Impôts 2018 : la déclaration des retraités

Impôts 2018 : la déclaration des retraités
Certaines des pensions des retraités ne sont pas imposables. - © LeoPatrizi

Entre les pensions de retraite obligatoires et les facultatives, les indemnités reçues en fin de parcours professionnel et les pensions alimentaires, il y a de quoi se perdre dans les règles fiscales ! Explications sur cinq sources d’erreurs possibles pour ne pas déclarer trop.

Faut-il déduire l’abattement de 10 % sur sa pension ?

NON. Le montant de vos pensions de retraite imposables est en principe prérempli sur votre déclaration, vérifiez son exactitude. Vos pensions de retraite, majoration pour enfants incluse mais hors majoration pour tierce personne, sont imposables après déduction d’un abattement spécial de 10 %. Cet abattement n’apparaît pas sur votre déclaration. Ne le déduisez pas vous-même ! Le logiciel de calcul de l’impôt se chargera de l’appliquer aux sommes déclarées. Ce plafond s’applique à toutes les pensions reçues par les personnes qui composent votre foyer fiscal : pensions de retraite versées par les régimes de retraite obligatoires, rentes viagères versées à la sortie d’un PERP, du régime Préfon, d’un contrat de retraite d’entreprise de type article 83, et pensions alimentaires. Il est plafonné à 3752 euros par foyer fiscal. De même, ne déduisez pas vous-même l’abattement lié à l’âge ou à l’invalidité.

Les abattements pour les personnes âgées de plus de 65 ans au 31 décembre 2017 ou invalides (quel que soit l'âge) :

Pour un revenu net global n’excédant pas 14900 €

  • Personne seule : 2376 €
  • Couple : 4752 €

Pour un revenu net global compris entre 14900 € et 24000 €

  • Personne seule : 11886 €
  • Couple : 2376 €

Comment opter pour le forfait libératoire pour le PERP et la Préfon ?

Lors de votre départ en retraite en 2017, si vous avez opté pour une sortie partielle en capital à hauteur de 20 % des sommes accumulées sur votre PERP ou à la Préfon, le capital débloqué peut être soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire au taux réduit de 7,5 %, au lieu d’être taxé au barème de l’impôt sur le revenu. Cette option doit être exercée dans votre déclaration de revenus. En pratique, il suffit d’indiquer ligne 1AT ou 1BT le montant du capital récupéré et de déduire la même somme du montant prérempli sur les lignes 1AS à 1DS s’il a été inclus dans le montant de vos pensions taxables. Indiquez dans le cadre « Éléments complémentaires » que vous avez opté pour une sortie partielle en capital et mentionnez son montant.

Faut-il déclarer toutes les pensions alimentaires ?

OUI et NON. À la différence des pensions de retraite, les pensions alimentaires versées par un proche ne sont pas préremplies sur votre déclaration. Mais attention, toutes les pensions reçues ne sont pas imposables.

Voici les pensions que vous devez déclarer  :

Si vous percevez une pension de votre ex-conjoint pour un enfant majeur, le montant imposable est plafonné à 5795 euros. Vous n’avez pas à déclarer le surplus.
  • les pensions qui vous sont versées par un parent ou un enfant au titre de l’obligation alimentaire ;
  • les prestations compensatoires versées sous forme de rente ou en capital sur une période supérieure à douze mois ;
  • les pensions reçues pour l’entretien de vos enfants mineurs à charge ou majeurs rattachés à votre foyer fiscal. Sont ainsi concernées les pensions versées en cas de divorce ou de séparation par le concubin qui ne compte pas les enfants à charge.

Voici celles que vous ne devez pas déclarer :

  • la prise en charge de vos frais de séjour en maison de retraite ou d’hospitalisation par un de vos enfants ou petits-enfants, si vous disposez de faibles ressources ; 
  • les pensions reçues pour des enfants mineurs lorsque vous en partagez la charge fiscale avec l’autre parent.

D'autres pensions à ne pas déclarer :

Pensions exonérées Conditions à remplir

L’allocation de solidarité aux personnes
âgées (APSA) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI)

Aucune

Les pensions de retraite et d’invalidité versées par la Sécurité sociale

Leur montant ne doit pas dépasser 3393,46 € en 2017, et les ressources du foyer fiscal ne doivent pas excéder 9638,42 € (14963,65 € pour un couple)

Les pensions militaires, de guerre et assimilées : retraite du combattant, traitement attaché à la Légion d’honneur et à la médaille militaire, etc.

Aucune

Les indemnités versées aux victimes de l’amiante
ou aux ayants droit

Aucune

La pension d’orphelin (ou la rente d’éducation)

Exonérée à hauteur de l’allocation pour adulte handicapé (AAH), soit 810 €, si la pension est versée par un régime de prévoyance obligatoire et si elle se substitue à l’AAH ; exonérée en totalité s’il s’agit d’une pension en exécution
d’un contrat d’assurance à adhésion facultative

La retraite mutualiste des anciens combattants

Dans la limite de 1 800 € en 2017. L’excédent est imposable

L’allocation de vétérance des sapeurs-pompiers volontaires
Aucune

Faut-il déclarer son indemnité de départ à la retraite ?

Faites la différence ! À partir de 62 ans, lorsque vous décidez de faire liquider vos droits à la retraite, il s’agit d’un départ en retraite. En revanche, si c’est votre employeur qui prend l’initiative de la rupture du contrat de travail, il s’agit d’une mise à la retraite. Entre l’âge du taux plein applicable à votre génération et 70 ans, il ne peut le faire que si vous êtes d’accord. Vous avez intérêt à accepter cette proposition, car le régime fiscal de l’indemnité de mise à la retraite est plus avantageux que celui de l’indemnité de départ en retraite.
OUI. Si vous êtes parti à la retraite en 2017, votre indemnité est imposable dès le premier euro, sauf si vous avez quitté la vie active dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Le montant des salaires prérempli sur votre déclaration en tient compte.Toutefois, si vous avez perçu une indemnité élevée, vous pouvez demander à bénéficier de deux systèmes particuliers de paiement qui permettent d’atténuer la progressivité du barème : le système du quotient – assez complexe – ou celui de l’étalement.
Ce dernier permet d’étaler le paiement de l’impôt sur quatre ans, mais aussi de le retarder. Par exemple, si vous avez perçu une indemnité de 12000 euros, vous pouvez demander à ce qu’elle soit prise en compte à hauteur de 3 000 euros pour l’imposition des revenus des années 2017, 2018, 2019 et 2020. Si vous souhaitez en profiter, indiquez-le dans la rubrique « Éléments complémentaires » et corrigez le montant prérempli ligne 1AJ ou 1BJ en déduisant les trois quarts de l’indemnité perçue.

Mise à la retraite : faut-il déclarer la somme versée par son employeur ? 

OUI et NON. Si votre employeur vous a mis à la retraite en 2017, l’indemnité que vous avez perçue est exonérée d’impôt lorsque son montant correspond à celui de l’indemnité prévue par la loi, la convention collective ou un accord professionnel ou interprofessionnel. Si vous avez perçu une indemnité plus élevée, elle est exonérée d’impôt dans la limite de 50 % de l’indemnité totale ou, si c’est plus avantageux, dans la limite du double de la rémunération annuelle brute civile précédente, sans dépasser 196140 euros en 2017. Si le montant prérempli sur votre déclaration ne tient pas compte de la fraction exonérée de votre indemnité, n’hésitez pas à le corriger ligne 1AJ ou 1BJ.