès-invalidité pour tout accident survenu lors d’un voyage.

Ainsi, payer son billet de train ou d’avion par carte permet, en cas d’accident durant le trajet, de laisser à ses proches un capital de 46 000 €. Si l’accident laisse l’assuré infirme, suivant la gravité de son état il percevra 23 000 ou 46 000 €.

On notera qu’en fonction du niveau de la carte, une distinction s’opère selon que le titulaire de la carte voyage ou pas avec sa famille. Même assurance avec une carte Visa ; avec une MasterCard, le capital versé peut même atteindre… 95 000 €.

Des vacances bien couvertes

Mais ces cartes offrent de surcroît de précieux services d’assistance. Elles prévoient, par exemple, le rapatriement en cas d’accident, de maladie ou de décès loin de chez soi (à l’étranger ou en France selon les cartes), la prise en charge des frais de venue et de séjour d’un proche en cas d’hospitalisation loin du lieu de résidence habituelle de l’assuré (si le rapatriement n’est pas possible avant dix jours), une assistance juridique à l’étranger avec prise en charge (dans certaines limites) des frais d’avocat, etc.

Les familles couvertes par une Visa ou une MasterCard profitent du remboursement des frais médicaux en cas de maladie ou d’accident à l’étranger. "Dans un premier temps, l’assistance avance les frais auprès de l’hôpital. Ensuite, le client lui rembourse les sommes qu’il obtiendra de la Sécurité sociale et de son éventuelle complémentaire santé", détaille Marc-André Plane.

L’assistance liée à la carte finance la différence, dans la limite de 11 000 €, après déduction d’une franchise de 50 € (Visa) ou 75 € (MasterCard). Un montant confortable mais parfois insuffisant en cas d’accident grave dans des pays où les soins sont extrêmement onéreux, comme les États-Unis. Ce qui peut justifier de se doter, en cas de voyage outre-Atlantique, d’une carte Visa Premier ou d’une Gold MasterCard.

Des garanties en France aussi

Il faut savoir que si le remboursement des frais médicaux joue seulement à l’étranger, la grande majorité des autres garanties d’assistance et d’assurance fonctionnent, elles, aussi bien en France qu’à l’étranger sur la plupart des cartes, sauf sur Visa ou Visa Électron sur lesquelles, selon les banques, les déplacements en France sont inclus ou au contraire exclus.

La carte MasterCard couvre aussi, par exemple, les frais de secours sur piste de ski (5 000 € maximum par événement, 10 000 € maximum par an). La carte Visa, elle, prend en charge le retour à la maison des personnes qui accompagnaient le blessé et qui ne peuvent rentrer par leurs propres moyens, ou l’organisation de la garde des animaux domestiques en l’absence de leur maître.

Les "plus" des cartes "haut de gamme"

Les porteurs de cartes à autorisation systématique ne bénéficient pas exactement des mêmes prestations. "La carte Maestro a, par exemple, les mêmes services d’assistance que la MasterCard, mais n’offre pas la garantie décès-invalidité", explique Alain Thiébaut, d’Europay France.

Les mieux dotés se comptent dans les rangs des titulaires d’une Visa Premier ou d’une Gold MasterCard. Si les garanties d’assistance dont ils bénéficient ressemblent à celles des cartes Visa ou MasterCard, les plafonds de prise en charge sont plus importants. C’est la contrepartie d’un niveau de cotisation plus élevé. Ainsi, leurs dépenses médicales à l’étranger sont financées à hauteur de 155 000 € (avec une franchise identique : 50 ou 75 €).

En outre, lors d’une location de voiture, en France ou à l’étranger, les cartes "haut de gamme" dispensent de souscrire les garanties facultatives proposées par le loueur (rachat de franchise), car elles couvrent déjà les dommages aux véhicules (sauf aux 4 x 4, par exemple).

Elles remboursent aussi les premières dépenses d’urgence en cas de retard de bagages ou d’avion (seulement sur les lignes régulières) et dédommagent pour les bagages perdus, volés ou détériorés. Une indemnisation est versée en cas d’annulation ou de d’interruption d’un voyage en raison de circonstances bien précises (maladie, décès d’un proche), ce qui évite la souscription des contrats proposés par les voyagistes.

Elles offrent enfin une garantie complémentaire aux amateurs de sports d’hiver : prise en charge des frais de recherche et de secours, remboursement des forfaits non utilisés, des skis et chaussures personnels détériorés…

Luxe et privilèges

Elles s’appellent Visa Infinite ou Platinum MasterCard. Ces cartes d’élite offrent des garanties d’assurance et d’assistance étoffées, des plafonds de retrait et de paiement élevés, et surtout ouvrent accès à un service "conciergerie" qui, comme dans les grands hôtels, répond à toutes les demandes des clients.

Un simple appel et on vous déniche une table à la dernière minute dans un restaurant qui affiche complet des semaines à l’avance, des places pour un spectacle qui joue à guichets fermés, prépare un voyage, organise une réception, trouve une baby-sitter à la dernière minute, etc. Le prix de ces cartes de diva ? Une cotisation star, autour de 300 € par an.