Comment payer moins d'impôt en 2014

Comment payer moins d'impôt en 2014

Vous pouvez encore agir fin 2013 pour payer moins d'impôt en 2014 en profitant au maximum des avantages fiscaux ! C’est le cas si vous avez employé en 2013 un salarié à domicile ou réalisé des travaux d’économie d’énergie.

Vous pouvez payer moins d'impôt en 2014 si vous êtes un particulier employeur, si vous réalisez des travaux d'économie d'energie ou encore si vous donnez à certaines associations ou à un parti... Voici dix dépenses pour cumuler les réductions et crédits d'impôt.

N’oubliez pas de conserver vos justificatifs (factures, attestation Cesu ou Pajemploi…), nécessaires pour remplir votre déclaration de revenus en 2014.

Déduire des frais de son revenu imposable

Première solution, diminuer votre impôt en baissant votre revenu imposable, calculé à partir des sommes perçues dans l’année. Plus ce revenu se révèle faible, plus votre impôt est minoré. Cette technique avantage les ménages imposés dans les tranches supérieures du barème. Il suffit d’effectuer certains versements avant la fin de l’année.

  • Ainsi, une pension alimentaire payée pour les enfants en cas de séparation des parents ou pour un jeune non rattaché au foyer fiscal donne lieu à une déduction du revenu imposable.
     
  • Tout comme les sommes versées sur un plan d’épargne retraite populaire (Perp), retenues dans une certaine limite, ou celles consacrées au rachat de trimestres de retraite.

Réduire son impôt avec un emploi à domicile

Certaines dépenses permettent d’obtenir une réduction ou un crédit d’impôt. Précision utile :

Si la réduction dépasse le montant de l’impôt, l’excédent est perdu pour le contribuable, alors que le crédit d’impôt permet, lui, le remboursement de la différence, ce qui favorise les ménages peu ou pas imposables », explique Éric Giraud, fiscaliste, auteur de l’ouvrage Impôts : payer moins, c’est possible (Prat éditions, 2013).

  • Ainsi, l’emploi d’un salarié à domicile (ménage, garde d’enfant, soutien scolaire…) ouvre droit à une réduction (ou un crédit) d’impôt de 50 % des sommes versées.

Elles sont retenues dans la limite de 12 000 € (plus 1 500 € par personne à charge, sans pouvoir dépasser 15 000 €), portée à 15 000 € la première année (18 000 € avec majorations), le gain maximal atteignant 7 500 € – ou 9 000 € – la première année.

Attention ! Les retraités n’ont accès qu’à la réduction d’impôt, le crédit d’impôt étant réservé aux personnes en activité.

Recevoir un crédit d’impôt pour travaux

  • Les frais de garde pour un enfant de moins de 7 ans (au 31 décembre 2013) donnent droit à un crédit d’impôt égal à 50 % du montant (après déduction des aides de la CAF ou de votre employeur), retenu dans la limite de 2 300 € par enfant, soit une aide maximale de 1 150 € par enfant.
     
  • Les travaux d’économie d’énergie ouvrent droit à un crédit d’impôt de 15 % des dépenses pour une isolation du toit, un chiffre qui peut aller jusqu’à 23 % si cette rénovation est couplée à une autre opération (changement de chaudière...), dans la limite de 8 000 € (16 000 € pour un couple), majorés de 400 € par personne à charge (chiffres 2013).

La générosité récompensée

  • Si vous adressez un don à une association d’aide aux plus démunis d’ici le 31 décembre 2013, vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 75 % des versements retenus, jusqu’à concurrence de 521 € (soit 391 €). Au-delà, elle passe à 66 % dans la limite de 20 % du revenu imposable.
     
  • Ce même taux de 66 % s’applique aux dons effectués en faveur des organismes d’intérêt général ou reconnus d’utilité publique. Il concerne aussi le soutien à un parti politique, pour un montant maximal de 7 500 € par an et par parti et de 4 600 € par élection, sans dépasser 15 000 € par foyer fiscal.
     
  • Les cotisations versées à un syndicat donnent droit à un crédit d’impôt. Son montant : 66 % de ces cotisations, dans la limite de 1 % de votre salaire brut ou de vos pensions de retraite (chiffres 2 013).