La déclaration d’impôt des micro-entrepreneurs

La déclaration d’impôt des micro-entrepreneurs
La déclaration d'impôt des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) n'est pas préremplie. - © JackF

Vos revenus professionnels de 2017 ne sont pas préremplis dans la déclaration de revenus. Voici comment compléter votre feuille d’impôt 2018 au plus juste, sans faire d’erreur !

Vous êtes auto-entrepreneur et avez opté pour le versement libératoire

En tant que micro-entrepreneur, si votre revenu fiscal de référence de 2015 n’a pas dépassé 26 791 euros pour une personne seule (1 part), 53 582 euros pour un couple (2 parts) ou 80 373 euros pour un couple avec deux enfants (3 parts), etc., vous aviez la possibilité d’opter pour un versement forfaitaire libératoire de l’impôt sur le revenu. Si vous avez exercé cette option avant la fin de l’année 2016, vous avez donc d’ores et déjà payé l’impôt sur vos revenus professionnels, tous les mois ou tous les trimestres, en même temps que vos cotisations sociales, en vous acquittant d’un prélèvement de 1 % pour une activité de vente (achat-revente, vente à consommer sur place, prestation d’hébergement, sauf location de locaux d’habitation meublés), de 1,70 % pour des services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou de 2,20 % pour des services relevant des bénéfices non commerciaux (BNC). Vous êtes quitte avec le fisc et n’avez plus rien à payer au titre de vos revenus professionnels. 

Mais l’administration fiscale a besoin de connaître le montant de vos revenus, car il servira à calculer le taux effectif qui sera appliqué aux autres revenus de votre foyer fiscal (ceux de votre conjoint, par exemple) et à déterminer votre revenu fiscal de référence. Vous devez donc reporter le montant de votre chiffre d’affaires 2017 – avant abattement – sur votre déclaration dans le cadre réservé aux micro-entrepreneurs ayant opté pour le versement libératoire lignes 5 TA à 5VA (vente de marchandises et assimilées), 5TB à 5VB (prestations de services et locations meublées) ou 5TE à 5VE (revenus non commerciaux).

Vous êtes micro-entrepreneur : ne déduisez pas vos charges

Tant que votre chiffre d’affaires ou vos recettes n’ont pas dépassé un certain seuil, qui a été relevé par la loi de finances pour 2018, vous relevez de plein droit d’un régime simplifié d’imposition : le micro-BNC si vous exercez une activité libérale ou le micro-BIC si vous exercez une activité artisanale ou commerciale. Pour le micro-BNC, ce seuil est fixé à 70 000 euros; pour le micro-BIC, à 170 000 euros pour les activités d’achat-revente, de vente à consommer sur place, de prestation d’hébergement (sauf location de locaux d’habitation meublés) et à 70 000 euros pour les autres activités.

Placé sous l’un de ces régimes d’imposition, vous n’avez pas de déclaration annuelle de résultat à déposer pour déterminer le montant de votre bénéfice imposable. Il vous suffit d’indiquer sur votre déclaration de revenus le montant de votre chiffre d’affaires de 2017. C’est le fisc qui se chargera de calculer le montant de votre bénéfice soumis à l’impôt en appliquant un abattement forfaitaire au montant des sommes déclarées. Cet abattement est censé représenter les charges que vous avez supportées. Vous ne pouvez rien déduire de plus. Il sera appliqué automatiquement par le logiciel de calcul de l’impôt. Vous n’avez pas à le déduire vous-même. Il est fixé à 71 % pour une activité commerciale, à 50 % pour des services relevant des BIC et à 34 % pour une activité relevant des BNC. Autrement dit, vous ne serez imposé que sur 29 %, 50 % ou 66 % de ce que vous avez gagné selon le cas.
À condition toutefois d’indiquer le montant de votre chiffre d’affaires dans le cadre réservé aux revenus industriels et commerciaux ou aux revenus non commerciaux professionnels sous la rubrique « Régime micro-BIC ou micro-BNC ».

Qui a droit au régime micro ?

  Seuil du chiffre d'affaires HT à ne pas dépasser Taux de l'abattement
Micro-BNC (activité libérale)

 70 000 €    

 34 %
Micro-BIC (achat-revente, vente à consommer sur place, prestation d'hébergement sauf location meublée)  170 000 €      71 %
Micro-BIC (location meublée)  70 000 €      50 %

Ne laissez pas passer la réduction à laquelle vous avez droit !

Si vous avez adhéré à un centre ou une association de gestion agréés et que vos recettes ou votre chiffre d’affaires ne dépasse pas les seuils d’application des régimes micro, vous pouvez prétendre à une réduction d’impôt dès lors que vous avez opté pour le régime réel. Cette réduction est égale aux deux tiers des dépenses engagées pour la tenue de votre comptabilité et pour l’adhésion au centre ou à l’association de gestion agréée, dans la double limite de 915 euros et du montant de l’impôt à payer. Pour en profiter, il faut indiquer vos frais dans le cadre réservé aux revenus professionnels, rubrique « Réductions et crédits d’impôt », lignes 7FF et 7FG.