Quels gains de l'économie collaborative faut-il déclarer ?

Quels gains de l'économie collaborative faut-il déclarer ?
Si vous cuisinez pour les autres sans faire de bénéfices, vous n'aurez rien à déclarer. - Alexandra Iakovleva

Les règles fiscales qui encadrent ce secteur économique tout récent sont nombreuses et diffèrent d'une activité à l'autre.

Vous louez un logement sur Airbnb ou Abritel

Vous louez votre résidence principale ou un autre logement, tant que vos recettes n’ont pas dépassé 70 000 euros en 2017, vous pouvez relever du régime « micro-BIC ». L’intérêt : vous n’êtes imposé que sur la moitié de vos recettes, ce qui est simple et avantageux. Si vous estimez que vos charges excèdent 50 %, l’autre solution consiste à opter pour le régime réel simplifié. Mais, dans ce cas, vous devez remplir, chaque année, une déclaration professionnelle (n° 2031-SD), afin de déterminer votre bénéfice net (les loyers encaissés moins les charges réelles), et tenir votre comptabilité.

Vous proposez vos petits plats

Vous cuisinez pour les autres, vous faites du « cocooking ». Vous n’avez rien à déclarer à condition que la contribution des convives ne couvre que vos frais de nourriture et de boisson. Aucune rémunération en échange de votre prestation de « chef » ne doit être perçue.

Vous pratiquez le covoiturage

Si les sommes que vous avez réclamées à vos "covoiturés" dépassent le strict partage des frais, elles sont imposables dès  le premier euro et doivent être déclarées.

En qualité de conducteur, vous demandez aux covoiturés une contribution se limitant à un strict partage des frais. Ne réalisant aucun bénéfice, vous n’avez pas à déclarer vos gains. La quote-part réclamée aux autres passagers ne doit toutefois couvrir que les dépenses de carburant et de péage liées à vos déplacements en commun, car, dans le cadre légal du covoiturage, le partage des frais d’assurance, d’amortissement, d’entretien du véhicule ou de garage n’est pas autorisé. Conservez toutes les pièces justificatives, le fisc pouvant vous les réclamer, dans la limite du délai de trois ans.
Dans le cadre du covoiturage entre votre domicile et votre lieu de travail, vous optez pour la déclaration de vos frais réels. Vous devez déduire le montant des frais restant à votre charge, après avoir retiré la contribution des autres passagers. La règle est identique pour les indépendants étant au régime réel.

Vous louez votre voiture

Vous avez mis en location une voiture ou un autre bien dans le cadre d’une activité professionnelle ou occasionnelle. Vous devez déclarer vos recettes, ligne 5NP sur la déclaration 2042 C Pro tant qu’elles n’ont pas dépassé 70 000 euros en 2017. Votre bénéfice imposable sera déterminé par le fisc qui appliquera un abattement de 50 % aux sommes déclarées. Autrement dit, vous ne serez imposé que sur la moitié de ce que vous avez perçu.
Si vos recettes n’ont pas dépassé 7 846 euros, vous devez payer 17,2 % de prélèvements sociaux en même temps que votre impôt sur le revenu. Si vos recettes ont dépassé ce seuil, vous n’avez pas de prélèvements sociaux à régler car vous avez déjà payé en principe les cotisations sociales correspondantes.
Si vos recettes ont excédé 70 000 euros, vous devez souscrire une déclaration professionnelle (2031-SD) et pouvez déduire toutes vos charges pour leur montant réel.

Vous vendez des objets personnels

Vous avez vendu des biens dont vous n’avez plus l’usage à un prix inférieur ou égal à 5 000 euros. Ne déclarez rien. Les revenus de ces ventes ne sont pas imposables.
Vous avez vendu des biens dont le prix de cession excède 5 000 euros. Aucune démarche n’est à effectuer au moment de la déclaration de revenus car il convient en principe de payer l’impôt dû dans le mois suivant la vente au moyen d’un formulaire spécifique (n° 2048-M). Il en va de même pour la cession de métaux précieux ou, au-delà de 5 000 euros, pour celle de bijoux, d’objets d’art, de collection ou d’antiquité (imprimé n° 2091 ou 2092).

Vous revendez des objets achetés

Vous revendez des objets que vous avez achetés ou fabriqués vous-même. Votre activité présente un caractère professionnel pour laquelle vous avez dû vous enregistrer en tant que micro-entrepreneur et payer des cotisations sociales. Si vous avez opté pour le versement fiscal libératoire (VFL) au moment du paiement de vos cotisations sociales, vous devez reporter vos recettes ligne 5TA sur la déclaration 2042 C Pro. Elles ne seront pas imposées une seconde fois, rassurez-vous.
Sinon, vous devez reporter le montant de vos recettes ligne 5NO ; votre bénéfice imposable sera calculé par le fisc, qui appliquera un abattement de 71 % au montant déclaré. Autrement dit, vous serez imposé sur 29 % de vos recettes.