Faut-il passer aux frais réels ?

Faut-il passer aux frais réels ?
Dois-je passer aux frais réels ? - ©Mackon

Pour prendre en compte vos frais professionnels, deux possibilités : appliquer l'abattement de 10 % ou "se mettre aux frais réels".

En tant que salarié, vos frais professionnels sont automatiquement couverts par une déduction forfaitaire de 10 % appliquée sur vos salaires déclarés.

  • Cette déduction est plafonnée à 12 305 €, ou à 931 € si vous êtes chômeur inscrit à Pôle emploi depuis plus de 12 mois.
  • Elle est au minimum égale à 430 € et plafonnée
  • C'est le fisc qui déduit ces 10 % des salaires inscrits sur votre déclaration.
  • Vous ne devez pas les déduire vous-même (ne corrigez pas les montants préremplis sur votre déclaration).

Pour prendre en compte vos frais professionnels, une autre option s'offre à vous sur votre déclaration d'impôts : "passer aux frais réels".

Que signifie "passer aux frais réels" ?

C’est une option qui vous permet de déduire de vos salaires les frais réellement engagés pour exercer votre activité (notamment les frais de transports domicile-travail). Elle n'est intéressante que si le montant exact (et justifié !) de vos frais professionnels dépasse le montant résultant de l'application de la déduction forfaitaire de 10 % par l'administration fiscale.

  • Si vous choisissez ce régime, indiquez vos frais professionnels déductibles sur la ligne "Frais réels" de votre déclaration.
  • Ils seront retranchés des "Revenus d’activité" préimprimés sur la ligne supérieure (ne les rectifiez pas).
  • Joignez le détail des frais (ne joignez pas les justificatifs, mais conservez-les pour les présenter au fisc s’il vous les demande).
Attention ! Vous ne pouvez pas déduire la part de frais prise en charge par votre employeur. Ni les frais liés à une activité salariée dont les revenus sont exonérés d'impôt.

Par ailleurs, vous devez réintégrer dans vos salaires imposables les allocations pour frais d'emploi reçus de votre employeur. Le fisc vous autorise cependant à ne pas déclarer les allocations couvrant des frais dont vous ne demandez pas la déduction, si elles sont utilisées conformément à leur objet et sont justifiées.

Exemple : Valérie a perçu 15 000 € de salaire net imposable en 2017. Au titre des frais professionnels, elle bénéficie donc d’un abattement forfaitaire de 1 500 €. Cependant, Valérie effectue en voiture 30 km aller et retour par jour de travail, et a parcouru en tout 6 700 km à ce titre en 2017. Selon le barème kilométrique fiscal, cela représente, avec une voiture de 4 CV, une dépense de 2 938 €. Valérie a donc intérêt à opter pour les frais réels, même sans justifier d’autres frais professionnels par ailleurs.

Passer aux frais réels pour combien de temps ?

C’est vous qui décidez...

  • Vous pouvez opter pour les frais réels une année et revenir à la déduction forfaitaire l’année prochaine.
  • Pour une année donnée, l’option s’exerce pour l’ensemble des salaires perçus, même si vous avez plusieurs emplois.
  • L'option pour la déduction des frais réels est individuelle : chaque membre du foyer fiscal peut choisir le mode de déduction le plus favorable pour lui.

Le calcul des frais réels

Les frais de transport en commun ou liés à l’utilisation de votre véhicule pour aller travailler sont déductibles dans la limite d’un aller et retour par jour de travail et de 40 km de distance domicile-travail (sauf cas particuliers).

Si vous utilisez une voiture, vous pouvez déterminer vos frais réels (essence, assurance, parking, entretien), mais il est a priori plus simple de les calculer avec le barème de frais kilométriques publié chaque année par l’administration fiscale. Ce barème est désormais utilisable par tous les contribuables, y compris ceux qui ne sont pas propriétaire du véhicule utilisé. Il en existe également deux spécifiques pour évaluer les frais liés à l'utilisation d'un deux-roues.

Vous pouvez y ajouter vos frais réels de péage, de stationnement et les intérêts de crédit, pour la part relative à l’utilisation professionnelle de votre voiture.

L’option des frais réels couvre aussi les coûts supplémentaires de nourriture entraînés par votre emploi, ou de vêtements professionnels, certains frais de documentation ou de formation professionnelle… Mais pour toutes les catégories de frais, il y a des conditions et, pour les frais de nourriture, des limites.

Qu’est ce que je risque en passant aux frais réels ?

  • Vous perdez la déduction forfaitaire de 10 %, l’option des frais réels n’a donc d’intérêt que si vous pouvez déduire davantage au titre de dépenses reconnues comme frais professionnels par le fisc, et dont vous êtes en mesure de justifier le montant.
  • L'administration épluche souvent de près les déductions revendiquées à ce titre. Il faut donc collecter des justificatifs de frais, et les conserver jusque fin 2020 (pour la déclaration des revenus 2017).