Avez-vous intérêt à déclarer vos frais au réel ?

Avez-vous intérêt à déclarer vos frais au réel ?
Impôts 2017 : sous certaines conditions, les frais de transports peuvent être déclarés au réel. - IStock - Pekic

Si vos dépenses engagées dans votre cadre professionnel sont supérieures à la déduction forfaitaire de 10 % sur votre net imposable, cette option peut vous être favorable. Catégorie par catégorie, voici les postes que vous pouvez déduire de votre déclaration d'impôts 2017. Mais sachez qu'en cas de contrôle, vous devrez produire les justificatifs de frais jusqu'à trois ans après les avoir engagés : conservez toutes les factures, quittances…

Pour tenir compte des frais que vous supportez pour votre activité salariée, l’administration applique d’office une déduction de 10 % sur votre salaire imposable. Mais vous êtes libre d’y renoncer pour déduire vos frais réels s’ils sont supérieurs à 10 %. 
Cette solution est souvent intéressante pour les foyers modestes assumant de lourds frais de déplacement en voiture pour se rendre à leur travail. Faites bien vos comptes. « Dans le cas où votre employeur vous verse une indemnité pour couvrir forfaitairement des dépenses professionnelles, cette dernière devient imposable si vous optez pour les frais réels. Il faut donc l’ajouter à votre salaire. Cela rend parfois l’imposition aux frais réels inutile », avertit Henriette Bertrand, avocate fiscaliste à Paris. Si vous choisissez cette option, vous devez inscrire le montant global de vos frais professionnels dans la déclaration en case 1AK et produire une note séparée indiquant leur décompte.

Le transport

Train, moto, voiture ou autre : vous avez le droit de tenir compte des dépenses réelles (entretien et dépréciation du véhicule dans l’année, assurance, stationnement, essence, etc.). Mais il est plus simple d’utiliser le barème kilométrique disponible sur impots.gouv.fr en multipliant le nombre de kilomètres parcourus chaque jour par le nombre de jours travaillés. Comme il ne comprend pas les intérêts du crédit souscrit pour acheter la voiture, les péages et les dépenses de stationnement, rajoutez-les pour leur montant réel justifié. Pas question, en revanche, de déduire les contraventions. Attention, vous ne pouvez déduire que les 40 premiers kilomètres, sauf si vous avez une bonne raison d’habiter plus loin : votre conjoint travaille près de votre domicile, vous devez assister un proche…

Les repas

Impossible de déduire quoi que ce soit si vous déjeunez chez vous. Mais si vous restez près de votre lieu de travail et que le repas coûte plus de 4,70 euros pour 2016 (coût moyen d’un repas à domicile), vous pouvez déduire la différence. Si vous bénéficiez de titres-restaurant, déduisez la différence entre le prix de vos repas, la participation financière de l’employeur (5 euros, par exemple) et le coût du repas moyen à domicile (4,70 euros).

La double résidence

Lorsque vous devez habiter dans une ville différente de celle de votre famille, si cette situation est justifiée et constitue une contrainte inhérente à l’emploi, vous pouvez déduire le second loyer et les charges.

Les frais de travail à domicile

Si vous avez installé un bureau chez vous pour faire du télétravail, il vous est possible de déduire une partie des charges de votre logement (électricité, chauffage, impôts locaux, assurance, travaux, éventuellement loyer ou remboursement des intérêts d’emprunt, etc.). Le pourcentage des dépenses à retenir correspond à la surface occupée par votre activité professionnelle par rapport à la surface totale du bien, sans avoir besoin de proratiser en fonction du nombre de jours de télétravail. En pratique, il est admis que la partie d’un logement affectée à l’exercice d’une profession est égale à une pièce si l’appartement ou la maison en compte plus d’une, et la moitié au maximum de la surface s’il s’agit d’un studio. Vous pouvez aussi déduire l’achat de meubles pour votre bureau, fournitures, imprimante, etc.

Les autres dépenses

Frais de déménagement liés à un nouvel emploi, dépenses de formation pour les salariés et les demandeurs d’emploi inscrits en vue d’une amélioration de leur situation professionnelle ou de la recherche d’un poste, la liste des frais déductibles est longue. « Cette année, l’administration admet pour la première fois expressément que les salariés aux frais réels qui acquièrent un ordinateur d’une valeur inférieure à 500 euros HT (600 euros TTC) déduisent de leur rémunération brute la totalité de cette dépense, signale Henriette Bertrand. Lorsque cette valeur est supérieure, vous déduisez en revanche un tiers du prix d’achat chaque année, pendant trois ans. » Pour les logiciels, la déduction du prix d’acquisition est autorisée intégralement l’année où vous les payez, en totalité s’ils sont exclusivement professionnels, et à concurrence de l’utilisation professionnelle si vous vous en servez aussi à titre personnel.