Banque en ligne : gérer ses comptes sur Internet

Banque en ligne : gérer ses comptes sur Internet

Pour consulter ses comptes, effectuer des virements, simuler un crédit, vendre ou acheter des actions sans se déplacer, les banques proposent des services par téléphone et sur Internet.

Pour gagner du temps – et parfois même de l’argent –, rien n’est plus simple que d’effectuer la plupart de ses opérations bancaires grâce à un simple coup de fil ou via Internet.

« À part l’ouverture d’un compte ou la souscription d’un crédit immobilier, on peut presque tout faire de chez soi, même souscrire un contrat d’assurance-vie », affirme le responsable d’une agence bancaire. Les clients trop occupés ou demeurant loin d’une agence n’ont donc plus à prendre rendez-vous, ni à se déplacer pour effectuer la plupart des opérations courantes.

Banque en ligne, gratuit ou sur abonnement

Les établissements financiers offrent aujourd’hui la plupart de leurs services via Internet, souvent gratuitement pour les opérations simples (consultation de soldes, virement de compte à compte…) ou moyennant un abonnement payant pour les opérations plus complexes (virement externe, passage d’ordres de Bourse…). Par téléphone, ils sont facturés à la communication via un serveur vocal interactif. Il s’agit généralement d’un appel surtaxé (0,34 € la minute, 0,56 € l’appel…).

Par téléphone ou Internet, ces services sont accessibles 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7, y compris les jours fériés. On peut aussi contacter un conseiller, par téléphone, pour des informations plus personnalisées, généralement 6 jours sur 7, du lundi au samedi par exemple, jusqu’à 19 heures, alors que les agences ferment vers 17 heures et deux jours par semaine. Dans tous les cas, l’amplitude d’ouverture est beaucoup plus large qu’en agence.

Compte de poche sur téléphone mobile

Si vous disposez d’un smartphone, il est possible, grâce à la géolocalisation, de trouver les adresses et numéros de téléphone, jours et heures d’ouverture… de toutes les agences d’une enseigne près du lieu où vous vous trouvez. On peut aussi prendre connaissance des numéros d’assistance pour, en urgence, faire opposition sur des cartes ou chèques disparus.

Les opérations simples : consulter ses comptes, faire des virements…, sont également réalisables à partir d’un smartphone. L’ergonomie actuelle de ces équipements limite un peu les services, mais avec les évolutions techniques prévisibles, il y a fort à parier que l’offre « en poche » va évoluer rapidement.

À partir de tout téléphone mobile, les banques proposent aussi des alertes par texto. Par exemple, un message avertit le client dès qu’il est proche du découvert. Quel que soit l’outil, la banque à distance facilite la gestion de nos revenus et de notre épargne.

Consultation des comptes et virements via Internet

Le service à distance le plus utilisé reste la consultation du solde des comptes et de la situation des crédits en cours. Une fonction bien utile pour vérifier notamment si on ne frôle pas le découvert…

Pratiques également les virements internes, du compte principal vers un autre de ses comptes ou pour alimenter un livret d’épargne. Ou encore les virements externes, à destination d’un compte dans une autre banque, qui peuvent être effectués en toute sécurité grâce à un système de double authentification. Le client utilise son identifiant et son code de sécurité habituels, pour entrer sur son espace personnel, mais aussi un autre code, à usage unique, envoyé aussitôt par texto sur son téléphone portable.

Simulation de crédit en ligne

Une simulation de crédit à la consommation ou de crédit immobilier est aussi possible en ligne. Avant de finaliser l’opération avec son conseiller financier pour un prêt immobilier, en particulier. Dans tous les cas, les premières démarches via Internet et le téléphone permettent de préparer le terrain, de se faire une première idée des solutions possibles et donc de gagner du temps.

Depuis l’environnement sécurisé de sa banque à distance, on peut aussi ouvrir un livret d’épargne, souscrire une assurance-vie, voire un contrat multirisque habitation, auto, santé ou prévoyance. Le contrat a alors la même valeur qu’un contrat établi en agence. Sa signature électronique, à l’aide d’un procédé cryptographique, permet en effet de garantir l’intégrité et l’authentification du document signé et l’identité du signataire.

Autre domaine où la banque à distance s’avère utile : la gestion d’un portefeuille de titres. Le passage d’ordres de Bourse, vente ou achat de valeurs mobilières, peut se faire via Internet ou par téléphone. Les tarifs sont généralement plus avantageux que ceux des ordres passés en agence. L’accès aux cotations s’effectue en temps réel et les ordres d’achat ou de vente sont pris en compte instantanément.

Des règles de sécurité sur Internet

Tous ces services en ligne sont accessibles à partir d’un identifiant (souvent le numéro de compte courant) et d’un code secret que l’on obtient auprès de son agence. On entre alors dans un espace personnel sécurisé.

« Les banques obéissent à des règles strictes de confidentialité et de sécurité, notamment celles qui régissent l’accès et la conservation des données personnelles sur Internet. Elles sont dotées de services spéciaux qui veillent jour et nuit, 24 heures sur 24 aux éventuelles attaques de “hackers” (NDLR : les “pirates” informatiques) et qui procèdent régulièrement à des tests », rassure le responsable des relations à distance multicanal d’une grande banque française.

Pour empêcher toute utilisation frauduleuse des services à distance ou pour éviter de se faire piéger par des escrocs, ce professionnel rappelle les précautions élémentaires.

  • Code de sécurité. Éviter de l’écrire sur un quelconque document et le changer régulièrement, en demandant une réédition à sa banque ou en procédant en direct sur le site de l’établissement.
  • Courriel suspect. Ne jamais ouvrir les liens Internet contenus dans un courriel, censé provenir de sa banque, qui pourrait être doté d’un système captant le code de sécurité de l’utilisateur.
  • Données personnelles. Ne jamais répondre aux questions d’un courriel supposé de sa banque demandant de livrer des données personnelles, tel un code secret.

Gare au phishing

Le phishing, en français « hameçonnage », est une attaque informatique effectuée par des fraudeurs, experts en nouvelles technologies, pour obtenir des renseignements personnels : date de naissance, mot de passe, code de sécurité, numéro de carte bancaire… Ils envoient par exemple un courrier électronique en faisant croire à leur proie que c’est leur banque ou tout autre tiers de confiance (une administration…) qui leur écrit.

Le phishing se pratique non seulement par courrier électronique, mais aussi par l’intermédiaire de sites web falsifiés. Une fois en possession des données, les escrocs peuvent effectuer des opérations bancaires à l’insu de leur victime.

La parade existe. Ne jamais cliquer sur les liens contenus dans un courriel. Pour mettre à jour son compte, il faut toujours aller directement sur le site de sa banque pour initier l’opération.

« Dans un lieu public, déconnectez-vous ! »

Les conseil de l’expert, Pascale Micoleau-Marcel, déléguée générale de l’Institut pour l’éducation financière du public.

« Si vous consultez votre compte bancaire sur Internet, dans un cybercafé ou de n’importe quel lieu public, n’oubliez pas de vous déconnecter systématiquement de votre espace sécurisé. La simple fermeture de la page ne suffit pas. Une personne mal intentionnée pourrait réactiver la page après vous. Mieux : il suffit de cocher, dans la barre d’outils du navigateur qui permet de surfer sur le Web, l’option « navigation privée », pour ne pas laisser de traces. Pour activer cette option, par exemple sur les navigateurs Firefox et Internet Explorer, il suffit d’appuyer sur les touches CTRL + MAJ + P. »