Réduire ses impôts en aidant ses enfants et ses parents

Réduire ses impôts en aidant ses enfants et ses parents
Certains frais engagés pour vos enfants sont déductibles de votre revenu imposable. - © Laflor

Certains transferts d’argent ou aides en faveur de vos enfants ou de vos parents n’apparaissent pas sur votre déclaration d’impôts préremplie. Pourtant, ces frais sont déductibles de votre revenu imposable.

Vos aidez vos enfants qui vivent chez vous

Même si votre enfant n’est plus rattaché à votre foyer fiscal et qu’il ne vous rapporte plus de parts, il faut tenir compte de l’aide que vous lui avez apportée en 2017

S’il a vécu à votre domicile, vous pouvez déduire de votre revenu imposable, sans justificatif, un forfait de 3445 euros pour couvrir vos frais de logement et de nourriture, quel que soit l’âge de votre enfant, dès lors qu’il ne subvient pas seul à ses besoins. S’il n’a habité chez vous qu’une partie de l’année, trois mois par exemple, vous pouvez déduire (3 445 x 3/12) = 861 euros.

Au-delà de ce forfait, le fisc autorise, dans la limite de 2 350 euros et sur justificatifs, la déduction d’autres frais liés à votre enfant. Par exemple, l’argent de poche que vous lui avez versé s’il était étudiant et ne travaillait pas, ses frais d’inscription à l’université ou dans une école. Deux conseils : conservez tous les justificatifs et privilégiez les virements mensuels plutôt que les versements en espèces. Vous gardez ainsi la possibilité d’apporter la preuve de tous vos versements si le fisc vous les réclame.

Si vous vivez en concubinage avec le père ou la mère de votre enfant, chacun de vous deux est autorisé à déduire la moitié du forfait déductible.

Vous aidez vos enfants dans le besoin

Si vous avez épaulé un de vos petits-enfants majeurs dans le besoin non rattaché au foyer fiscal de ses parents, déduisez les sommes que vous lui avez versées dans les mêmes conditions.

La règle est la même si vous avez donné régulièrement de l’argent à votre enfant majeur ou si vous l’avez soutenu ponctuellement. Vous pouvez déduire l’aide que vous lui avez accordée s’il était dans le besoin parce qu’il était étudiant, chômeur non indemnisé, ou qu’il enchaînait des petits boulots. Cette démarche est autorisée, quel que soit son âge, dès lors qu’il n’est pas rattaché à votre foyer fiscal, qu’il soit célibataire, vive en couple ou qu’il ait des enfants à charge. 

Mais le montant que vous pouvez déduire varie selon sa situation en 2017.
Il est plafonné à : 

  • 5795 euros s’il était célibataire sans enfant ;
  • 11590 euros s’il était célibataire avec un ou plusieurs enfants à charge ;
  • 5795 euros s’il était marié ou pacsé et si les parents de son conjoint ou partenaire de pacs ont aidé le couple également. Si vous étiez seul à le soutenir financièrement, il est possible de déduire jusqu’à 11590 euros. Cette limite n’est pas majorée si le jeune couple a des enfants. Quoi qu’il en soit, il conviendra de justifier la réalité des sommes versées en cas de réclamation du service des impôts. Cependant, si votre enfant ou le couple a vécu sous votre toit, vous êtes en droit de déduire le forfait de 3445 euros pour vos frais de logement et de nourriture (ce montant est doublé pour un couple ou un enfant chargé de famille).

Vos enfants ont perçu des revenus

Il est parfaitement légal de passer sous silence certaines sommes. Si votre enfant a perçu des revenus, vous devez en principe les déclarer avec les vôtres s’il est mineur ou majeur rattaché à votre foyer fiscal. En pratique, la plupart de ces revenus sont exonérés : indemnités de stage en entreprise à hauteur de 17763 euros, salaires perçus par les étudiants pendant l’année scolaire ou durant les vacances à hauteur de 4441 euros. Vous n’avez que le surplus à déclarer, le cas échéant, sachant que si votre enfant a réalisé un stage en entreprise et occupé un job d’étudiant au cours de la même année, ces deux exonérations sont cumulables.

Vous êtes séparé du père ou de la mère de vos enfants

Si vous ne vivez plus avec le père ou la mère de vos enfants, n’oubliez pas de déduire la pension que vous lui avez versée pour l’entretien de vos enfants, si vous ne les comptez pas à votre charge. Tant qu’ils sont mineurs, le fisc autorise la déduction de tout ce que vous avez versé, même si le juge n’a pas fixé la pension alimentaire, à condition que ce soit compatible avec vos revenus et cohérent avec les besoins de vos enfants. Mais dès que votre enfant a plus de 18 ans, le montant déductible est limité à 5795 euros par an, que vous versiez la pension à l’ex-conjoint ou que vous la versiez directement à votre enfant.

Vous aidez vos parents

Si vous avez versé de l’argent à un parent ou à un grand-parent dans le besoin ou réglé certaines dépenses à sa place (une hospitalisation, un hébergement en maison de retraite, des loyers, etc.), le montant déductible n’est pas plafonné, à condition qu’il ne soit pas exorbitant et que vous puissiez justifier le montant des sommes versées ou des dépenses prises en charge. 

Si vous avez hébergé vos parents ou grands-parents, vous êtes en droit de déduire le forfait de 3445 euros pour frais de logement et de nourriture, sans avoir à prouver vos dépenses s’ils ne perçoivent pas d’autres revenus que l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ou l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), ou s’ils ont plus de 75 ans avec des revenus imposables inférieurs à 9 638,43 euros (14 963,65 euros pour un couple).