Achat d’un logement : les impôts locaux pèsent sur le budget des propriétaires

Achat d’un logement : les impôts locaux pèsent sur le budget des propriétaires
Une étude de Meilleurstaux.com révèle que les taxes foncières et d’habitation renchérissent sérieusement la facture d’achat d’un logement. - © olm26250

Les taxes foncières et d’habitation dues chaque année par les acquéreurs peuvent être égales à près de trois mensualités de remboursement de crédit immobilier.

Vous souhaitez acheter un logement dans une grande ville ? Faites attention aux impôts locaux. Une étude de Meilleurstaux.com, publiée lundi 15 juin, révèle que les taxes foncières et d’habitation versées chaque année par les propriétaires renchérissent sérieusement la facture d’achat d’un logement, avec de fortes variations selon les communes.

Le courtier en crédit a effectué ses calculs à partir de l’exemple-type d’un couple avec deux enfants acquérant un logement de 70 mètres carrés, financé via un prêt de vingt ans. Son enquête permet de mesurer l’impact des impôts locaux sur les finances des nouveaux propriétaires.

La taxe foncière est réglée en principe par les personnes possédant un bien immobilier. Tous les ménages sont en principe redevables de la taxe d’habitation sur leur résidence principale.

C’est à Marseille et à Montpellier que le niveau de ces impôts est le plus élevé par rapport au niveau des mensualités de crédit. Il représente en moyenne 2,8 versements dans ces deux grandes villes, qui figurent parmi les moins chères de l’Hexagone au mètre carré. Si le taux d’intérêt hors assurance exigé par les banques s’établit à 2,15 %, le taux réel, c’est-à-dire incluant les taxes foncières et d’habitation, bondit à 4,5 %.

« La fiscalité locale fait grimper le taux de peu ou prou deux points de pourcentage dans la moitié des grandes villes de France », indique la directrice de la communication de Meilleurstaux.com, Maël Bernier.

Les impôts locaux sont les plus faibles à Paris

Les impôts locaux sont les plus faibles à Paris, à 1 104 € par an, soit l’équivalent de 0,4 mensualité. De quoi renforcer l’attractivité de la capitale, qui est aussi – et de loin – la commune la plus chère de l’Hexagone (8 413 € par mètre carré).

Avantage notable d’une fiscalité faible pour un acquéreur : à la différence d’un prêt, elle est normalement due sans limitation de durée.

Commune

Prix moyen d’un logement de 70 mètres carrés (en mai 2015)

Taux moyen sur vingt ans (hors assurance, en mai 2015)

Mensualité moyenne (hors assurance)

Montant des taxes d’habitation et foncière (par an, en vigueur en 2014 pour un couple avec deux enfants)

Taux réel du fait de la fiscalité

Marseille

153 300 €

2,15 %

786 €

2 184 €

4,5 %

Montpellier

179 550 €

2,15 %

921 €

2 571 €

4,5 %

Toulouse

173 180 €

2,18 %

891 €

1 988 €

4,1 %

Nantes

182 420 €

2,2 %

940 €

2 064 €

4,05 %

Bordeaux

219 240 €

2,18 %

1 128 €

2 355 €

3,95 %

Strasbourg

167 580 €

2,2 %

864 €

1 676 €

3,85 %

Lille

200 480 €

2,1 %

1 024 €

1 582 €

3,45 %

Nice

260 050 €

2,15 %

1 334 €

2 034 €

3,45 %

Lyon

256 200 €

2,15 %

1 314 €

1 641 €

3,25 %

Paris

588 910 €

2,1 %

3 058 €

1 104 €

2,45 %

Sources des statistiques : Meilleurstaux.com, Seloger.com, Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales